Sixième dialogue Union européenne - Indonésie sur les droits de l'homme

Bruxelles, 29/06/2016 - 00:00, UNIQUE ID: 160629_04
Press releases

1. La sixième session du dialogue UE - Indonésie sur les droits de l'homme s'est tenue le 28 juin 2016 à Bruxelles. La délégation de la République d'Indonésie était conduite par M. Dicky Komar, directeur des droits de l'homme et des affaires humanitaires du ministère des affaires étrangères, et la délégation de l'Union européenne par M. Julian Wilson, directeur faisant fonction pour l'Asie‑Pacifique, et Mme Anette Mandler, Chef de la division Droits de l'homme du Service européen pour l'action extérieure.
 
2. Le dialogue s'est déroulé dans une atmosphère cordiale, dans un esprit d'ouverture et de coopération. Il a permis aux deux parties de partager leurs expériences sur la façon dont elles ont relevé les défis communs en matière de droits de l'homme tant dans l'Union européenne qu'en Indonésie. Il s'est avéré que le dialogue a fourni une occasion précieuse de débattre d'un large éventail de questions d'intérêt commun, de tirer les enseignements des expériences de chacun et de convenir des domaines dans lesquels nous entendons coopérer plus étroitement à l'avenir dans le cadre de nos efforts constants visant à renforcer les droits de l'homme dans l'UE et en Indonésie, ainsi que ceux dans lesquels nous entendons coopérer avec les pays tiers, afin d'améliorer la situation des droits de l'homme dans le reste du monde.
 
3. L'Indonésie et l'UE partagent les mêmes valeurs en ce qui concerne les droits de l'homme, la gouvernance et la démocratie. Ces valeurs sous-tendent les relations entre l'UE et l'Indonésie à un moment où de nouveaux grands projets, tels que nos négociations sur le commerce et les investissements ou notre coopération en matière de sécurité, d'environnement et de changement climatique, mènent notre partenariat vers de nouveaux sommets. Les relations ont bénéficié d'un nouvel élan depuis la visite effectuée par le président Widodo aux institutions de l'UE à Bruxelles en avril 2016, qui a été précédée le même mois par la visite effectuée par la haute représentante/vice-présidente, Mme Mogherini, à Jakarta.
 
4. Les deux parties ont fait le point sur les efforts déployés en vue de promouvoir et de protéger les droits de l'homme, et ont notamment présenté des informations sur la mise en œuvre du Plan d'action national de l'Indonésie pour les droits de l'homme (RAN HAM) pour la période 2015-2019 et l'élaboration inclusive du troisième cycle de l'examen périodique universel (EPU) au printemps 2017, ainsi que sur la mise en œuvre du nouveau plan d'action de l'UE en faveur des droits de l'homme et de démocratie, adopté en 2015. L'UE a salué le rôle actif joué par les institutions nationales de défense des droits de l'homme de l'Indonésie dans la région Asie-Pacifique et se réjouit de continuer à soutenir leurs travaux.
 
5. Les deux parties ont décidé de renforcer leur partenariat sur les droits de l'homme dans l'UE et en Indonésie. Plus précisément, elles sont convenues de concrétiser des projets de coopération dans un large éventail de domaines, y compris l'accès à la justice et la politique pénale, la lutte contre l'extrémisme violent, les migrants, les entreprises et les droits de l'homme, ou les droits des personnes handicapées, ainsi que les droits des personnes appartenant à des minorités et à des groupes vulnérables.
 
6. Au cours de ce débat, les deux parties sont convenues de la nécessité de veiller au respect des normes internationales en matière de droits de l'homme et des normes en matière d'asile dans l'action qu'elles mènent respectivement pour relever les défis que constituent les migrations et la question des réfugiés. Elles ont insisté sur le fait qu'il est important que des systèmes judiciaires transparents et responsables garantissent la justice pour tous et ont salué les réformes en cours entreprises en Indonésie. L'UE et l'Indonésie ont examiné la question de la peine de mort, et l'UE a fait part de son expérience concernant l'adoption d'autres formes de sanctions pénales pour lutter contre la criminalité. L'UE a relevé, dans ce contexte, l'importance d'une politique globale pour lutter efficacement contre le fléau que constitue le trafic de drogues, en œuvrant tant du côté de l'offre que de celui de la demande, et a proposé sa coopération.
 
7. Les deux parties ont procédé à un échange de bonnes pratiques sur la responsabilité sociale des entreprises et sur l'élaboration de plans d'action nationaux sur la question des entreprises et des droits de l'homme, conformément aux principes directeurs des Nations unies et à la politique de l'Indonésie en matière de respect des droits de l'homme dans le secteur de la pêche, saluant l'ouverture prochaine des négociations sur l'accord de partenariat économique global qui donne une nouvelle impulsion à la coopération sur ces questions. L'UE s'est félicitée de l'éclairage apporté par l'Indonésie concernant la lutte contre l'extrémisme violent et son expérience fondée sur la promotion d'une société tolérante et des dialogues interconfessionnels. Les deux parties ont souligné la nécessité d'être attentif aux personnes appartenant à des minorités et à des groupes vulnérables, en garantissant l'absence de discrimination à leur égard dans l'exercice des libertés de religion ou de conviction, d'opinion, d'expression, d'association et de réunion pacifique, ainsi que dans l'exercice des droits économiques et sociaux.
 
8. Les deux parties ont débattu de la coopération dans les enceintes internationales, en particulier dans les enceintes des Nations unies compétentes en matière de droits de l'homme, concernant tant des résolutions thématiques que des résolutions par pays. L'UE a salué la volonté de l'Indonésie d'approfondir la coopération avec les titulaires de mandat au titre des procédures spéciales des Nations unies. Les deux parties s'accordent sur le fait qu'il est important que les États progressent dans la mise en œuvre des recommandations de l'EPU. Par ailleurs, les deux parties se sont félicitées de l'expérience positive que constitue le premier dialogue sur les droits de l'homme entre l'UE et l'ASEAN tenu en octobre 2015 à Bruxelles, et se réjouissent à la perspective d'organiser de telles réunions régulièrement, comme convenu à Bruxelles. Il est à espérer que la prochaine session se tienne au cours du second semestre de 2016.
 
9. Les deux parties sont convenues que la prochaine session de dialogue se tiendrait en Indonésie en 2017.

Languages:

Auteur