European Union External Action

États-Unis: fin de la visite du HR/VP Josep Borrell à Washington

Brussels, 09/02/2020 - 09:30, UNIQUE ID: 200209_1
Press releases

Josep Borrell est revenu ce samedi de sa première visite officielle aux États-Unis en tant que haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité/vice-président de la Commission européenne.

Les rencontres auxquelles il a participé avec les représentants du gouvernement et du Congrès américains lui ont permis de réaffirmer la solidité des liens transatlantiques entre citoyens européens et américains, qui sont essentiels pour la sécurité et la prospérité de la zone transatlantique et au-delà. M. Borrell a présenté les priorités de l’Union en matière de politique étrangère et a souligné qu’elle souhaitait une coopération étroite avec les États-Unis, dans leur intérêt commun et en vue de renforcer l’ordre international fondé sur des règles. Le haut représentant a également évoqué ses récentes démarches au Proche-Orient et dans le Golfe, où il s’était rendu au cours de la semaine précédente.

M. Borrell a présenté la position de l’Union européenne en ce qui concerne l’actualité internationale au secrétaire d’État américain, Michael R. Pompeo. Ils ont parlé de la nécessité de trouver une solution pacifique au conflit israélo-palestinien, et le haut représentant a affirmé que l’Union était prête à soutenir tous les efforts visant à relancer un processus politique et des négociations qui soient conformes au droit international, qui garantissent l’égalité des droits et qui soient acceptables pour les deux parties. 

Il a également été question de la situation générale au Proche-Orient, notamment en Syrie et en Libye. M. Borrell a souligné sa détermination à contribuer à la désescalade et au retour de la stabilité dans la région. Le haut représentant et le secrétaire d’État ont également parlé du conflit dans l’Est de l’Ukraine, de la nécessité d’une mise en œuvre intégrale des accords de Minsk et de l’annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol par la Russie. Ils ont affirmé leur attachement sans faille à l'intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance de l'Ukraine. 

Le haut représentant/vice-président a réaffirmé que l’Union européenne était pleinement résolue à préserver le plan d’action global commun, et qu’elle attendait de l’Iran qu’il respecte de nouveau entièrement ses engagements en matière nucléaire. Ils ont évoqué aussi les possibilités de poursuivre le partenariat entre l’UE et les États-Unis dans les Balkans occidentaux en vue de soutenir les progrès accomplis par ces derniers sur la voie de l'intégration européenne et transatlantique, ainsi que les efforts de stabilisation sur le continent africain.    

Les dernières propositions des États-Unis concernant le processus de paix au Proche-Orient ont également été abordées lors d’entretiens avec Robert O’Brien, conseiller des États-Unis en matière de sécurité nationale, et Jared Kushner, conseiller spécial du président. 

La réunion avec la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, a été l’occasion de réaffirmer l’importance de l’alliance transatlantique et la nécessité d’une collaboration étroite pour relever les défis auxquels est confrontée la communauté internationale. 

Lors de toutes ces rencontres, le haut représentant/vice-président a insisté sur l’importance d’un dialogue étroit et régulier entre l’UE et les États-Unis à des niveaux appropriés — et ses interlocuteurs l’on rassuré sur ce point. Le partenariat entre l’Union et les États-Unis reste fort et crucial pour les citoyens des deux côtés de l’Atlantique et du monde entier. Les deux parties continueront à œuvrer ensemble en faveur de changements positifs, de la paix, de la stabilité et de la prospérité. «Les relations internationales sont fondées sur la confiance. Et celles fondées sur la confiance entre l’UE et les États-Unis sont essentielles pour relever les défis d’envergure mondiale auxquels ils sont tous les deux confrontés. Quand bien même nous ne sommes pas d’accord sur tout, nous devons toujours garder à l’esprit que nous sommes assis du même côté de la table lorsqu’il s’agit de relever ces défis.», a déclaré M. Borrell pour conclure ses entretiens avec ses partenaires américains à Washington.

 

Languages: