European Union External Action

Vidéoconférence des ministres des affaires étrangères: principaux résultats

Brussels, 14/08/2020 - 21:05, UNIQUE ID: 200814_11
Press releases

Le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, a tenu une réunion par vidéoconférence avec les ministres des affaires étrangères des 27 États membres de l’UE le vendredi 14 août. L’objectif des discussions était de se pencher sur la situation urgente en Méditerranée orientale, et sur celle de la Biélorussie après l’élection présidentielle du 9 août. Les ministres ont également abordé la situation au Liban, au Venezuela et en Bolivie.

Le haut représentant restera en contact permanent avec les ministres sur ces questions et d’autres encore dans les prochaines semaines, avant la réunion informelle du Conseil des affaires étrangères («Gymnich»), qui aura lieu les 27 et 28 août à Berlin.

Méditerranée orientale

Les ministres ont discuté de la situation en Méditerranée orientale, après la grave détérioration de la situation constatée ces derniers jours sur le plan de la sécurité.

Trois mots reflètent le résultat de la discussion: solidarité, désescalade et dialogue.

Solidarité:

Les ministres ont à nouveau exprimé la pleine solidarité de l’UE avec la Grèce et Chypre et ont réaffirmé que les droits souverains des États membres de l’UE doivent être respectés. Ils ont rappelé les positions communes de l’UE et les précédentes conclusions du Conseil du 22 mars 2018 et de juin, juillet, octobre et décembre 2019, ainsi que la déclaration sur la situation en Méditerranée orientale du 15 mai 2020.

Les ministres ont en outre insisté sur le fait que la grave détérioration de la relation avec la Turquie entraîne de lourdes conséquences stratégiques pour l’UE tout entière, bien au-delà de la Méditerranée orientale.

Désescalade

Les ministres ont notamment souligné le fait que les récentes mobilisations navales de la Turquie ne contribuent pas à trouver une quelconque solution: au contraire, elles conduiront à un antagonisme et une méfiance accrus, dans la mesure où elles augmentent le risque d’incidents dangereux. Une désescalade immédiate de la part de la Turquie a été jugée essentielle.

Dialogue:

Les ministres ont rappelé l’importance qu’ils attachent aux relations avec la Turquie. Ils ont également mis l’accent sur le fait que les questions relatives à la délimitation des frontières maritimes et à l’exploitation des ressources correspondantes ne peuvent être abordées que par la voie du dialogue et de la négociation de bonne foi, dans le plein respect du droit international et conformément au principe des relations de bon voisinage, et non par des actions unilatérales et la mobilisation des forces navales.

Les ministres ont rappelé les résultats du Conseil des affaires étrangères du 13 juillet. Ils ont réaffirmé qu’ils soutenaient fermement les efforts déployés par le haut représentant pour rétablir le dialogue avec la Turquie et en faciliter la reprise. Dans le même temps, le haut représentant/vice-président a pour tâche de définir des options en vue de nouvelles mesures appropriées qui pourraient être prises au cas où les tensions ne s’apaiseraient pas.

Un débat plus large sur les relations avec la Turquie se tiendra plus tard, en août, lors de la réunion Gymnich.

Biélorussie

Les ministres des affaires étrangères de l’UE se sont penchés sur l’élection présidentielle qui s’est tenue le 9 août en Biélorussie.

Les ministres ont à nouveau exhorté les autorités biélorusses à mettre un terme aux violences disproportionnées et inacceptables perpétrées à l’encontre des manifestants pacifiques. L’UE attend des autorités qu’elles libèrent immédiatement les personnes placées en détention illégalement. À la lumière de rapports choquants faisant état de traitements inhumains et de conditions de détention dégradantes, l’Union européenne attend que tous les cas d’abus présumés fassent l’objet d’une enquête approfondie et transparente, de sorte que les responsables répondent de leurs actes.

Au cours de leur débat, les ministres ont clairement exprimé le soutien que l’UE témoigne au peuple biélorusse dans son aspiration à un changement démocratique. Ils ont relevé le travail exceptionnel accompli par les observateurs électoraux nationaux, dont les reportages, en l’absence des observateurs électoraux internationaux, ont été d’une importance cruciale pour aider à révéler la vérité sur les élections de dimanche dernier. Ils ont réfléchi à la façon de soutenir ce travail essentiel.

Les ministres ont réaffirmé que les élections n’ont été ni libres ni régulières. L’Union européenne estime que les résultats ont été falsifiés et n’accepte dès lors pas les résultats de l’élection présentés par la commission électorale centrale de Biélorussie. L’Union européenne adressera par conséquent aux autorités biélorusses une proposition de soutien de l’UE visant à établir et à faciliter un dialogue entre les autorités politiques, l’opposition et la société au sens large en vue de résoudre la crise actuelle. Le haut représentant/vice-président et ses services commenceront leurs travaux sur cette proposition immédiatement.

Les ministres sont également convenus de la nécessité de sanctionner les personnes responsables des violences, de la répression et de la falsification des résultats électoraux. Les travaux sur de nouvelles inscriptions dans le cadre de sanctions existant à l’égard de la Biélorussie débuteront immédiatement.

Les ministres ont salué le travail des journalistes au vu des conditions difficiles auxquelles ils font face et ont condamné les attaques et les détentions dont ils sont victimes, citoyens de l’UE compris.

Les ministres ont décidé de revenir sur la question de l’examen des relations entre l’UE et la Biélorussie lors de leur prochaine réunion informelle, qui se tiendra à la fin du mois d’août. Dans le cadre de cette révision, l’Union européenne se penchera sur la façon d’accroître son soutien au peuple biélorusse, notamment par le biais d’une coopération renforcée avec la société civile et d’une aide financière à celle-ci, d’un appui supplémentaire aux médias indépendants et de l’augmentation des perspectives offertes sur le plan de la mobilité estudiantine et universitaire.

Liban

Les ministres ont fait le point sur la situation au Liban à la suite de l’explosion dévastatrice qui a frappé le port de Beyrouth le 4 août. Le haut représentant/vice-président et le commissaire chargé du voisinage et de l’élargissement, Olivér Várhelyi, ont informé les ministres des efforts rapides et substantiels déployés par l’UE pour venir en aide au Liban et ont remercié la France pour l’organisation de la récente conférence internationale en soutien au peuple libanais, avec l’aide des Nations unies.

Les ministres ont souligné la nécessité de la mise en place d’un contrôle solide des aides pour en garantir le transfert direct à ceux qui en ont besoin. Ils ont également pris acte des travaux entrepris par l’UE avec la Banque mondiale et les Nations unies en vue d’établir une évaluation des besoins après la catastrophe.

À la suite des récents événements politiques, les ministres ont réaffirmé la nécessité de disposer d’un gouvernement libanais capable, représentatif et comptable de ses actes, qui mette en œuvre un programme crédible de réformes axé notamment sur une bonne gouvernance, l’obligation de rendre compte et la transparence.

Les ministres ont rappelé la nécessité pour les autorités libanaises de surmonter d’urgence la crise économique et sociale et de rétablir la confiance au moyen d’un accord avec le Fonds monétaire international. L’explosion doit aussi faire l’objet d’une enquête indépendante et crédible de la part des autorités libanaises L’UE se déclare prête à fournir une aide supplémentaire.

Venezuela

Les ministres ont évoqué la situation au Venezuela, en particulier l’impasse actuelle dans laquelle se trouve le pays en ce qui concerne les élections législatives à venir. Le haut représentant/vice-président a souligné à cet égard les contacts qu'il a eus ces dernières semaines avec le gouvernement Maduro et les principaux groupes d’opposition.

Les ministres ont évoqué la volonté de l’UE de soutenir tous les efforts vénézuéliens véritables afin de trouver une solution politique. Cela pourrait passer par le déploiement d’une mission d’observation électorale de l’UE si des conditions minimales de crédibilité, de transparence et d’inclusion étaient remplies, et si la capacité d’observer le processus électoral sans ingérence était garantie.

Bolivie

Les ministres ont dressé un état des lieux de la situation en Bolivie, en faisant observer qu’il était nécessaire qu’un dialogue pacifique ait lieu et que toutes les parties mettent de côté leurs divergences et s’engagent en faveur d’une solution qui tienne compte à la fois des préoccupations liées au coronavirus et du droit de vote des citoyens. Dans cette perspective, l’UE continuera de soutenir le dialogue et les efforts de médiation.

L’UE reste déterminée à déployer une mission d’observation électorale en Bolivie si les conditions, en matière de santé et de sécurité notamment, le permettent.