EU Global Strategy

Forum des investisseurs en agroforesterie

Brussels, 25/10/2019 - 14:08, UNIQUE ID: 191025_3
Speeches of the Ambassador

Mot de circonstance de l'Ambassadeur de l'UE

ERAIFT, vendredi 18 octobre 2019

 (Seul le prononcé fait foi)

Chers participants, chers investisseurs,

 

L'agroforesterie est en train de faire ses preuves sur le plateau des Batéké, comme modèle de développement rural capable d'allier durabilité environnementale, inclusivité sociale et réussite économique.

Nous sommes là dans l'arrière-pays de Kinshasa, une mégalopole de plusieurs millions d'habitants. Cette concentration de population implique une demande accrue d'alimentation et d'énergie.

Cette demande met à rude épreuve ces ressources naturelles dont le Congo est richement doté : la terre, l'eau et la forêt. Ces ressources par leur immensité semblaient infinies, mais, en, réalité, elles ne le sont pas.

Avec l’accroissement de la population de Kinshasa, le prélèvement des ressources s'accroît en conséquence. Sans le renouvellement ou la régénération de celles-ci, elles courent à la disparition. C'est déjà le cas, par exemple, pour la forêt et la faune sauvage : celles-ci, autrefois abondantes, ont pratiquement disparu dans un rayon de plus de 300 kilomètres tout autour de Kinshasa.

Le grand défi d'aujourd'hui est de répondre à cette triple nécessité : assurer la durabilité des ressources naturelles et de l'environnement, assurer la sortie de la pauvreté et l'inclusion sociale pour les populations défavorisées, assurer la croissance et la dynamisation de l'économie et la création d'emploi et de revenus.

C'est explicitement ce que vise le concept de "développement durable", et que la Communauté internationale s'est engagée à poursuivre, tout d'abord sous les "Objectifs du Millénaire pour le Développement" à l'échéance 2015, puis les "Objectifs de Développement Durable" à l'échéance 2030.

Ce sont ces objectifs qui stimulent et orientent l'engagement des pays développés envers les pays en développement, à travers ce que l'on a appellé l'Aide publique au développement. L'Union européenne en cela figure parmi les plus importants bailleurs de fonds dans le Monde. En particulier, son partenariat avec les pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique – les "pays ACP" – depuis 60 ans a généré plusieurs milliards d'euros d'aide. À titre illustratif, le 11e Fonds européen de développement, couvrant la période 2014-2020, au bénéfice de l'Afrique subsaharienne s'est élevé à 26 milliards d'euros, dont 630 millions en coopération bilatérale avec la République démocratique du Congo.

Mais, les subventions et donations publiques ne peuvent pas couvrir tous les besoins. Les enjeux et les besoins – encore aggravés par les crises et les conflits – dépassent de loin ce que l'aide gouvernementale peut apporter. Celle-ci doit être complétée et relayée par l'intervention des capitaux privés et l'implication des opérateurs économiques, ceux qui constituent le tissu dynamique qui génère la croissance de l'économie.

En dehors du secteur public, le secteur privé ne peut pas non plus à lui seul proposer des solutions idoines. De plus en plus se multiplient les expériences où un mixage approprié des deux peut faire mouche, et atteindre les multiples objectifs cités plus haut.

Le thème du forum de ce jour est en relation directe avec ces objectifs : comment pouvons-nous innover, comment pouvons-nous créer une interface gagnante entre ces trois défis : (1) celui de sortir la population de l'état de pauvreté et de survie, (2) celui de freiner et d'inverser la dégradation d'un environnement sous pression – en cela, j'inclus aussi le changement climatique dont l'ampleur et la gravité ne font que se confirmer d'année en année – et (3) celui de stimuler l'investissement porteur de croissance, de création d'emploi et de prospérité.

Nous allons explorer ensemble comment l'approche basée sur l'agroforesterie et la diversification agricole peut répondre à ces trois défis.

L'agriculture est le secteur sur lequel le Congo, sous la direction de son nouveau Président, a choisi de parier pour réussir sa relance économique. La forêt est l'atout dont dispose le Congo pour jouer un rôle de premier plan dans la lutte mondiale contre le réchauffement climatique.

L'agroforesterie réunit les deux et promet d'être l'avenir de la République démocratique du Congo.

Chers participants, chers investisseurs, je souhaite à ce forum d'être couronné de succès et de susciter l'intérêt parmi vous.

Editorial Sections: