European Union External Action

NOTE D’INFORMATION : Comment l’Union européenne (UE) compte soutenir la lutte contre la pandémie COVID 19 à l’échelle mondiale et à Sao Tomé-et-Principe

Brussels, 29/04/2020 - 13:45, UNIQUE ID: 200429_8
Press releases

Sao Tomé, le 28 avril 2020 – La flambée de maladie liée au COVID 19 est devenue une pandémie mondiale. Elle a tué des dizaines de milliers de personnes, met à rude épreuve les populations touchées, multiplie les demandes de protection sociale, restreint l’activité des entreprises et perturbe les chaînes d’approvisionnement. Elle aura de profondes conséquences, avec de nouveaux besoins au plan humanitaire, sanitaire et socio-économique. L’UE dans une approche de coopération internationale multilatérale s’est fermement engagée à répondre à l’urgence. L'action collective de l'UE au niveau mondial visera principalement à répondre à la crise sanitaire actuelle et aux besoins humanitaires qui en découlent, à renforcer les systèmes de santé, d'approvisionnement en eau et d'assainissement des pays partenaires, ainsi que les capacités de recherche et de préparation de ces pays face à la pandémie, et à atténuer les conséquences socio-économiques de la crise. Pour soutenir ces actions, l'UE apportera aux pays partenaires au niveau mondial un appui financier de 15,6 milliards EUR dont 3.25 milliards EUR destinés à l’Afrique provenant de ressources existantes de l'action extérieure.

L’appui global de l’UE est réparti sur trois secteurs: 502 millions EUR pour les actions d’urgence à court terme, 2.8 milliards EUR au soutien de renforcement des systèmes de recherche, de santé et de distribution d’eau et 12,28 milliards EUR pour faire face aux conséquences économiques et sociales.  Cet appui combine des ressources de l'Union, de ses États membres de l’UE et d'institutions financières, notamment la Banque européenne d'investissement et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (approche «Team Europe»).

La réaction de l’UE continuera de s’adapter à l’évolution de la situation visant désormais les pays les plus touchés qui ont besoin d’une assistance sanitaire, et les couches plus vulnérables de la population au niveau global. L’UE utilisera toutes les possibilités de sa boîte à outils en matière de commerce, d’investissements et système de transports pour garantir la continuité de la circulation des marchandises et éviter les perturbations à long terme des chaînes d’approvisionnement. La bonne gouvernance, les droits de l’homme, l’Etat de droit, l’égalité hommes-femmes et la non-discrimination, l’application de conditions de travail décentes, ainsi que les valeurs fondamentales et les principes humanitaires de l’UE dans ce contexte de crise demeurent requis pour contenir la pandémie.

L’Afrique, et en particulier l’Afrique subsaharienne, est une des régions prioritaires pour cette aide européenne dont elle bénéficie à hauteur de 3,25 milliards EUR. L’Afrique, participe à tous les instruments financiers mobilisés par l’UE notamment à travers le support massif à l’OMS, et d’autres agences des Nations Unies, le Mouvement international de la Croix‑Rouge et du Croissant‑Rouge et d’autres organisations non gouvernementales, ainsi que l’appui à l’Union africaine dans les cadre de ses initiatives de réponse continentale. Des volets spécifiques en appui à la recherche dans la lutte contre la pandémie de coronavirus en Afrique recevront plus de 25 millions EUR en 2020. L’UE appuie aussi toutes les initiatives adoptées au niveau du G7 et du G20 notamment en matière d’allègement de la dette des pays les plus vulnérables. En parallèle, toutes les ressources de coopération internationales disponibles au niveau bilatéral et sous régional sont en train d’être réorientées pour offrir aux pays partenaires de l’Afrique des programmes spécifiques d’aide d’urgence.

Pour Sao Tomé-et-Principe, l’UE est prête à mobiliser:

  • Sur le court terme environ 872.500 EUR (21.376.250  dobras), via une nouvelle facilité de coopération  technique (FCT) pour mitiger l’impact de la pandémie COVID-19, selon les besoins du pays, via la fourniture d’équipements, les prestations de services, les formations et campagnes d’information/ communication.
  • Pour l’appui à la résilience économique face à la pandémie de COVID-19 à moyen terme, avec l’accord du    Gouvernement, 1 million d’euros pourrait être utilisée pour faciliter l’obtention d’un financement concessionnel, accordé par la Banque européenne d’investissement (BEI) dans le secteur de la santé.  
  • Dans l’immédiat, environ 700.000 EUR (17.143.000 dobras) peuvent être mobilisés par des subventions aux organisations de la société civile pour des actions liées au COVID-19, par exemple, pour des actions de formation en faveur d’institutions de santé, de distribution des équipements de protection aux populations les plus démunies ou des activités génératrices de revenus pour la résilience de la population à l’impact socioéconomique de la crise.
  • À court terme, 5.250.000 EUR (128.572.500 dobras) pour créer un espace budgétaire supplémentaire dans le budget de l’État afin de lutter contre la pandémie et d’en atténuer les conséquences socio-économiques, grâce à des déboursements dans le cadre du programme actuel d’appui budgétaire UE/STP dans le secteur eau et assainissement.
  • À moyen terme, l’approbation et la mise en œuvre du programme « Appui au secteur agricole de São Tomé -et-Príncipe », d’un montant de 5.000.000 EUR (122.450.000 dobras), visant à améliorer la qualité et la quantité de la production agricole destinée à l’exportation, contribuera à stimuler l’économie du pays et à créer des emplois dans le secteur et aidera ainsi le pays à atténuer les conséquences socio-économiques de la crise sanitaire.
  • À moyen terme, la mise en œuvre du projet « Lutte contre toutes les formes de violence sur les femmes », d’un montant de 2.550.000 EUR (62.450.000 dobras), contribuera à réduire le risque de violence domestique en accompagnant les victimes. Plusieurs rapports de pays affectés par la pandémie montrent que le nombre d’abus sur les femmes et les filles ont tendance à augmenter dû à la combinaison des pressions économiques et sociales avec des restrictions à la circulation, imposées par la situation de pandémie.
  • Actuellement en cours de mise en œuvre, le projet UE/PALOP-TL PROCULTURA (19.040.000 EUR pour les 6 pays, 466.289.600 dobras) a adapté son programme de subventions “Diversité” afin de permettre aux demandeurs de revoir leurs projets de création d’emploi et de diversité culturelle à la lumière des difficultés créées par les mesures d’urgence de santé publique dans leurs domaines d’activité.

Par ailleurs, pour faire face aux conséquences économiques et sociales de la pandémie, la Banque européenne d’investissement (BEI) a proposé au Gouvernement une série des mesures qui pourraient mobiliser des ressources additionnelles à travers les 4 initiatives financières suivantes à des conditions très avantageuses:

  • Partenariat pour la santé. Prêts max de 15 millions EUR, à combiner avec une subvention de max 5 millions EUR pour financer des infrastructures sanitaires ou équipements d’urgence.
  • Soutien à la résilience économique. Prêts maximum de 50 millions EUR (selon la taille de l’économie du pays), à combiner avec une subvention, pour le financement des actions du Gouvernement à soutenir l’économie réelle soit via les PMEs/PMIs et les intermédiaires financiers, soit via les dépenses publiques dans des secteurs particulièrement affectés par la crise du COVID 19 tels que la santé, l’eau et l’assainissement ou le développement urbain.
  • Soutien à l’accès au financement. Placement des lignes de crédit à des taux préférentiels (à combiner avec une subvention) auprès des institutions financières locales afin d’offrir de la liquidité financière aux entreprises affectées par la crise économique provoquée par le COVID 19.
  • Soutien aux entreprises européennes dans les pays partenaires. Une série des mesures pourrait être rapidement mobilisée, y compris du financement, pour soutenir les entreprises européennes ou leurs filiales dans les pays partenaires, ii) autres sociétés-clients de la BEI, entreprises dans les secteurs de la santé ou du numérique qui voudraient développer d’avantage leurs activités durant la crise.

Ainsi, les efforts de réaffectation des ressources entrepris par l’UE vont permettre de mobiliser des ressources substantielles dans le court et moyen terme pour faire face à l’urgence, et contribuer à réduire l’impact socioéconomique de la pandémie via des subventions au Gouvernement et aux organisations de la société civile et la mobilisation des instruments financiers à plus long terme avec le concours en particulier de la Banque européenne d’investissements (BEI).

Pour plus d'informations, veuillez contacter:

  • Ignacio Sobrino-Castello, Conseiller politique DUE
  • Efstratios PEGIDIS, Chef Coopération DUE

delegation-gabon-info@eeas.europa.eu

Editorial Sections: