Stratégie globale de l’UE

En Europe, militaires et civils luttent ensemble contre le coronavirus

07/04/2020 - 17:27
From the blog

07/04/2020 - Une mobilisation sans précédent à tous les niveaux s’impose pour faire face à la pandémie mondiale

 

Nos forces armées jouent un rôle essentiel dans la lutte contre la propagation du virus. Si l’incertitude est grande dans le monde actuel, une chose est sûre: la santé est une véritable question de sécurité.

 

Sur le plan extérieur, l’UE met tout en œuvre pour aider au rapatriement des Européens bloqués à l’étranger. Elle est aussi pleinement investie dans l'élaboration d'une stratégie de réponse mondiale et multilatérale à la crise, ainsi que dans l'aide aux populations des pays fragiles et touchés par des conflits.

Les questions de sécurité et de défense sont également au cœur de cette crise. Lors d’une vidéoconférence des ministres de la défense de l’UE, nous avons discuté hier de la contribution actuelle de nos militaires à la lutte contre le virus. Les ministres se sont en outre accordés sur la nécessité pour l’UE de maintenir, malgré la crise du coronavirus, ses engagements en matière de sécurité, par l’intermédiaire de ses missions et opérations à l’étranger. Si l’incertitude est grande dans le monde actuel, une chose est sûre: la santé est une véritable question de sécurité.

Sur tous les fronts, l’Union européenne lutte en ce moment contre le coronavirus et ses conséquences. Sur le plan extérieur, nous nous engageons activement à aider au rapatriement des Européens bloqués à l’étranger et ainsi leur permettre de rentrer chez eux. Nous nous attachons également à renforcer la coordination au niveau mondial afin de faire face à la pandémie. Nous sommes par ailleurs confrontés à une «infodémie» (une propagation d’informations toxiques pouvant mettre nos vies en danger).

Nos militaires et nos agents de la sécurité civile sont pleinement mobilisés face à la crise. J’ai précisément convoqué hier une vidéoconférence avec les ministres de la défense de l’UE afin de discuter des conséquences du coronavirus sur la sécurité et la défense européennes. Nous avons abordé le rôle des militaires dans la lutte contre la crise, ainsi que les conséquences de cette dernière sur les missions et opérations déployées par l’UE à travers le monde.

Nos forces armées jouent un rôle essentiel pour contribuer à contenir la propagation du virus. Elles apportent un soutien en matière de transport et de logistique, construisent des hôpitaux en un temps record, déploient leur personnel médical, et soutiennent la police et les autres services nationaux. J’ai été impressionné par les nombreux exemples relatant la manière dont, dans toute l’Europe, les forces armées soutiennent la population en ces temps difficiles.

Ce travail n’est pas mené uniquement au sein des frontières nationales: des avions militaires ont aidé à rapatrier des citoyens européens bloqués à l’étranger, ont transporté des patients d’un pays à un autre et ont fourni du matériel. Ces exemples illustrent la solidarité européenne et doivent être rapportés. Face aux attaques des détracteurs de l’Europe (tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l’UE), n'ayons pas peur de rétablir la vérité.

Nous possédons une expertise militaire à l’échelle de l’UE qui peut être mobilisée comme ressource afin de renforcer le soutien mutuel entre les forces armées nationales. Nous devrions en faire pleinement usage. C’est pourquoi nous travaillons actuellement à la mise en place d'une task force au sein du Service européen pour l’action extérieure (qui sera dirigée par l’état-major de l'Union européenne), afin de faciliter l’échange d’informations et de bonnes pratiques, de communiquer davantage et mieux au sujet des actions de nos militaires et d’en tirer des enseignements communs. Il est important de partager nos connaissances, nos expériences et nos besoins. La coordination avec nos partenaires demeurera bien entendu un pilier essentiel de notre travail. Je pense notamment à l’OTAN et à l’ONU.

Nous avons également discuté du rôle de l’UE en matière de sécurité au-delà de nos frontières et des conséquences de la crise du coronavirus sur ces missions et opérations menées à l’étranger. Près de 5 000 femmes et hommes sont actuellement déployés dans notre voisinage et au-delà sous le drapeau de l’UE, dans le cadre de 17 missions et opérations civiles et militaires. Nous nous sommes hier concentrés plus particulièrement sur les missions et opérations militaires, dont six sont actuellement menées. La plus récente, EUNAVFOR MED IRINI, a été lancée la semaine dernière en vue de contribuer à la mise en place de l’embargo sur les armes en Libye et d’œuvrer au rétablissement de la paix et de la stabilité dans le pays.

Notre première préoccupation est de garantir la santé et la sécurité de notre personnel et de veiller à ce que le coronavirus ne touche pas directement les personnes participant à nos missions et à nos opérations. Grâce aux mesures préventives adoptées en temps utiles, nous y sommes parvenus. Alors que le virus se propage dans le monde entier, il est cependant essentiel de maintenir notre présence sur le terrain et de continuer de soutenir nos partenaires. Nos procédures de travail devront toutefois être adaptées dans certains cas.

Il nous faut prendre en compte la façon dont le virus touche les zones de conflit dans lesquelles l’UE mène des opérations. Il existe un risque manifeste de voir la pandémie exacerber les conflits existants. Tant dans l’intérêt de la paix que pour nos partenaires ou pour l’UE, nous devons continuer à soutenir les pays et les régions fragiles. Il nous faut ainsi envoyer un signal indiquant que notre engagement pour la paix et la sécurité demeure inchangé. Nous ne pouvons pas laisser un vide dangereux derrière nous. Nous avons donc convenu avec les États membres de rester engagés et de trouver des solutions intelligentes pour nous adapter aux circonstances sans interrompre notre soutien et, dans la mesure du possible, pour trouver des moyens d’aider nos partenaires à renforcer leur résilience face à la pandémie.

Enfin, nous savons que la pandémie de COVID-19 aura des répercussions stratégiques profondes qui influenceront en retour la politique de sécurité et de défense de l’UE. Cette pandémie démontre que la sécurité ne peut s’entendre qu’au sens large et que la santé est devenue un enjeu de sécurité. Nous devons tous réfléchir sérieusement aux moyens d’améliorer notre résilience et de développer des capacités de défense pour faire face à de telles situations à l’avenir. Alors que nous luttons contre la crise chez nous et à l’étranger, il nous faut préparer l’avenir, et il nous faut le faire ensemble.