European Union External Action

Communiqué conjoint de Josep Borrell, Haut représentant / Vice-président de la Commission européenne et Smail Chergui, Commissaire de l'Union africaine pour la paix et la sécurité

Addis Abeba, 01/03/2020 - 11:49, UNIQUE ID: 200301_2
Press releases

La Haut représentant pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité et Vice-président de la Commission européenne, Josep Borrell et le Commissaire de l'Union africaine pour la Paix et la sécurité Smail Chergui se sont entretenus aujourd’hui à Addis Abeba lors d’un déjeuner de travail en marge de la 10ème réunion entre la Commission de l’Union africaine et la Commission européenne.

A l'issue de leur entretien, ils ont déclaré:

Nous avons évoqué de la situation dans certains pays et régions de l’Afrique, et en particulier la Libye, le Sahel, la Somalie et la République centrafricaine. La paix, la sécurité et le développement sont au cœur de notre partenariat et nous avons convenu d’intensifier nos consultations afin de relever les nombreux défis auxquels nous sommes confrontés.                                                            

La situation en Libye exige une action urgente et concrète et nous nous sommes tous les deux engagés à travailler ensemble avec un objectif commun : aider les libyens à reprendre le processus politique. Nous avons exprimé notre profonde préoccupation au sujet de la détérioration de la situation sécuritaire, humanitaire et économique en Libye et condamné fermement la poursuite des combats malgré nos nombreux appels  dans la capitale Tripoli et ses environs. Nous avons réitéré l’urgente nécessité  d'un cessez-le-feu complet et effectif et notre attachement au rétablissement de la stabilité dans le pays et la cessation des violations de l’embargo sur les armes.  Le mécanisme de suivi de la Conférence de Berlin nous permettra de renforcer d’avantage les synergies et d’assurer la coordination de nos actions au service du peuple Libyen.

Au Sahel nous saluons les récentes mesures prises par le Mali, notamment le déploiement d’un bataillon reconstitué à Kidal et l’initiative du gouvernement d’ouvrir des pourparlers avec les mouvements armes. La situation dans la région reste alarmante et nous appelons à une plus grande implication des pays concernés ainsi qu’à une coordination et mobilisation accrues de tous les acteurs régionaux et internationaux. A cette fin, les leaders de l'UE, avec l'UA et l'ONU, se réuniront avec les Chefs d'Etat des cinq pays du G5 Sahel à Bruxelles le 26 mars prochain.

En Somalie, nous partageons les mêmes objectifs : la résolution du conflit Somalien,  l’éradication du terrorisme et la construction d'un Etat fédéral avec des institutions crédibles. Nous exprimons notre soutien à la tenue d’une réflexion sur l'avenir de l'engagement régional et international permettant le transfert des responsabilités de la sécurité aux forces de sécurité Somaliennes et la poursuite de l’appui de l’UA a ce pays.

En République centrafricaine, un an après la conclusion de l'accord de paix sous les auspices de l'UA, nous saluons les progrès notables et nous appelons tous les acteurs à accélérer avec détermination sa mise en œuvre. Nous saluons également les progrès dans la lutte contre l’impunité et nous nous réjouissons du fait que les projets de lois clés envisagées par l’Accord de paix sont désormais au niveau du Parlement. La persistance d’attaques et d’autres violations de l’accord ne peuvent être tolérée. Nous nous sommes mis d’accord pour effectuer une visite conjointe dans un proche avenir et sur l’importance de renforcer les Unités spéciales de sécurité mixtes (SMSU) ainsi que notre coopération en matière de démobilisation, désarmement et réintégration des ex-combattants (DDR).

Lors de notre entretien, nous avons également eu l’opportunité d’aborder d’autres sujets tels que l’initiative de l’UA « Faire taire les armes en Afrique », la proposition de création par l’UE d’une « Facilité européenne pour la paix » et plus généralement la mise en œuvre du Protocole d’accord UA-UE sur la Paix, la sécurité et la gouvernance signé il y a deux ans. Nous avons convenu de nous rencontrer à nouveau à Bruxelles afin de poursuivre nos discussions avant la réunion ministérielle UA-UE qui aura lieu à Kigali au mois de mai.

Équipes éditoriales: