Stratégie globale de l’UE

Déclaration commune du comité ministériel conjoint établi au titre de l'accord de partenariat stratégique Canada-UE: un partenariat stratégique tourné vers l'avenir et dynamique

Montréal, 06/11/2018 - 17:46, UNIQUE ID: 181106_5
Joint Statements

Déclaration commune du comité ministériel conjoint établi au titre de l'accord de partenariat stratégique Canada-UE: un partenariat stratégique tourné vers l'avenir et dynamique

Aujourd'hui, Mme Chrystia Freeland, ministre des affaires étrangères du Canada, et Mme Federica Mogherini, haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission (HR/VP), ont coprésidé une réunion du comité ministériel conjoint (CMC) établi au titre de l'accord de partenariat stratégique Canada-UE (APS). Lors de cette réunion, les deux parties ont réaffirmé leur intention de continuer à collaborer étroitement dans un environnement mondial où nos défis communs sont à la fois considérables et systémiques et, à ce titre, nécessitent une action coordonnée à l'échelle régionale ou mondiale.

 

  1. Compte tenu de l'attachement commun du Canada et de l'UE aux valeurs démocratiques fondamentales, à l'État de droit, au respect du droit international, à un programme de politique internationale tourné vers l'avenir, à un commerce ouvert, à un développement durable et à un multilatéralisme effectif, cette réunion du CMC a porté sur les thèmes suivants: le renforcement des relations entre le Canada et l'UE, notamment par l'application provisoire rigoureuse des accords bilatéraux signés; l'APS et l'accord économique et commercial global (AECG); les grands enjeux mondiaux et l'importance de la coopération multilatérale pour y faire face; et une coopération étroite pour relever les défis actuels en matière de paix et de sécurité internationales.

 

Renforcement des relations bilatérales entre le Canada et l'UE

3. Le CMC a reçu le rapport annuel sur l'état de la relation UE-Canada établi par le comité de coopération conjoint de hauts fonctionnaires de l'APS et a approuvé ses recommandations. Ce rapport annuel rend compte de la portée comme de l'étendue de la coopération entre la Canada et l'UE, qui est plus importante que jamais dans le contexte mondial actuel difficile, ainsi que de la manière dont l'APS a favorisé la coopération dans de nouveaux domaines, tels que l'aide au développement et l'emploi et les affaires sociales.

 

4. Le CMC a réaffirmé que l'AECG symbolise l'attachement commun du Canada et de l'UE à un programme de commerce international ouvert et à la lutte contre le protectionnisme. La première réunion du Comité mixte de l'AECG au niveau ministériel s'est tenue le 26 septembre 2018 à Montréal. Cette réunion a permis aux coprésidents d'examiner les progrès réalisés par les différents comités spécialisés établis en vertu de l'AECG, de faire le point sur l'état de la mise en œuvre de l'accord et de discuter de la manière de coopérer pour continuer de progresser en vue de la mise en œuvre complète et effective de l'AECG, de manière à créer de nouvelles perspectives pour les citoyens des deux côtés de l'Atlantique. Les coprésidents ont également adopté des recommandations sur le commerce, l'action pour le climat et l'accord de Paris; le commerce et l'égalité entre les femmes et les hommes; et la promotion des petites et moyennes entreprises (PME).[1]

 

5. En ce qui concerne les liens qui unissent les populations, le CMC a mis l'accent sur la contribution apportée par la mobilité universitaire et des chercheurs et a salué l'échange continu d'informations dans le domaine de la jeunesse afin de renforcer les relations entre le Canada et l'UE. Le CMC est convenu d'étudier les moyens de faciliter la mobilité des populations autochtones inuites à la frontière entre le Canada et le Groenland, afin d'améliorer les perspectives économiques, sociales et culturelles des populations autochtones septentrionales isolées de l'Arctique, ce qui témoignerait de relations renouvelées avec ces populations autochtones, fondées sur la reconnaissance des droits, le respect, la coopération et le partenariat.

Enjeux mondiaux et coopération multilatérale

  1. 6. Le CMC est convenu qu'un ordre international fondé sur des règles est un fondement essentiel de notre sécurité et de notre prospérité collectives. Le Canada et l'UE se sont engagés à œuvrer ensemble pour le renforcer en promouvant un multilatéralisme effectif ayant comme pierre angulaire les Nations unies. Ils ont réaffirmé soutenir sans réserve le maintien et le renforcement du système commercial multilatéral fondé sur des règles, dans lequel l'Organisation mondiale du commerce (OMC) occupe une place centrale, et ils se sont félicités des efforts actuellement déployés pour moderniser et réformer l'OMC afin d'améliorer sa transparence, ses activités de surveillance, son mécanisme de règlement des différends et ses fonctions réglementaires, qui constituent des éléments nécessaires pour créer des conditions de concurrence équitables et pour lutter contre toutes les formes de protectionnisme.

