European Union External Action

Pourquoi l'Afrique est-elle importante et pourquoi l'UE devrait-elle investir dans le partenariat UE-Afrique ?

29/10/2020 - 09:00
Video

29/10/2020 - Blog vidéo HR/VP - Nous devons renforcer notre partenariat car notre avenir politique, économique et sécuritaire est en jeu lorsqu'il s'agit de nos relations avec l'Afrique, un continent jeune et dynamique. L'UE est toujours le premier partenaire de l'Afrique dans de nombreux domaines, mais nous sommes confrontés à une concurrence de plus en plus vive.

 

La relation de l'UE avec l'Afrique est une priorité essentielle pour la nouvelle Commission, qui a lancé au début de l'année les bases d'une nouvelle stratégie avec l'Afrique. Dans son premier blog vidéo ("vlog"), le HR/VP Josep Borrell développe ce sujet et réfléchit sur les relations UE-Afrique - suite à la récente discussion du Conseil européen sur ce sujet.

Le vlog se concentre sur cinq sujets clés : 1) Le partenariat UE-Afrique et son importance, 2) L'impact du coronavirus et la manière dont l'UE et l'Afrique coopèrent dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, 3) Comment gérer le partenariat en pratique, 4) La relation en matière de migration, 5) Les implications du "Green Deal" de l'UE pour les relations UE-Afrique.

En répondant à ces questions, le HR/VP Borrell souligne que l'UE doit être ambitieuse, mais réaliste, qu'elle doit être claire sur ses intérêts et qu'il est crucial d'être concret et visible pour obtenir des résultats.

En plus des articles écrits sur le blog, le blog personnel du haut représentante/vice-président, « Une fenêtre sur le monde », présentera désormais régulièrement des vlogs sur des questions pertinentes de politique étrangère de l'UE, dans lesquels il expose son point de vue.

Transcription complète de la vidéo :

La semaine dernière, le Conseil de l'Union européenne a discuté de l'Afrique - du partenariat de l'Union européenne avec l'Afrique. Et je n'ai pas pu y assister parce que j'étais en quarantaine à cause de mesures liées à Covid. Mais j'ai suivi cette discussion et dans les prochaines semaines, nous devrons continuer à tendre la main à l'Afrique afin de préparer le sommet entre les dirigeants de l'Union africaine et ceux de l'Union européenne. Nous allons donc beaucoup parler de l'Afrique dans les prochains jours. Commençons.

Q : Pourquoi l'Afrique est-elle importante et pourquoi devrions-nous investir davantage dans les relations UE-Afrique ?

L'Afrique est très importante pour une raison fondamentale : parce que nos intérêts politiques, économiques et de sécurité sont en jeu. L'instabilité en Libye, au Sahel ou en Somalie affecte notre sécurité. Et d'un point de vue démographique et économique, nous allons construire notre avenir, pour le meilleur ou pour le pire, en Afrique.

Et aussi parce que nous sommes le premier partenaire du continent - nous avons été le premier partenaire, nous le sommes encore dans de nombreux domaines - mais nous sommes confrontés à une concurrence de plus en plus forte. L'Afrique est devenue un terrain de compétition géopolitique - une compétition pour les ressources, et ils ont d'immenses ressources, et pour l'influence. Les pays tiers sont là et ils jouent contre nous, contre notre influence et notre capacité à être les partenaires des peuples africains. Et aussi parce que la pandémie aura des effets dramatiques et que les besoins seront si énormes que nos partenaires africains chercheront, à juste titre, à obtenir des gains rapides ; ils se tourneront vers les partenaires qui nous offrent le soutien le plus rapide et le plus facile et le moins conditionnel. Et nous devons proposer quelque chose de sérieux si nous voulons rester dans la course.

Q : Comment voyez-vous l'impact du coronavirus sur l'Afrique ? Et comment l'Europe devrait-elle travailler avec l'Afrique pour faire face aux conséquences ?

Nous avions très peur de l’impact du virus en Afrique, mais je dois dire que selon les informations disponibles, il semble que l'Afrique gère cette crise bien mieux que prévu - du point de vue sanitaire. Mais l'impact économique va être sévère. Tout ce qui constitue une source de revenus sera réduit. Cela va donc créer des tensions politiques et des inégalités sociales. Nous devons donc être prêts à les soutenir, car c'est une façon de nous soutenir nous-mêmes. Vous savez, la dernière fois que je suis allé à Addis-Abeba, les dirigeants africains m'ont dit "Eh bien, vous êtes venu ici au début du mandat de la nouvelle Commission, en disant que vous alliez être le meilleur partenaire de l'Afrique". Eh bien, maintenant le virus est arrivé et c'est une grande opportunité pour vous de prouver réellement que vous allez être le meilleur partenaire de l'Afrique.

Q : Comment gérons-nous ce partenariat stratégique dans la pratique ?

Je pense que nous devons être aussi ambitieux que réalistes. Nous ne pouvons pas tout faire partout. Nous devons nous concentrer sur les secteurs où nous avons une valeur ajoutée - et nous l'avons. Dans le domaine des énergies renouvelables par exemple, nous avons l'expertise, nous avons la technologie, nous avons les capacités de financement. Sur ce point, nous sommes les meilleurs - enfin, l'un des meilleurs. Et l'Afrique a un potentiel inégalé. Alors unissons nos forces et faisons-en sorte que l'Europe devienne "le partenaire de choix" de l'Afrique dans ce domaine. La deuxième chose dont nous, Européens, avons besoin dans nos relations avec l'Afrique, c'est d'être plus unis. Il y a les États membres de l'Union européenne, puis les institutions de l'Union européenne, et les deux doivent travailler ensemble. C'est ce que nous appelons l'"Équipe Europe/la “Team Europe”. Nous sommes une équipe et nous commençons à le faire avec notre réponse et notre soutien depuis que la pandémie est arrivée. Et cette idée de travailler ensemble doit être développée davantage. Elle ne doit pas être l'exception, mais la règle. Et enfin, je pense que nous devons être plus concrets, plus concrets et plus visibles. En dehors des grandes phrases comme "Nous sommes leur plus grand et meilleur partenaire", nous devons prendre des mesures concrètes pour que les gens puissent se rendre compte que nous sommes vraiment un bon partenaire. Prenons un exemple. Notre soutien au candidat à l'OMC, un candidat africain. Et je pense que les Européens devraient soutenir ce candidat ou faire pression pour un allègement de la dette et non pas seulement pour retarder les paiements, mais pour une véritable restructuration et allègement de la dette.

Q : Comment voyez-vous la relation entre l'Afrique et l'Europe en matière de migration ?

Vous savez, les Européens regardent l'Afrique à travers les yeux de la migration. Pour de nombreux Européens, l'Afrique est une source de migrants. Ils regardent sur leurs écrans de télévision presque tous les jours des gens qui essaient de passer par la Méditerranée, sur les côtes européennes, et certains d'entre eux meurent pendant le voyage. Mais, vous savez, 90 % de la migration d'outre-mer en provenance d'Afrique se fait par des voies régulières. Il est certain qu'il existe un grand déséquilibre démographique entre l'Europe et l'Afrique. Et ce déséquilibre va s'accentuer. Nous sommes une société ancienne et ils sont une société très jeune. Et ce déséquilibre doit être géré, en favorisant leur développement et en partageant avec eux beaucoup de choses. Nous avons besoin de leurs compétences. Nous avons besoin de leurs jeunes. Nous avons besoin de leurs produits. Nous ne pouvons pas refuser qu'en même temps il y ait des personnes et des produits. Si nous voulons être des partenaires, nous devons partager les deux choses.

Q : Comment pouvez-vous vendre le Green Deal à un public africain sceptique ?

Pour nous, le Green Deal, c'est une nouvelle stratégie de croissance économique, c'est un nouveau modèle de création d'emplois, d'emplois verts. Et ce ne sera pas facile, mais plus tôt nous commencerons, moins le coût sera élevé et plus tôt nous en tirerons les bénéfices. Mais je dois reconnaître que si vous allez dans un camp de réfugiés en Afrique et que vous y voyez des centaines de milliers de personnes, il est assez abstrait et éloigné de leur réalité de leur dire "Ne vous inquiétez pas ! Votre avenir sera vert et numérique". Ils vous diront : "Et mon présent ?". Et c'est vrai, nous devons faire le lien entre la façon dont nous construisons l'avenir et la façon dont nous relevons les défis du présent. Et nous devons présenter le Green Deal non pas comme une forme cachée de protectionnisme. C'est un moyen de mieux construire l'avenir. La lutte contre le changement climatique n'est pas un luxe, ni un "supplément" venant du monde occidental ; quelque chose que nous pouvons nous permettre et que les autres ne peuvent pas se permettre. Nous devons engager l'Afrique dans la prochaine vague de développement économique, et le Green Deal est la prochaine vague de développement économique. Et peut-être qu'ils peuvent apprendre de nos erreurs ou ne pas faire cette chose de la même manière que nous l'avons fait.

Q : Qu'est-ce qui vous frappe le plus quand vous pensez à l'Afrique ?

Les enfants - les enfants et les jeunes. Les rues d'Afrique sont pleines de jeunes, pleines d'enfants. Si vous comparez avec l'Europe, où nous manquons d'enfants, ils sont nombreux. C'est une société jeune et vous voyez les chiffres. La proportion de personnes de moins de 20 ans en Afrique est incroyablement élevée. Et c'est un atout, c'est une richesse. Et l'autre chose, ce sont les paysages - l'immensité ou leurs paysages, la diversité de leurs paysages. La part de la nature dans la géographie est encore beaucoup plus importante en Afrique. Nous avons une nature domestiquée et là, la nature est toujours la nature.