European Union External Action

Plan de relance: le rôle de l’Europe dans le monde est en jeu

18/06/2020 - 19:07
From the blog

18/06/2020 - Aujourd’hui, les dirigeants européens débattront de la proposition de nouveau budget de l’UE, également connu dans notre jargon sous le nom de «cadre financier pluriannuel (CFP)» pour les années 2021-2027. L’ajout des 750 milliards d’euros de l’instrument Next Generation EU apporte un changement considérable par rapport au projet de budget initial présenté par la Commission en 2019.

La proposition de budget Next Generation EU n’est pas seulement une réaction aux situations d’urgence internes au sein de l’Union. Elle est également déterminante pour notre crédibilité et notre influence à l’échelle mondiale.

 

Vu la taille et l’importance de la proposition, des discussions politiques difficiles se profilent. Si la proposition est adoptée, l’UE disposera d’importantes ressources supplémentaires pour lutter contre les dégâts sociaux et économiques causés par l’épidémie de coronavirus et nous préparer pour nos grands défis à venir: la lutte contre le changement climatique et la révolution numérique. Nous devons réparer les dommages à court terme causés par la crise d’une façon qui représente également un investissement dans notre avenir à long terme.

 

 

Une proposition d’une importance historique

N’oublions pas que les pays du sud de l’Europe les plus touchés par les conséquences de la pandémie de coronavirus portent encore de nombreux stigmates de la crise précédente. En conséquence, ils ont moins de moyens pour soutenir leur population et relancer leur économie. À cet égard, le renforcement de la solidarité budgétaire proposé avec ce plan Next Generation EU revêt une importance historique.

La proposition de facilité européenne pour la reprise et la résilience, dotée d’une enveloppe de 560 milliards d’euros, offrira un soutien financier aux investissements et à la résilience des économies nationales, conformément aux priorités de l’UE. Ce soutien sera mis à la disposition de tous les États membres, mais sera concentré sur les pays les plus touchés, où les besoins en matière de résilience sont les plus importants.

Une enveloppe pour l’action extérieure portée à un total de 118 milliards d’euros

Cependant, il ne s’agit pas seulement d’une réaction aux situations d’urgence internes au sein de l’Union: cette proposition est également importante pour notre politique extérieure. La proposition de CFP prévoit une enveloppe supplémentaire de 15,5 milliards d’euros pour l’action extérieure, pour atteindre un total de 118 milliards d’euros pour la période 2021-2027. Elle apporte des moyens beaucoup plus importants pour l’aide humanitaire, pour aider nos partenaires et pour renforcer la coopération internationale. En outre, après les réductions opérées précédemment, 8 milliards d’euros sont également prévus pour le Fonds européen de la défense et 8 autres milliards pour la facilité européenne pour la paix (cette dernière étant un fonds hors budget, c’est-à-dire ne faisant pas partie du CFP). Le premier stimulera la recherche et le développement concernant les capacités de défense nécessaires en Europe. Quant à la seconde, elle nous permettra de renforcer le rôle de l’Europe en tant que garant de la sécurité, notamment en travaillant avec nos partenaires pour les soutenir en matière de formation et de conseil et, parfois, d’équipement militaire. Ces deux éléments sont essentiels pour la crédibilité de l’Europe.

Le rattachement de la cohésion interne de l’Europe à son rôle extérieur

Mais ce n’est pas la seule manière dont la proposition de plan de relance sera utile pour renforcer notre action extérieure. Notre capacité à surmonter le choc majeur provoqué l’épidémie de coronavirus influencera considérablement la place de l’Europe dans le monde.

Ce nouveau choc survient 10 ans à peine après la crise de la dette souveraine. Les difficultés économiques persistantes et les débats politiques internes de la dernière décennie ont affaibli la position de l’Europe dans le monde. Au cours de cette même période, nous avons eu des débats tournés vers nous-mêmes, les tensions et les conflits se sont multipliés à nos frontières – en Ukraine, au Sahel, en Syrie et en Libye, etc. – et des personnalités influentes ayant des valeurs autres que les nôtres se sont affirmées à l’échelle mondiale. L’attention portée aux problèmes internes a permis à ces personnalités de tenter de diviser l’Union et limité notre capacité à élaborer une approche commune.

Il est essentiel de ne pas reproduire de telles luttes internes et certaines erreurs de la précédente crise. Nous devons surmonter cette crise conjointement, afin d’éviter que notre crédibilité ne soit ébranlée et notre position affaiblie.

Au début de la crise du coronavirus, nous avons rencontré des difficultés importantes pour coordonner nos politiques nationales en matière de santé. Toutefois, l’UE et les États membres ont à présent apporté une réponse économique et sociale forte à la pandémie. Et bien que nombre d’entreprises et de citoyens aient rencontré de sérieuses difficultés, le niveau élevé des filets de protection sociale offerts en Europe, qui n’ont aucun équivalent nulle part dans le monde, a permis d’atténuer les effets immédiats de la crise mieux qu’ailleurs.

Néanmoins, et c’est là que Next Generation EU entre en scène, la question est loin d’être réglée: le chômage augmente, la voie de la reprise sera assez lente dans de nombreux pays et secteurs, et le risque d’une deuxième vague freinera l’activité économique et les investissements. Tout cela alors que nous devons accélérer la transformation de nos économies pour relever les énormes défis du changement climatique et de la révolution numérique.

Le rapport des forces à l’échelle mondiale

L’initiative Next Generation EU nous permet également de montrer que notre modèle social nous a non seulement permis de limiter les effets immédiats de la pandémie, mais aussi que cette épreuve a renforcé notre cohésion et notre solidarité, tout en nous permettant de mobiliser des ressources importantes et de mieux nous préparer aux défis à venir.

Et avec les tensions actuelles entre la Chine et les États-Unis, une bataille de la communication s’est engagée au niveau mondial, une lutte d’influence au travers de débats de propagande sur la question de savoir qui a le mieux géré la pandémie de coronavirus.

En bref, si notre relance est couronnée de succès, nous renforcerons notre Union interne et nous renforcerons également la crédibilité et la position de l’Union dans le monde.