    7. Le CMC s'est engagé à continuer de soutenir l'observation internationale des élections, qu'il considère comme essentielle aux efforts plus généraux visant à renforcer les institutions et les pratiques démocratiques. Il a pris note de la coopération étroite établie dans le cadre des élections tenues récemment au Zimbabwe et a discuté de la meilleure manière de coopérer pendant les élections à venir en Ukraine afin d'assurer un processus libre, équitable et transparent. Le CMC a également demandé aux responsables concernés de travailler à l'élaboration d'un nouvel arrangement administratif sur la participation du Canada aux missions d'observation électorale de l'UE.

    8. Le CMC s'est engagé à continuer de coopérer au sein des enceintes multilatérales compétentes, y compris le Conseil des droits de l'homme de l'ONU et la Troisième Commission de l'Assemblée générale des Nations unies, afin de promouvoir et d'assurer le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, ainsi que de l'ordre international fondé sur des règles. Le Canada et l'UE ont également réaffirmé qu'ils étaient déterminés à promouvoir et à protéger les droits et les libertés fondamentales des femmes et des filles, à faire progresser l'égalité entre les femmes et les hommes et l'autonomisation des femmes et des filles, à lutter contre toutes les formes de discrimination et de violence à l'égard des femmes et à intégrer une démarche soucieuse d'équité entre les sexes dans tous les domaines des politiques et des programmes, y compris les femmes, la paix et la sécurité. En outre, le Canada et l'UE entendent maintenir leur mobilisation en faveur des femmes, de la paix et de la sécurité d'ici le vingtième anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies, en 2020, et après cette date.

    9. Le CMC a souligné l'importance de la première réunion formelle des femmes ministres des affaires étrangères, tenue les 21 et 22 septembre 2018 à Montréal, ainsi que la détermination enthousiaste des participantes à collaborer pour tirer parti de la fonction de ministre des affaires étrangères, promouvoir la participation politique des femmes, la démocratie et la paix et la sécurité, et recenser d'éventuelles initiatives multilatérales et bilatérales visant à promouvoir davantage l'autonomisation des femmes et des filles. Le CMC a pris note d'éventuelles possibilités de suivi ainsi que de la possibilité d'organiser, sous une forme ou une autre, d'autres réunions des femmes ministres des affaires étrangères au cours des années à venir.

    10. En ce qui concerne le changement climatique, le CMC s'est rallié à la déclaration que le Secrétaire général de l'Organisation des Nations unies a faite récemment, lors de la semaine de haut niveau de l'ONU, et selon laquelle le changement climatique est la question déterminante de notre époque, ainsi qu'au rapport spécial sur un réchauffement planétaire de 1,5 oC, présenté récemment par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat de l'ONU, selon lequel il faudrait modifier rapidement, radicalement et de manière inédite tous les aspects de la société pour limiter le réchauffement planétaire à 1,5 ºC. Le CMC a appelé à élaborer des orientations rigoureuses pour soutenir la mise en œuvre ambitieuse de l'accord de Paris lors de la prochaine conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 24), qui se tiendra du 3 au 14 décembre 2018 à Katowice (Pologne). Pour ce qui est de la mise en œuvre de l'accord de Paris au niveau national, le dialogue de haut niveau UE-Canada sur les changements climatiques, tenu le 24 mai 2018 à Bruxelles (Belgique), a permis de définir des domaines de convergence et des possibilités concrètes d'échanges d'expériences bilatéraux. Le CMC a également reconnu la nécessité d'une plus grande ambition et d'une action plus large au niveau international de la part des acteurs étatiques et non étatiques afin d'atteindre les objectifs de l'accord de Paris. Par ailleurs, le CMC a déclaré que la mobilisation des parties prenantes était cruciale à cet égard.

    11. Le CMC a reconnu le lien évident qui existe entre le climat et l'énergie. Il a réaffirmé l'attachement partagé au dialogue de haut niveau sur l'énergie, a pris acte des progrès importants réalisés dans le cadre de son plan d'action commun et a déclaré attendre avec intérêt la tenue du prochain dialogue de haut niveau sur l'énergie. Par ailleurs, le CMC a pris bonne note de la coopération multilatérale fructueuse menée en 2018, notamment dans le cadre des réunions ministérielles sur l'énergie propre et de l'initiative "Mission Innovation", organisées par l'UE et les partenaires nordiques, des réunions ministérielles sur l'action climatique, organisées par l'UE, le Canada et la Chine en septembre 2017 et en juin 2018, et des réunions ministérielles conjointes du G7 organisées par le Canada sur le thème "Travailler ensemble à l'égard des changements climatiques, des océans et de l'énergie propre". Le Canada continuera à travailler en étroite collaboration avec l'UE en vue des réunions ministérielles sur l'énergie propre et de l'initiative "Mission Innovation" de 2019, organisées par le Canada, qui tireront parti de partenariats précieux et d'occasions intéressantes pour accélérer la mise en œuvre de stratégies de croissance propre et l'avènement d'un avenir énergétique mondial à faibles émissions de carbone.

    12. Pour illustrer de manière concrète les synergies entre l'action climatique et les problèmes de qualité de l'air et en faisant fond sur les efforts déployés par le Conseil de l'Arctique, le Canada et l'UE ont réaffirmé leurs priorités respectives en vue de réduire les émissions de carbone noir. Ils sont convenus de s'employer à mettre en œuvre les recommandations exposées dans le rapport sur la synthèse des progrès réalisés et les recommandations du Groupe d'experts sur le carbone noir et le méthane du Conseil de l'Arctique.

    13. Le CMC a mis l'accent sur le travail considérable accompli pendant la présidence canadienne du G7 concernant le programme international pour les océans, y compris les microplastiques. Il a également encouragé les experts respectifs à conclure un partenariat Canada-UE sur les océans, en s'appuyant sur une coopération de longue date, y compris les dialogues de haut niveau, la déclaration de Galway et la déclaration commune relative aux efforts visant à lutter contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée.

Paix et sécurité internationales

  1. 14. Le CMC a reconnu l'importance que revêt la relation transatlantique pour la paix, la sécurité et la prospérité des deux côtés de l'Atlantique. Le partenariat, fondé sur le respect mutuel ainsi que des valeurs et des intérêts communs, demeure indispensable, tout particulièrement en cette période de grands défis géopolitiques qu'aucun pays ne peut résoudre seul. Le CMC a rappelé la détermination commune des parties à coopérer étroitement sur toutes les crises humanitaires internationales urgentes et tous les défis pressants en matière de paix et de sécurité, y compris en Russie et en Ukraine, en Syrie, en Iraq, en Iran, en RPDC, au Mali, au Venezuela et au Myanmar/en Birmanie.

    15. La coopération dans le domaine de la sécurité et de la défense fait partie intégrante du partenariat stratégique entre le Canada et l'UE, ainsi qu'il a été confirmé lors du dialogue annuel consacré à la sécurité et à la défense, dont la dernière édition s'est tenue le 23 octobre 2018 à Ottawa. L'UE salue le soutien que le Canada continue d'apporter à ses missions et à ses opérations, et se félicite de la participation de policiers canadiens à ses missions en Ukraine (EUAM Ukraine) et en Cisjordanie (EUPOL COPPS). Elle attend avec intérêt le déploiement de Canadiens dans le cadre de sa mission de renforcement des capacités au Mali (EUCAP Sahel Mali) au cours des prochains mois, ainsi que la poursuite des discussions concernant d'autres missions auxquelles le Canada pourrait contribuer.

    16. Le CMC a indiqué qu'il restait déterminé à approfondir la coopération en matière de lutte contre les menaces hybrides, de cybersécurité et de communications stratégiques. Le CMC a salué le renforcement de la coopération UE-OTAN dans ces domaines, conformément aux deux déclarations communes et à la mise en œuvre des soixante-quatorze propositions communes, y compris par l'intermédiaire des centres d'excellence pour la cyberdéfense, la lutte contre les menaces hybrides et la communication stratégique établis en Europe, respectivement à Tallinn (Estonie), Helsinki (Finlande) et Riga (Lettonie), ainsi que du pôle de l'OTAN pour le sud, situé à Naples (Italie). Le Canada se félicite de la participation active de l'UE au mécanisme d'intervention rapide dirigé par le Canada destiné à contrer l'ingérence étrangère dans les processus démocratiques, qui constitue un résultat majeur de la présidence canadienne du G7.

    17. Le CMC a pris note des avancées satisfaisantes réalisées dans les négociations en cours sur l'accord concernant les données des dossiers passagers (PNR) entre le Canada et l'UE afin de trouver des solutions appropriées aux préoccupations soulevées par la Cour de justice en juillet 2017. L'utilisation des données PNR demeure un outil important pour lutter contre le terrorisme et d'autres actes criminels.

     

 

Languages: