Vers un monde où règne l'égalité entre les femmes et les hommes: l'affaire de chacun et chacune d'entre nous

Brussels, 25/11/2020 - 19:59, UNIQUE ID: 201125_28
Op-Eds

25/11/2020 - Tribune de Josep Borrell et Jutta Urpilainen - Début 2020, Awa venait juste d'avoir 15 ans quand elle a entendu parler du mariage qu'on organisait pour elle. Difficile d'y échapper, semblait-il, et pourtant, Awa a trouvé le courage de braver la décision de son père. Elle s'est adressée à un comité de prévention des mariages précoces qui existait dans son petit village du Mali. Ce groupe de personnes respectées a présenté au père d'Awa tous ses arguments contre le mariage précoce et est parvenu à le convaincre. C'est pour aider les jeunes filles comme Awa que l'Union européenne soutient ce comité et de nombreux autres projets menés dans ce domaine dans le monde entier.

L'objectif de l'UE est de faire en sorte que chaque individu ait la même faculté de façonner la société et sa propre vie. Nous tenons à ce que cela figure noir sur blanc dans notre troisième plan d'action sur l'égalité des sexes, adopté le 25 novembre, qui en appelle à un monde caractérisé par l'égalité entre les femmes et les hommes. Aujourd'hui, alors que l'action menée au niveau mondial en faveur de l'égalité a subi un important revers en raison de la COVID-19 et que les organisations de la société civile, y compris les organisations de femmes et de personnes LGBTIQ, sont confrontées au rétrécissement de l'espace civique et démocratique, il est plus important que jamais de redoubler nos efforts pour bâtir un monde où règne l'égalité entre les femmes et les hommes.

L'histoire d'AWA est semblable à celle de nombreuses filles dans le monde qui parviennent à prendre le contrôle de leur vie et s'opposent aux inégalités et aux discriminations fondées sur le sexe. Elles ont une voix à faire entendre, elles sont le moteur du changement, et elles peuvent compter sur le soutien de l'Union européenne, parce que les droits des femmes sont des droits fondamentaux et que l'égalité entre les femmes et les hommes est une valeur non négociable de l'UE, valeur qui devrait trouver son expression dans l'action extérieure de l'UE et dans la conception de l'ensemble des programmes de développement de l'UE.

C'est avec le soutien de l'UE que Tufahah Amin, Aziza Al-Hassi et Amine Kashrouda ont mis au point une application d'enseignement en ligne à Benghazi, et que la plateforme des femmes de Gaziantep a été lancée l'année dernière pour favoriser la participation d'un plus grand nombre de femmes au processus politique en Syrie. C'est dans le cadre de l'initiative Digital2Equal pour les plateformes en ligne, soutenue par l'UE, que 15 000 femmes en Inde recevront une formation dans le domaine de l'hôtellerie et pourront améliorer leurs revenus.

Les défis en matière d'égalité entre les femmes et les hommes sont aussi variés que les contextes dans lesquels ils se posent, et ils appellent des réponses adaptées à chaque contexte, que ce soit par l'intermédiaire d'enceintes multilatérales, de dialogues avec les pays partenaires, de propositions stratégiques de l'UE ou de financements de projets concrets. Avec nos programmes en matière d'éducation, nous visons à aider un plus grand nombre de filles à assister à des cours, à apprendre et à se considérer comme les futurs moteurs du changement. Nous pensons que l'éducation est également l'un des moyens les plus puissants de mettre un terme à l'isolement et aux abus, car il n'y a pas de possibilité de sortie sans autosuffisance économique. Nous sommes attachés à la notion de sécurité humaine et intégrons l'égalité entre les femmes et les hommes dans nos programmes de formation pour les opérations de gestion de crises menées par l'UE, par exemple dans le programme de la mission EUCAP Sahel Mali pour les forces de sécurité intérieure (mission de l'UE visant au renforcement des capacités).

Au cours de la pandémie de coronavirus, le niveau de violence à caractère sexiste a considérablement augmenté et l'UE s'est associée aux Nations unies pour offrir des abris et mettre en place des lignes d'assistance téléphonique, et pour apporter un soutien vital aux organisations de femmes opérant sur le terrain. Les mesures tenant compte du sexe et de l'âge et l'atténuation des risques de violence à caractère sexiste font partie de l'ADN de la réaction de notre équipe d'Europe au niveau mondial face à la COVID-19. Toutefois, au-delà d'une action immédiate, nous devons rester conscients des défis auxquels sont confrontées les femmes dans le contexte de la contraction du marché du travail et de la mutation de l'économie mondiale. Mais les défis ouvrent également des perspectives. Nous nous réjouissons que les femmes et les filles contribuent de plus en plus à orienter les évolutions mondiales, les nouvelles générations étant actives dans les mouvements de terrain en faveur d'une transition verte et juste, de l'égalité des droits pour tous, de la démocratie et de sociétés pacifiques et inclusives. Un changement positif est possible et la relance après la COVID-19 doit être l'occasion de lutter contre les inégalités structurelles et de bâtir des sociétés plus inclusives. Il est essentiel de souligner le rôle des femmes dans les transitions écologique et numérique à venir.

Des changements restent nécessaires. Cette année, cela fait 25 ans que la déclaration de Beijing sur les droits des femmes a été adoptée et 20 ans se sont écoulés depuis l'adoption de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies sur les femmes, la paix et la sécurité. Si des progrès ont été accomplis depuis lors, aucun pays au monde n'est sur la bonne voie pour parvenir à l'égalité entre les femmes et les hommes à l'horizon 2030. Pas même l'Europe, comme l'a révélé la récente mise à jour de l'indice d'égalité de genre de l'Institut européen pour l'égalité entre les hommes et les femmes. Trop de femmes n'ont toujours pas accès aux ressources, aux services sociaux essentiels ni à la possibilité de disposer d'un pouvoir égal. C'est donc tout de suite et maintenant qu'il faut appeler à en faire davantage.

Le plan d'action de l'UE sur l'égalité des sexes n'a rien de rhétorique. C'est un appel à l'action, assorti de mesures concrètes. Nous voulons donner les moyens à un plus grand nombre de femmes et de filles, dans toute leur diversité, d'être des actrices et des meneuses sur les plans économique, politique et environnemental. Nous voulons continuer à intégrer les femmes, la paix et la sécurité dans le programme plus large en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes et de l'émancipation des femmes. Nous voulons promouvoir la santé et les droits en matière de sexualité et de procréation et faire en sorte que le leadership sensible aux questions d'égalité entre les femmes et les hommes devienne la norme au sein des institutions de l'UE, montrant ainsi l'exemple.

Nous estimons que l'égalité entre les femmes et les hommes a toute sa place au cœur des politiques européennes. Non seulement parce qu'un monde juste et inclusif, caractérisé par l'égalité entre les femmes et les hommes, est un monde plus prospère et plus sûr pour nous tous, mais aussi parce que nous considérons que l'égalité entre les femmes et les hommes est un objectif à part entière et une mission pour l'Europe, à l'intérieur de ses frontières et en dehors.