Africa and the EU

L'agenda européen en matière de migration: l'UE doit poursuivre les progrès accomplis au cours des quatre dernières années

07/03/2019 - 11:07
News stories

<p>Dans la perspective du Conseil européen de mars, la Commission dresse aujourd'hui le bilan des progrès accomplis au cours des quatre dernières années et décrit les mesures qui sont encore nécessaires pour relever les défis actuels et futurs en matière de migration.</p>

Face à la crise des réfugiés la plus grave qu'ait connu le monde depuis la Seconde Guerre mondiale, l'UE est parvenue à susciter un changement radical en matière de gestion des migrations et de protection des frontières. L'UE a offert une protection et un soutien à des millions de personnes, a sauvé des vies, a démantelé des réseaux de passeurs et a permis de réduire le nombre d'arrivées irrégulières en Europe à son niveau le plus bas enregistré en cinq ans. Néanmoins, des efforts supplémentaires sont nécessaires pour assurer la pérennité de la politique migratoire de l'UE, compte tenu d'un contexte géopolitique en constante évolution et de l'augmentation régulière de la pression migratoire à l'échelle mondiale (voir fiche d'information).

Frans Timmermans, premier vice-président, a déclaré: «Au cours des quatre dernières années, l'UE a accompli des progrès considérables et obtenu des résultats tangibles dans l'action menée pour relever le défi de la migration. Dans des circonstances très difficiles, nous avons agi ensemble. L'Europe n'est plus en proie à la crise migratoire que nous avons traversée en 2015, mais des problèmes structurels subsistent. Les États membres ont le devoir de protéger les personnes qu'ils abritent et de veiller à leur bien-être. Continuer à coopérer solidairement dans le cadre d'une approche globale et d'un partage équitable des responsabilités est la seule voie à suivre si l'UE veut être à la hauteur du défi de la migration.»

Federica Mogherini, haute représentante et vice-présidente, a affirmé: «Notre collaboration avec l'Union africaine et les Nations unies porte ses fruits. Nous portons assistance à des milliers de personnes en détresse, nous en aidons beaucoup à retourner chez elles en toute sécurité pour y démarrer une activité, nous sauvons des vies, nous luttons contre les trafiquants. Les flux ont diminué, mais ceux qui risquent leur vie sont encore trop nombreux et chaque vie perdue est une victime de trop. C'est pourquoi nous continuerons à coopérer avec nos partenaires internationaux et avec les pays concernés pour fournir une protection aux personnes qui en ont le plus besoin, remédier aux causes profondes de la migration, démanteler les réseaux de trafiquants, mettre en place des voies d'accès à une migration sûre, ordonnée et légale. La migration constitue un défi mondial que l'on peut relever, ainsi que nous avons choisi de le faire en tant qu'Union, avec des efforts communs et des partenariats solides.»

Dimitris Avramopoulos, commissaire pour la migration, les affaires intérieures et la citoyenneté, a déclaré: «Les résultats de notre approche européenne commune en matière de migration parlent d'eux-mêmes: les arrivées irrégulières sont désormais moins nombreuses qu'avant la crise, le corps européen de garde-frontières et de garde-côtes a porté la protection commune des frontières de l'UE à un niveau inédit et, en collaboration avec nos partenaires, nous travaillons à garantir des voies d'entrée légales tout en multipliant les retours. À l'avenir, il est essentiel de poursuivre notre approche commune, mais aussi de mener à bien la réforme en cours du régime d'asile de l'UE. En outre, il convient, à titre prioritaire, de mettre en place des accords temporaires en matière de débarquement.»

Depuis trois ans, les chiffres des arrivées n'ont cessé de diminuer et les niveaux actuels ne représentent que 10 % du niveau record atteint en 2015. En 2018, environ 150 000 franchissements irréguliers des frontières extérieures de l'UE ont été détectés. Toutefois, le fait que le nombre d'arrivées irrégulières ait diminué ne constitue nullement une garantie pour l'avenir, eu égard à la poursuite probable de la pression migratoire. Il est donc indispensable d'adopter une approche globale de la gestion des migrations et de la protection des frontières.

Des mesures immédiates s'imposent

Les problèmes les plus urgents nécessitant des efforts supplémentaires sont les suivants:

  • Route de la Méditerranée occidentale: l'aide au Maroc doit encore être intensifiée, compte tenu de l'augmentation importante des arrivées par la route de la Méditerranée occidentale. Elle doit comprendre la poursuite de la mise en œuvre du programme de 140 millions d'euros visant à soutenir la gestion des frontières ainsi que la reprise des négociations avec le Maroc sur la réadmission et l'assouplissement du régime de délivrance des visas.
  • Route de la Méditerranée centrale: améliorer les conditions d'accueil déplorables en Libye: les efforts déployés par l'intermédiaire du groupe de travail trilatéral UA-UE-NU doivent se poursuivre pour contribuer à libérer les migrants se trouvant en rétention, faciliter le retour volontaire (37 000 retours jusqu'à présent) et évacuer les personnes les plus vulnérables (près de 2 500 personnes évacuées).
  • Route de la Méditerranée orientale: gestion des migrations en Grèce: alors que la déclaration UE-Turquie a continué à contribuer à la diminution considérable des arrivées sur les îles grecques, des problèmes majeurs sont toujours en suspens en Grèce en ce qui concerne les retours, le traitement des demandes d'asile et la mise à disposition d'un hébergement adéquat. Afin d'améliorer la gestion des migrations, la Grèce devrait rapidement mettre en place une stratégie nationale efficace comprenant une organisation opérationnelle des tâches.
  • Accords temporaires en matière de débarquement: sur la base de l'expérience acquise au moyen de solutions ad hoc au cours de l'été 2018 et en janvier 2019, des accords temporaires peuvent constituer une approche européenne plus systématique et mieux coordonnée en matière de débarquement­. De tels accords mettraient en pratique la solidarité et la responsabilité au niveau de l'UE, en attendant l'achèvement de la réforme du règlement de Dublin.

 En matière de migration, il est indispensable d'adopter une approche globale, qui comprenne des actions menées avec des partenaires à l'extérieur de l'UE, aux frontières extérieures, et à l'intérieur de l'UE. Il ne suffit pas de se concentrer uniquement sur les problèmes les plus urgents. La situation exige une action constante et déterminée en ce qui concerne l'ensemble des éléments de l'approche globale, pour chacun des quatre piliers de l'agenda européen en matière de migration:

1. Lutte contre les causes de la migration irrégulière: au cours des quatre dernières années, la migration s'est peu à peu fermement intégrée à tous les domaines des relations extérieures de l'UE:

  • Grâce au fonds fiduciaire d'urgence de l'UE pour l'Afrique, plus de 5,3 millions de personnes vulnérables bénéficient actuellement d'une aide de première nécessité et plus de 60 000 personnes ont reçu une aide à la réintégration après leur retour dans leur pays d'origine.
  • La lutte contre les réseaux de passeurs et de trafiquants a encore été renforcée. En 2018, le centre européen chargé de lutter contre le trafic de migrants, établi au sein d'Europol, a joué un rôle majeur dans plus d'une centaine de cas de trafic prioritaires et des équipes communes d'enquête participent activement à la lutte contre ce trafic dans des pays comme le Niger.
  • Afin d'intensifier les retours et la réadmission, l'UE continue d'œuvrer à la conclusion d'accords et d'arrangements en matière de réadmission avec les pays partenaires, 23 accords et arrangements ayant été conclus jusqu'à présent. Les États membres doivent maintenant tirer pleinement parti des accords existants.
  • En outre, le Parlement européen et le Conseil devraient adopter rapidement la proposition de la Commission en matière de retour, qui vise à limiter les abus et la fuite des personnes faisant l'objet d'un retour au sein de l'Union.

2. Gestion renforcée des frontières: créée en 2016, l'Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes est aujourd'hui au cœur des efforts déployés par l'UE pour aider les États membres à protéger les frontières extérieures. En septembre 2018, la Commission a proposé de renforcer encore le corps européen de garde-frontières et de garde-côtes et de doter l'Agence d'un corps permanent de 10 000 garde-frontières, afin que les États membres puissent à tout moment bénéficier pleinement du soutien opérationnel de l'UE. La Commission invite le Parlement européen et les États membres à adopter la réforme avant les élections au Parlement européen. Afin d'éviter les lacunes, les États membres doivent également veiller à un déploiement suffisant d'experts et d'équipements auprès de l'Agence.

3. Protection et asile: l'UE continuera à apporter son soutien aux réfugiés et aux personnes déplacées dans des pays tiers, y compris au Moyen-Orient et en Afrique, ainsi qu'à offrir un refuge aux personnes ayant besoin d'une protection internationale. Plus de 50 000 personnes réinstallées l'ont été dans le cadre de programmes de l'UE depuis 2015. L'un des principaux enseignements de la crise migratoire est la nécessité de réviser les règles de l'UE en matière d'asile et de mettre en place un régime équitable et adapté à l'objectif poursuivi, qui permette de gérer toute augmentation future de la pression migratoire. La Commission a présenté toutes les propositions nécessaires et soutient fermement une approche progressive pour faire avancer chaque proposition. Les propositions qui sont sur le point d'aboutir devraient être adoptées avant les élections au Parlement européen. La Commission continuera de travailler avec le Parlement européen et le Conseil pour progresser vers l'étape finale.

4. Migration légale et intégration: les voies de migration légale ont un effet dissuasif sur les départs irréguliers et sont un élément important pour qu'une migration ordonnée et fondée sur les besoins devienne la principale voie d'entrée dans l'UE. La Commission présentera sous peu une évaluation complète du cadre de l'UE en matière de migration légale. Parallèlement, les États membres devraient développer le recours à des projets pilotes en matière de migration légale sur une base volontaire. L'intégration réussie des personnes ayant un droit de séjour est essentielle au bon fonctionnement de la migration et plus de 140 millions d'euros ont été investis dans des mesures d'intégration au titre du budget de l'UE au cours de la période 2015-2017.

Pour en savoir plus

Communication – Rapport d'avancement sur la mise en œuvre de l'agenda européen en matière de migration

Fiche d'information: Un changement radical dans la gestion des migrations et dans la sécurité des frontières: chronologie

Fiche d'information: Rétablir les faits: pour en finir avec les idées reçues concernant la migration

Fiche d'information: Migrations: des mesures immédiates s'imposent

Fiche d'information – Actions de l'UE le long de la route de la Méditerranée occidentale

Fiche d'information – Actions de l'UE le long de la route de la Méditerranée centrale

 

 

IP/19/1496

Personnes de contact pour la presse:

Renseignements au public: Europe Direct par téléphone au 00 800 67 89 10 11 ou par courriel

Editorial Sections: