European Union External Action

Fête de l’Europe 2020 : Discours de l’ambassadeur de l’Union européenne en République démocratique du Congo, Jean-Marc Châtaigner

Brussels, 10/05/2020 - 09:01, UNIQUE ID: 200510_1
Speeches of the Ambassador

 

 

 

Fête de l’Europe 2020

 

Discours de l’ambassadeur de l’Union européenne en République démocratique du Congo, Jean-Marc Châtaigner

Kinshasa, 9 mai 2020

Bonjour cher(e)s ami(e)s,

Bandeko na ngai, napesi bino mbote mingi.

Cette année 2020 est très spéciale.

Nous fêtons tout d’abord ensemble deux événements majeurs :

-les 60 ans d’indépendance de la République démocratique du Congo le 30 juin prochain ;

-les 70 ans de la déclaration fondatrice de l’Union européenne le 9 mai 1950, la déclaration Schuman.

Et un troisième anniversaire qui est le corollaire des deux premiers : les 60 ans de présence de l’Union européenne en République démocratique du Congo.  Un partenariat qui s’est construit dans la durée dans les bons moments comme dans les temps plus difficiles.

Nous fêtons aussi ces trois événements dans le contexte inédit d’une pandémie mondiale, celle du COVID19. Ce qui explique que je vous parle ce 09 mai à travers cette vidéo pour respecter les règles de précaution sanitaire.

Le message que je souhaite adresser en ces circonstances particulières au peuple congolais et à la République démocratique du Congo est un double message, celui de la solidarité et de l’espoir.

Je souhaiterai tout d’abord exprimer ma solidarité à toutes celles et tous ceux qui en République démocratique du Congo subissent déjà les conséquences sanitaires et économiques de l’épidémie de COVID 19.

L’Union européenne se tient aux côtés des autorités congolaises dans le combat contre ce fléau planétaire. Nous ne l’emporterons vraiment que grâce à une réponse mondiale coordonnée, c’est pourquoi, nous devons écouter et agir de concert avec l’Organisation des Nations Unies, l’Organisation Mondiale de la Santé et l’Union africaine.

Nos priorités communes : prévenir l’extension de la maladie, soigner les malades et sauver des vies, protéger les plus vulnérables, prendre en compte la situation des femmes et des filles, renforcer la recherche, notamment nationale et africaine, soutenir le système de santé et l’économie.

Mais je veux aussi vous assurer que l’Union européenne restera engagée, à travers ses différents projets et programmes, aux côtés du Président Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO et du Gouvernement congolais pour les aider à répondre aux autres épidémies et défis sociaux et sanitaires auxquels le pays doit faire face.

Je pense aux enfants qui en dépit des campagnes de vaccination meurent encore en 2020 de la rougeole et de la typhoïde.

Je pense également aux femmes qui se voient priver de toute assistance au moment de leurs accouchements, qui en meurent ou qui peuvent ensuite en subir de graves conséquences comme les fistules obstétricales.

Je pense aussi aux millions de congolais qui continuent à souffrir de malnutrition aigüe ou chronique.

Je pense en outre aux personnes en situation de handicap, aux orphelins, aux enfants des rues.

Je pense enfin à ceux qui n’ont pas encore accès aux droits les plus élémentaires de tout être humain : l’éducation, le droit à la santé, l’accès à l’alimentation et à l’eau potable.

Je ne peux manquer de partager mon soutien et mes encouragements à toutes celles et tous ceux qui, partout en République démocratique du Congo, dans les services sociaux et dans la société civile, œuvrent pour répondre aux besoins des populations exclues et des plus pauvres. Je garde un souvenir extraordinairement fort de toutes mes rencontres faites depuis mon arrivée avec ces héros de l’ombre, en particulier dans cette belle province du Sankuru, terre d’origine de Patrice Emery LUMUMBA, ou encore ici à Kinshasa à la pédiatrie de Kimbondo.

Je ne peux manquer de partager mes pensées avec les populations récemment victimes d’inondations à Uvira et dans plusieurs provinces de la République démocratique du Congo.  Ces inondations ont apporté leur lot de souffrances dans des quotidiens déjà bien difficiles.  L’Union européenne est mobilisée pour venir en aide aux sinistrés en soutenant la Croix rouge congolaise.

Je voudrai évidemment réitérer, ici, au nom de l’Union européenne, ma solidarité avec toutes les populations qui à l’Est du pays, notamment en Ituri, au Nord-Kivu, au Sud Kivu, continuent à être touchées par la guerre et victimes des groupes armés qui prolifèrent dans ces Provinces.  Nous condamnons avec la plus grande vigueur les atteintes aux droits de l’Homme et les exactions commises contre ces populations, particulièrement les violences sexuelles perpétrées contre les femmes, lesquelles constituent une horreur indicible et inqualifiable.

Je souhaite ici rendre un hommage appuyé à toutes celles et à tous ceux qui sont engagés contre ces actes innommables et agissent pour le rétablissement d’une paix durable en République démocratique du Congo, les plus hautes autorités et les Forces armées de la République démocratique du Congo, les Gouverneurs et les personnalités de la société civile, dont le Prix Nobel de la Paix, le Dr Denis MUKWEGE, ainsi que la MONUSCO.

