Déclaration ministérielle du groupe de contact international sur le Venezuela

Brussels, 17/09/2020 - 21:31, UNIQUE ID: 200917_17
Joint Statements

1. Le groupe de contact international (GCI) s'est réuni au niveau ministériel par visioconférence le 17 septembre. Le groupe a salué la toute première participation de l'Argentine en qualité de membre à part entière et a annoncé que la Bolivie se retirait du groupe.

 

2. Les membres du GCI ont réaffirmé que la seule solution durable à la crise vénézuélienne serait une solution inclusive, politique, pacifique et démocratique, passant par la tenue d'élections législatives et présidentielles libres, crédibles, transparentes et équitables. Ils se sont déclarés préoccupés par la réduction de l'espace démocratique dans le pays, en particulier dans la perspective de l'organisation des prochaines élections législatives, et ont appelé à la mise en place de garanties électorales conformément aux normes internationales et à la Constitution du Venezuela. En outre, ils ont appelé toutes les parties à s'engager en faveur de négociations crédibles et sans exclusive. Le GCI salue la libération récente de certains prisonniers politiques et la cessation des procédures judiciaires à caractère politique qui étaient menées contre des membres de l'opposition, et insiste pour que tous les prisonniers politiques restants soient libérés immédiatement et sans condition et que leur assignation à résidence soit levée.

 

3. Les membres du GCI ont conclu qu'à l'heure actuelle, les conditions d'un processus électoral transparent, inclusif, libre et équitable ne sont pas réunies. Tous les obstacles à la participation politique doivent être levés pour qu'un véritable processus électoral puisse avoir lieu. Cela implique, entre autres, de respecter le mandat constitutionnel de l'Assemblée nationale démocratiquement élue, de restituer le contrôle des partis politiques à leurs administrateurs légitimes, de mettre fin aux procédures de déchéance et aux poursuites menées contre des dirigeants politiques, de rétablir intégralement l'égalité des droits de participation politique de ces derniers et des autres candidats, de procéder à une mise à jour complète du registre électoral, intégrant les jeunes électeurs et les Vénézuéliens de l'étranger, et de veiller à un CNE indépendant et équilibré, ainsi qu'à une égalité des droits de participation et au libre accès à tous les médias. Le GCI demande que ces obstacles à la tenue d'élections libres, équitables et crédibles soient rapidement levés.

 

4. Les membres du CGI se félicitent de la demande faite à la communauté internationale d'observer les élections, en ce qu'il s'agit d'une garantie fondamentale de transparence, de liberté et d'équité de tout futur processus électoral. Le GCI note que le calendrier électoral actuel ne permet pas le déploiement d'une mission d'observation électorale, pas plus qu'il ne laisse suffisamment de temps et d'espace politique aux partis pour négocier les conditions d'un scrutin crédible, libre et régulier. Le GCI appelle à garantir des conditions minimales de crédibilité, de transparence et d'ouverture dans le processus électoral, ainsi que la capacité d'observer les élections sans ingérence, y compris grâce un accès sans entrave. Les conditions de l'efficacité d'une mission d'observation électorale doivent être mises en place de manière crédible et en temps utile avant le déploiement de celle-ci.

 

5. Un processus négocié, aux mains des Vénézuéliens, débouchant sur le rétablissement des prérogatives de puissance publique, des élections transparentes sous contrôle international et la mise en place d'un ensemble de garanties permettant la coexistence politique sont autant d'éléments essentiels pour surmonter la crise, parvenir à la réconciliation nationale et relancer l'économie.

 

6. Les membres du GCI expriment une nouvelle fois leur profonde inquiétude face à la détérioration de la situation humanitaire dans le pays, qui est maintenant aggravée par la pandémie de Covid-19. Tout en prenant acte de l'expansion récente de l'espace humanitaire dans le pays, notamment l'autorisation donnée en août au pont humanitaire de l'UE, le GCI a réitéré son appel en faveur d'un accès total, sans entrave et sans restriction, tant pour le personnel que pour les biens humanitaires, afin de fournir l'accès urgent aux médicaments, à la nourriture, à l'essence et aux services de santé de base. Une amélioration de l'environnement permettant aux acteurs humanitaires d'agir conformément aux principes humanitaires de neutralité, d'impartialité et d'indépendance est nécessaire pour renforcer la capacité de réaction des organisations humanitaires. Ces acteurs ont absolument besoin d'un soutien accru des donateurs, le niveau de financement dévolu à la crise humanitaire au Venezuela demeurant l'un des plus faibles au monde.

 

7. Les membres du GCI ont exprimé leur soutien aux travaux de la Haute‑Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH) et de la mission internationale indépendante d'établissement des faits des Nations unies, et ont appelé à ce qu'elles puissent accéder sans restriction aux sites du pays afin d'exercer leurs mandats. Les membres du GCI se sont déclarés profondément préoccupés par les violations des droits de l'homme, sur lesquelles des informations actualisées ont été apportées par les rapports récents de Mme Bachelet, HCDH, et de la mission d'établissement des faits des Nations unies. Le GCI est disposé à aider la HCDH dans les efforts qu'elle déploie en vue de garantir la promotion et la protection des droits de l'homme et des libertés fondamentales au Venezuela. Le plein respect des droits politiques dans le pays exige le retour du Venezuela à la démocratie et à l'état de droit.

 

8. Plus que jamais, le Venezuela a besoin du soutien d'une communauté internationale qui œuvre de concert. Le GCI exprime sa volonté constante d'intensifier les contacts avec les partenaires régionaux et internationaux afin de dégager une vision et une réponse communes face à la situation au Venezuela. Il est essentiel que les efforts internationaux soient menés de manière cohérente et complémentaire pour aider les Vénézuéliens à rétablir la démocratie et l'ordre constitutionnel. Des contacts étroits avec les parties prenantes nationales seront aussi maintenus.

Languages: