European Union External Action

Les Envoyés pour la région des Grands Lacs appellent à une mise en œuvre rapide des déclarations de Nairobi

Nairobi, 15/12/2014 - 00:00, UNIQUE ID: 141215_02
Press releases

Il y a un an, le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et le groupe de rebelles du M 23 ont signé deux déclarations à Nairobi, au Kenya, qui mettaient un terme au processus de paix organisé à Kampala sous les auspices du Président Yoweri Museveni d’Ouganda et de son ministre de la défense M. Crispus Kiyonga, facilitateur.

Dans leurs déclarations respectives, les parties signataires s'étaient engagées à prendre des mesures immédiates pour trouver des solutions durables aux problèmes soulevés au cours du dialogue de Kampala et mettre fin au conflit entre les forces armées de la RDC et le M 23, qui a causé d’immenses souffrances et fait de nombreuses victimes. Le consensus qui s’est dégagé au cours des pourparlers de paix inclut l’amnistie et le rapatriement des anciens membres du M 23 considérés comme éligibles, ainsi que les engagements pris pour poursuivre les travaux en vue du retour des réfugiés et des personnes déplacées, encourager la réconciliation nationale et la justice,  et mettre en œuvre des réformes dans le domaine social, sécuritaire et économique.

Alors que nous commémorons aujourd'hui le premier anniversaire de ces engagements en faveur de la stabilité à long terme et du développement à l’est de la RDC, l'Envoyé Spécial des Nations unies pour la région des Grands Lacs, M. Said Djinnit, le Représentant Spécial des Nations unies et chef de la MONUSCO, M. Martin Kobler, le Représentant Spécial de l’Union africaine pour la région des Grands Lacs, M. Boubacar Diarra, le Coordinateur principal de l’Union européenne pour la région des Grands Lacs, M. Koen Vervaeke, l'Envoyé Spécial des États-Unis pour la région des Grands Lacs et la RDC, M. Russell D. Feingold, et l'Envoyé Spécial de la Belgique pour la région des Grands Lacs, M. Frank De Coninck, notent avec inquiétude que si d’importants progrès ont été réalisés, la mise en œuvre globale des déclarations de Nairobi reste lente.

Les Envoyés se réjouissent des mesures prises jusqu’à présent par le gouvernement de la RDC pour la mise en œuvre de ses engagements dans le cadre des déclarations, y compris sur l’amnistie, ainsi que les efforts entrepris pour faciliter le rapatriement des anciens combattants du M23 encore présents en Ouganda et au Rwanda. Ils demandent aux gouvernements de la RDC, de l’Ouganda et du Rwanda de renforcer leur collaboration afin d’accélérer le rapatriement en RDC des anciens combattants du M23 et de leurs dépendants. Dans la réalisation de cette tâche, ces gouvernements devraient se concerter avec le leadership de l'ancien mouvement du M23 afin d'assurer un processus de rapatriement en bon ordre. À cet égard, les Envoyés exhortent les dirigeants de l'ancien mouvement du M23 à coopérer pleinement.

Au-delà des questions d'amnistie et de rapatriement, un certain nombre d’autres dispositions essentielles des déclarations doivent encore être mises en œuvre, conformément à la feuille de route et au calendrier établis par le mécanisme national de suivi (MNS). Les Envoyés exhortent les parties signataires à collaborer de bonne foi et à résoudre les questions en suspens en vue de la mise en œuvre de toutes les autres dispositions des déclarations de Nairobi, y compris en matière de justice pour les victimes du conflit. En outre, les Envoyés notent que c'est seulement avec des efforts collectifs et soutenus que la paix et la stabilité durable pourront être atteintes à l’est de la RDC, conformément aux objectifs de l'Accord-Cadre pour la Paix,  la Sécurité et la Coopération pour la RDC et la région. Les Envoyés encouragent également les dirigeants de la région, notamment les présidents de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), en leur qualité de témoins des déclarations de Nairobi à accompagner les parties dans le processus de mise en œuvre. Dans cet effort collectif, les Envoyés continueront à jouer leur rôle, y compris en prêtant leur assistance aux parties et en soutenant le secrétariat de la CIRGL et le MNS qui sont tous les deux mandatés pour suivre la mise en œuvre des déclarations.

Languages:
Équipes éditoriales: