Culture

L'opération IRINI et la quête de la paix en Libye

21/03/2021 - 20:11
From the blog

21/03/2021 - Blog du HR/VP - Cela fait un an qu'a été lancée l'opération navale de l'UE IRINI. Les 18 et 19 mars, je me suis rendu au quartier général d'IRINI à Rome, sur la base aérienne de Sigonella, et sur l'un de nos quatre navires actuellement en mer, le FGS Berlin. Cette visite intervient alors que la Libye est à la croisée des chemins et que les efforts internationaux en soutien à la recherche de la paix sont dans une phase décisive: nous commençons à apercevoir une lueur d'espoir.

"Après dix années de conflit, les Libyens ont une nouvelle chance de rétablir la paix. L'UE a contribué aux évolutions favorables qui se sont produites récemment, notamment par l'intermédiaire de l'opération IRINI."

 

J'ai dit précédemment que le conflit libyen était devenu un "théâtre de guerres par procuration", aux portes de l'UE. Nous devrions, nous, Union européenne, faire tout ce qui est en notre pouvoir pour contribuer à faire cesser les combats et concourir à un véritable règlement politique, même si nous savons à quel point cela sera difficile.

 

"Après dix années de conflit en Libye, une nouvelle chance s'offre au pays et à sa population."

 

Après dix années de conflit en Libye, une nouvelle chance s'offre au pays et à sa population: un accord de cessez-le-feu est en place, un processus politique est en cours, des élections sont prévues pour la fin de l'année, et un gouvernement intérimaire vient de prêter serment. Je suis fier que l'Union européenne ait pu contribuer à ces évolutions favorables, notamment par l'intermédiaire de l'opération IRINI.

Au quartier général de l'opération à Rome, j'ai eu l'occasion de voir comment l'opération surveille et suit les navires et les avions soupçonnés de violer l'embargo des Nations unies sur les armes et coordonne les actions en mer. À Rome, j'ai également rencontré le ministre des affaires étrangères, M. Di Maio, et le ministre de la défense, M. Guerini, que j'ai remerciés pour la contribution de l'Italie à ce qui constitue l'un des plus importants engagements opérationnels européens à nos portes. Nous avons aussi eu l'occasion de discuter d'autres questions importantes qui figurent actuellement à l'ordre du jour.

À la base aérienne de Sigonella et à bord de l'un des quatre navires actuellement déployés en Méditerranée centrale, le FGS Berlin, j'ai rendu hommage au travail considérable fourni par l'ensemble des femmes et des hommes participant à cette opération. À bord du navire allemand, le FGS Berlin, je me suis également entretenu avec la ministre Kramp-Karrenbauer et lui ai exprimé ma gratitude pour la contribution de l'Allemagne à l'opération et, plus généralement, au processus de paix en Libye.

 

"Des moyens navals français, italiens, grecs et allemands; une équipe d'arraisonnement lituanienne servant sur un navire allemand; un avion luxembourgeois à côté d'un appareil polonais; des personnels de six nationalités différentes travaillant ensemble dans la même salle du centre d'opérations conjoint: voilà à quoi ressemble la défense européenne en action. "

 

Dans le même temps, avec vingt-quatre États membres contributeurs, l'opération IRINI est une entreprise véritablement européenne. Des moyens navals français, italiens, grecs et allemands; une équipe d'arraisonnement lituanienne servant sur un navire allemand; un avion luxembourgeois à côté d'un appareil polonais; des personnels de six nationalités différentes travaillant ensemble dans la même salle du centre d'opérations conjoint: voilà à quoi ressemble la défense européenne en action.

Mise en œuvre de l'embargo sur les armes imposé à la Libye

Permettez-moi de rappeler comment l'Union en est venue à lancer IRINI. En janvier 2020, lors de la conférence de Berlin sur la Libye, la mise en œuvre de l'embargo des Nations unies sur les armes a été érigée au rang de priorité. Tant que des armes arrivent massivement en Libye, il est difficile d'instaurer une paix durable. L'UE a décidé d'agir. Cela n'a pas été facile. D'aucuns appréhendaient un facteur d'attraction pour les migrants, qui n'a en fait jamais été observé. Il a fallu un certain temps pour expliquer, convaincre et rassurer. L'unanimité est souvent difficile à atteindre, mais nous y sommes parvenus. Avec les États membres, nous avons assuré toute la planification nécessaire en six semaines à peine, et l'UE a été en mesure de lancer l'opération IRINI le 31 mars 2020.

 

"Les navires, avions et drones d'Irini ont patrouillé en Méditerranée centrale, effectuant plus de 2 300 prises de contact radio, près de 100 approches amicales et 9 inspections."

 

Tout au long de l'année dernière, les navires, avions et aéronefs sans équipage d'IRINI ont patrouillé en Méditerranée centrale, effectuant plus de 2 300 prises de contact radio, près de 100 approches amicales et 9 inspections. IRINI a également saisi une cargaison illégale et empêché l'exportation illégale de carburant.

Grâce à IRINI, nous contribuons aussi, plus largement, à la sécurité maritime dans une zone d'intérêt stratégique pour l'Europe. C'est ce que nous faisons également au moyen de l'opération Atalanta au large des côtes somaliennes, ou dans le golfe de Guinée grâce aux nouvelles présences maritimes coordonnées. Étant donné que le domaine maritime devient le théâtre d'une concurrence géopolitique accrue, notre engagement en mer est important pour la sécurité de l'Europe et de nos citoyens.

IRINI surveille les violations de l'embargo sur les armes imposé par les Nations unies à la Libye, qui se produisent en mer mais aussi sur terre et dans les airs. Rien qu'au cours de l'année écoulée, l'opération a permis d'assurer la surveillance de 16 ports et terminaux pétroliers libyens, de 25 aéroports et terrains d'atterrissage et de près de 200 vols soupçonnés de transporter des cargaisons à caractère militaire à destination et au départ de la Libye. Afin de s'acquitter de sa mission, IRINI peut également s'appuyer sur les informations fournies par le Centre satellitaire de l'Union européenne (CSUE), ce qui démontre l'importance que revêt cette capacité pour la sécurité européenne.

L'opération IRINI partage ces informations essentielles avec les Nations unies. À ce jour, IRINI a communiqué plus de 20 rapports classifiés au groupe d'experts des Nations unies sur les violations de l'embargo des Nations unies sur les armes. Toutefois, et malgré tous nos efforts, le dernier rapport du groupe d'experts des Nations unies, publié pas plus tard que cette semaine, conclut que cet embargo (lien externe) "est d'une inefficacité totale". Nous en sommes conscients, malheureusement. Cela concorde en effet parfaitement avec notre propre évaluation et confirme la nécessité d'une opération telle qu'IRINI. Le rapport acte également la bonne coopération avec l'opération IRINI, le seul acteur qui mette en œuvre l'embargo sur les armes et joue en même temps un rôle dissuasif. Nous devons donc intensifier et élargir nos efforts.

On rappellera qu'IRINI peut inspecter les navires suspects uniquement en vertu des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et du droit international de la mer. Elle ne peut pas intervenir à terre, ni intercepter des avions. En revanche, nous savons exactement ce que font les fauteurs de troubles, car IRINI les observe. Il appartient maintenant au Conseil de sécurité de prendre des mesures à la lumière de ce rapport. Il est essentiel que tous les États membres des Nations unies honorent leur obligation de mettre en œuvre l'embargo sur les armes et que tous les États du pavillon accèdent à la demande du Conseil de sécurité et coopèrent aux inspections.

Le mandat de l'opération IRINI devrait être renouvelé pour une nouvelle période de deux ans. Nous continuerons à surveiller les navires suspects, quelle que soit leur provenance. Conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies, nous mènerons des inspections avec le plus haut degré de professionnalisme.

Aujourd'hui, la Libye connaît une plus grande stabilité qu'auparavant, mais elle n'est pas encore en paix. Une occasion unique s'offre à la Libye, qu'il importe de saisir. Nous sommes prêts, nous, Union européenne, à en faire davantage pour contribuer à mettre un terme au conflit, et à continuer de soutenir le processus de paix mené sous l'égide des Nations unies.

 

 

 

Opération IRINI:Discours prononcé par le haut représentant/vice-président Josep Borrell à l'aéroport de la base aéronavale de Sigonella

Opération IRINI:Observations du haut représentant/vice-président Josep Borrell lors du point presse à l'aéroport de la base aéronavale de Sigonella

 

 

 

Rubriques éditoriales: