Africa and the EU

L'UE participe aux consultations en vue du 3ème Sommet des Filles Africaines prévu du 16 au 18 novembre 2021 à Niamey

15/11/2021 - 03:07
News stories

Le Niger accueillera du 16 au 18 novembre prochain le 3ème Sommet des Filles Africaines sur le thème "Culture, Droits Humains et Responsabilité : Accélérer l’Elimination des pratiques néfastes". Organisé par la Commission de l’Union Africaine tous les 3 ans, le Sommet des Filles Africaines vise à accélérer la réalisation de leurs droits.

 

Dans le cadre des travaux de consultation pour la préparation du 3ème Sommet des Filles Africaines prévu du 16 au 18 novembre 2021 à Niamey, la Cheffe de Délégation de l’Union européenne au Niger, Mme Denisa-Elena IONETE, a participé à une discussion avec les jeunes filles nigériennes sur le thème du rôle de la société civile pour combattre l’exploitation économique de la jeune fille.

Plusieurs pistes de réflexion se sont dégagées:

  • L'accent a été mis sur l’importance d’une éducation de base de qualité, avec des enseignants de qualité ainsi que la nécessité de construire des écoles à proximité de l’endroit où les jeunes filles habitent.
  • Il faut aussi pouvoir récompenser les plus brillantes élèves en facilitant par exemple leur accès à une bourse d’étude.
  • La question du manque de moyens économiques ne doit pas être élucidée, car souvent le choix se pose pour la famille entre éducation et survie. Il faut créer les conditions pour que les jeunes puissent gagner leur vie de manière autonome et digne, avec un revenu à temps plein. Il est temps d'apporter des solutions concrètes.
  • Il faut traiter les causes profondes du manque d’opportunités pour la jeune fille. Les parents doivent jouer ce rôle de remise en question des stéréotypes et d’encouragement auprès de la jeune fille. Les actions doivent donc aussi cibler les familles elles-mêmes. Il convient notamment de montrer aux familles quels sont les modèles de changement qui fonctionnent pour l’avancement de la jeune fille, tant dans les communautés urbaines que rurales.
  • Travailler main dans la main pour défendre la cause des jeunes filles, sans se disperser et sans se faire concurrence, permettra d'avoir un impact plus fort. 
L’initiative du pré-Sommet - organisée entre autres avec l’assistance technique de l’Union européenne et qui a réuni les 13 et 14 novembre au Centre de Conférences Mahatma Gandhi plus de 300 participantes venus de toutes régions du Niger et des pays de la sous-région - avait pour but d’encourager la parole des jeunes filles et de les aider à peaufiner et structurer les messages qu’elles défendront lors du 3ème Sommet des Jeunes Filles. Les échanges ont porté sur différents thèmes dont la lutte contre le mariage des enfants, l'exploitation socio-économique et les violences faites aux jeunes filles.
 

 

La Cheffe de Délégation a rappelé l’importance pour l‘Union européenne de contribuer à soutenir le rôle et renforcer les capacités de la société civile, à financer des actions concrètes et à encourager le partenariat et la création d’un cadre commun entre tous les acteurs pour la promotion des droits de la jeune fille.

L’Union européenne et ses Etats Membres sont également fortement engagés dans le soutien à l’éducation et à lever les obstacles qui empêchent la scolarisation des jeunes filles au Niger, dont le mariage précoce.

Il reste encore beaucoup d’efforts à déployer car trop de jeunes filles continuent d’être mariées en bas âge dans le monde entier et en Afrique, particulièrement au Niger où trois filles sur 4 sont mariées avant leur 18ème anniversaire.

 

Editorial Sections: