European Union External Action

Défense européenne: lutter contre la COVID-19, préparer l'avenir

14/05/2020 - 12:57
From the blog

14/05/2020 - La pandémie de COVID-19 va très probablement entraîner une dégradation de notre environnement de sécurité dans les années à venir, ce qui rend d'autant plus nécessaire de renforcer la politique de sécurité et de défense de l'UE et de renforcer l'Union sur la scène mondiale.

HRVP Blog on European defence: fighting COVID-19, preparing for the future

Le coronavirus entraîne une dégradation de notre environnement de sécurité, ce qui rend d'autant plus nécessaire de renforcer la politique de sécurité et de défense de l'UE.

 

Nous avons tenu mardi la deuxième vidéoconférence en six semaines avec les ministres de la défense de l'Union européenne, et hier, je me suis adressé au Comité militaire de l'UE au niveau des chefs d'état-major des armées de l'UE. Nous avons débattu des conséquences de la pandémie en matière de sécurité et de défense, et il est apparu clairement que la crise de la COVID-19 serait un moment de redéfinition de nos sociétés, de nos économies et de notre politique de sécurité et de défense. La santé est désormais une question de sécurité.

Les forces armées de nos États membres jouent déjà un rôle crucial dans la lutte contre le coronavirus en Europe. Elles soutiennent les autorités civiles et nos citoyens en fournissant des ressources médicales, logistiques et de sécurité, à la fois dans leur pays d'origine et dans l'ensemble des États membres de l'UE, dans un véritable esprit de solidarité européenne. Le SEAE a mis en place un groupe de travail chargé de soutenir ces travaux et de faciliter l'échange d'informations et de bonnes pratiques. Nous sommes convenus avec les ministres de renforcer les modalités d'utilisation des moyens militaires pour soutenir les autorités civiles face à la pandémie.

Au-delà de nos frontières, les missions et opérations de l'UE aident nos partenaires à traverser ces temps difficiles. Notre première préoccupation étant la sécurité et le bien-être de notre personnel et des populations locales, nous avons dû, bien sûr, adapter les activités lorsque cela était nécessaire. Mais nous veillons à ce que les missions et opérations menées par l'UE au titre de la politique de sécurité et de défense commune continuent de remplir leur mandat en matière de sécurité et d'étudier les moyens de soutenir nos partenaires face à la pandémie.

Dans une perspective d'avenir, il ne fait aucun doute que les effets de la pandémie risquent d'aggraver les crises et les conflits existants, ce qui aura une incidence directe sur notre propre sécurité. La COVID-19 a apporté dans son sillage de nouvelles menaces. Elle a mis au jour l'existence de forces et de vulnérabilités, et nous pouvons déjà en tirer quelques leçons pour la sécurité et la défense européennes, articulées autour de cinq piliers: la solidarité, la réactivité, la préparation et la résilience, les capacités et les partenariats.

La solidarité européenne doit rester notre principe directeur. Nos réactions doivent être rapides et flexibles, ce qui passe par une meilleure coordination de tous les acteurs travaillant pour notre sécurité, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de nos frontières, à titre d'exemple, et par une adaptabilité plus grande encore de nos missions et opérations à des circonstances changeantes. Nous devons être mieux préparés et plus résilients, par exemple en matière de cybersécurité ou de lutte contre les menaces hybrides. Ces menaces incluent les campagnes de désinformation, et nous avons pu voir récemment que celles-ci mettent réellement en danger la sécurité européenne et mondiale.

Nous devons aussi continuer à travailler sur nos capacités. Nous avons vu des exemples positifs de la manière dont l'armée pouvait venir en aide aux autorités civiles en temps de crise, et nous devrions tirer parti de cette expérience. Par ailleurs, nous avons besoin d'une industrie européenne de la défense innovante et solide. La CSP et le Fonds européen de la défense peuvent y contribuer, et nous examinerons comment utiliser ces initiatives afin d'être mieux équipés à l'avenir pour faire face à ce genre de crise. Il ne sera certes pas facile de trouver l'argent pour répondre à nos ambitions en matière de défense, car la crise frappe nos économies. Mais nous ne pouvons pas nous permettre de mettre en danger notre sécurité en ces temps incertains.

Nous resterons fidèles à notre esprit de coopération avec nos partenaires. Nous sommes tous confrontés aux mêmes défis, et ce n'est qu'ensemble que nous pourrons les surmonter. Cela vaut aussi bien pour la pandémie de coronavirus actuelle que pour les crises futures. C'est pourquoi j'ai été particulièrement heureux que les ministres et moi-même ayons été rejoints hier par le secrétaire général de l'OTAN, M. Stoltenberg, et par le secrétaire général adjoint des Nations unies aux opérations de maintien de la paix, M. Jean-Pierre Lacroix.