J’ai évidemment aujourd’hui une pensée émue pour les 12 vaillants garde-parc de l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) et leur chauffeur qui ont trouvé une mort héroïque dans le Parc de la Virunga le 24 avril dernier en portant secours à des civils agressés.

Nous devons conjuguer tous nos efforts pour que la République démocratique du Congo sorte enfin de la situation de conflit dans laquelle elle se trouve aspirée, malgré elle, depuis un quart de siècle.  La solution n’est pas uniquement militaire : elle est aussi sociale, économique, politique et diplomatique ; sans oublier l’indispensable dimension judiciaire pour faire échec à l’impunité et traduire en justice les responsables des atrocités commises.

Cette solution doit bien sûr impliquer en premier lieu le Gouvernement congolais, pour réconcilier des communautés traumatisées et mettre hors d’état de nuire, avec l’assistance de la MONUSCO, ces criminels sans honneur qui se font appeler chefs de guerre et leurs réseaux.

Elle concerne en second lieu les pays voisins qui doivent véritablement et de bonne foi participer à l’accomplissement du processus de paix. 

Elle nécessite en troisième et dernier lieu l’appui de la communauté internationale qui doit accompagner le rétablissement de l’autorité de l’Etat congolais sur l’ensemble de son territoire.  Avec l’aide de tous, il nous faut casser l’économie de guerre qui a progressivement pris la place de l’économie de paix.

Chacun doit faire sa part.

Dans ce sens, l’Union européenne a adopté en 2017 un règlement européen sur les minerais provenant de zones de conflits qui entrera en vigueur le 1er janvier 2021.  Ce règlement obligera les importateurs européens de 04 minerais (l’étain, le tantale, le tungstène et l’or) à ce que leur approvisionnement en provenance de la République démocratique du Congo, même par des entreprises tierces, provienne exclusivement de sources responsables.

Pour être importés en Europe, ces minerais devront avoir été extraits et traités dans le respect des droits humains.  Ils ne devront pas avoir servi à financer des conflits, à corrompre des agents publics ou à blanchir de l’argent.

La solidarité dont je viens de vous faire part ne vient pas sans espoir, ni confiance.

Espoir et confiance d’abord dans les multiples initiatives de la jeunesse congolaise, des femmes et des jeunes filles, de la société civile pour prendre en main son avenir, votre avenir.  Je suis frappé depuis mon arrivée en République démocratique du Congo par l’extraordinaire foisonnement de projets, de créativité, d’ambitions, d’imagination, d’entreprises qui existent dans tous les domaines pour changer les choses.

Je voudrai ici m’adresser aux jeunes, aux femmes, aux artistes et créateurs culturels, à tous les entrepreneurs et leaders d’opinion : vous avez une force incroyable en vous et vous êtes le moteur d’un Congo plus solide, plus juste, plus prospère.  Saisissez les opportunités et faites vivre votre créativité.  Avancer sans crainte d’être bridés et sans vous décourager dans vos initiatives.  Fédérez-vous, regroupez-vous pour agir ensemble et faire entendre votre voix.  Vous déplacerez des montagnes ! Vous ne vous en rendez peut-être pas compte mais vous avez déjà commencé à en déplacer !

Espoir et confiance ensuite dans les richesses extraordinaires du Congo.  J’ai évoqué celles qui sont dans votre sous-sol, mais pour moi ce sont loin d’être celles qui sont les plus importantes.  Parmi vos biens les plus précieux, ceux que le monde vous enviera demain, si vous savez les mettre en valeur, figurent vos terres arables, où tout peut pousser et nourrir l’Afrique et le monde, votre forêt et son incroyable biodiversité, vos millions de rivières et de ruisseaux qui constituent le second plus grand bassin versant au monde, enfin, votre énergie renouvelable, le solaire et l’hydroélectrique, dont le potentiel d’exploitation est quasiment sans limite.

Espoir et confiance enfin dans les valeurs démocratiques que nous partageons et que nous portons ensemble dans le monde et les enceintes internationales. Nous avons un intérêt commun Europe et Afrique, Europe et République démocratique du Congo, à un système multilatéral fort qui préserve la souveraineté et les intérêts de tous les pays et nous permette de faire face ensemble à nos défis communs.

Je vous parlais, en commençant mon intervention, du partenariat ancien entre la République démocratique du Congo et l’Union européenne.  Pour moi, même si sa nature et ses modalités ont évolué, continueront à évoluer, il demeure plus que jamais d’actualité.  Nous devons le poursuivre et le faire vivre ensemble, en nous écoutant et en respectant nos différences, en faisant en sorte que celles-soient complémentaires et non antagonistes, en apprenant mutuellement les uns des autres.  La négociation du nouvel accord entre l’Afrique et l’Europe qui doit prendre la suite cette année de l’Accord de Cotonou en constituera la formidable opportunité.

Cher(e)s ami(e)s, merci encore de votre attention.  J’espère sincèrement avoir l’occasion de vous accueillir physiquement l’an prochain pour un 09 mai 2021 de retrouvailles !

Natondi bino botondi !

Aksanti saana !

Tuasakidila wa bunyi !

Matondo mingi!

Lisanga, tokolonga !

 

Équipes éditoriales: