European Union External Action

Célébration de la fête de l'Europe : Allocution de S.E.M. Giacomo Durazzo Ambassadeur de l'Union européenne en République Islamique de Mauritanie.

10/05/2019 - 14:01
Voices and views

Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,

Mesdames et Messieurs les Parlementaires,

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Représentants des organisations internationales,

Autorités civiles, militaires, locales, religieuses et traditionnelles,

Représentants des partis, des organisations professionnelles, syndicales, associatives et des médias,

Chers invités et amis de l'Europe,

C'est toujours pour moi une grande joie et un immense plaisir, de vous accueillir à nouveau aujourd'hui, afin de célébrer ensemble cette journée de l'Europe.

Comme vous le savez, en cette circonstance nous célébrons la déclaration du Ministre des Affaires étrangères français, Robert Schuman, qui le 9 mai 1950, plaçait l'ensemble de la production franco-allemande du charbon et de l'acier sous une haute autorité commune. Ce geste hautement symbolique, de mettre en commun la gestion des industries responsables de la production des armes, est considéré à juste titre comme le démarrage de ce vaste et ambitieux projet qui a marqué l'histoire et le rôle de l'Europe dans le monde.

Mais ce 69ème anniversaire de la déclaration doit aussi nous interroger sur le futur de ce projet, confronté à des défis majeurs. Il est donc légitime d'affirmer que la construction européenne doit faire face à des contestations internes, que l'Europe se trouve à la croisée des chemins et que des décisions importantes et peut-être difficiles devront être prises rapidement pour relancer le processus d'intégration.

Aujourd'hui, en dépit des nombreux défis internes et externes, l'Union assure la paix, la stabilité et la prospérité en Europe et au-delà de ses frontières. Elle défend résolument ses principes de démocratie, de prééminence des droits fondamentaux, alors même que les appels à un nationalisme et populisme deviennent de plus en plus forts.

Cependant, après des années de crise, l’Europe finalement rebondit. 240 millions de personnes y travaillent, un chiffre record qui n'avait jamais été atteint. Les consommateurs et les entreprises peuvent tirer parti d'un marché unique qui leur offre un plus grand choix de biens et de services à des prix plus bas. La monnaie unique s'est renforcée et garantit une protection efficace contre les turbulences financières. Et enfin l’Europe continue d'être un exemple dans le monde en garantissant que les protections assurées par les droits sociaux puissent profiter à toutes les couches de la population.

Monsieur le Ministre

Mesdames et Messieurs

L’Europe est aussi une puissance mondiale responsable, qui prend l'initiative dans la lutte contre le changement climatique, prône la paix et le développement durable à l’échelle mondiale, promeut un commerce libre et équitable et fixe des normes pour les conditions de travail, la sécurité alimentaire et la protection des données.

Alors que le monde qui nous entoure devient de plus en plus fracturé et perturbé, préserver et promouvoir ce progrès n'a jamais été aussi important et pourtant aussi exigeant. En effet, l'ordre international fondé sur des règles, qui a longtemps été le cadre indispensable d'une Union européenne prospère et sûre, est maintenant remis en question, voire délibérément contesté même par certains de nos partenaires.

Ces tendances présentent autant d'opportunités que de défis. Elles constituent un avertissement flagrant: pour que l’Europe puisse prospérer, ses États membres doivent agir de concert. Ils doivent agir ensemble s'ils veulent préserver le mode de vie européen et renforcer son influence mondiale.

Cette année 2019, avec la tenue des élections européennes à la fin du mois de mai, constitue donc une opportunité pour les dirigeants de l'Union de démontrer leur unité et de donner une nouvelle perspective à notre continent. Ils devront le faire en montrant qu’ils ont écouté les espoirs, les préoccupations et les attentes de ses citoyens et qu'ils sont prêts à agir de manière décisive et collective pour y remédier.

Monsieur le Ministre

Mesdames et Messieurs

L'Union européenne est un partenaire majeur de la Mauritanie, tant pour l'aide publique au développement que pour l'aide humanitaire, en se positionnant comme premier bailleur du pays en ce qui concerne les contributions sous forme de don.

Le programme de coopération, qui se concentre principalement sur trois secteurs, le développement rural, l'état de droit et la santé, est doté d'une enveloppe globale de l'ordre de 400 millions € de projets en cours. Ce partenariat se déroule dans des bonnes conditions, avec un dialogue nourri pour promouvoir des réformes sectorielles importantes, qui permettront un meilleur usage des ressources de l'Etat et une amélioration des services publics en priorité à l'adresse des plus défavorisés.

L'Union européenne intervient aussi dans d'autres secteurs comme la décentralisation, la gouvernance, la sécurité alimentaire, l'aide humanitaire, la prévention des conflits, la jeunesse, la sécurité, ainsi que le renforcement de la société civile et la promotion des Droits de l'Homme.

Outre ces éléments peut-être peu visibles mais essentiels pour une société inclusive, elle soutient des projets d'infrastructures économiques d'envergure comme le port de Tanit et un tronçon de 120 km de la route Nouakchott-Rosso. Bien que ce projet ait connu des retards importants, à cause de la faillite de la première entreprise retenue, des progrès tangibles sont maintenant visibles, avec dans les mois à venir l'ouverture des sections terminées et une finalisation des travaux prévue à la mi 2020.

Par ailleurs, grâce à ses bonnes performances dans le domaine de la gestion des flux migratoires, la Mauritanie bénéficiera d'une enveloppe supplémentaire de 25 M €, financée par le Fonds Fiduciaire pour l'Afrique, sous forme d'appui budgétaire. Le recours à cet instrument, permet de décaisser directement les fonds vers le trésor public et d'utiliser les procédures nationales. Ceci constitue un signal fort de confiance envers le pays et ouvre la voie, si ce programme atteint ses objectifs, à une utilisation plus large de l'aide budgétaire dans notre partenariat avec la Mauritanie.

Concernant le secteur de la Pêche, je voudrais souligner l'importance du partenariat stratégique développé avec la Mauritanie qui, dans le cadre du plus important accord signé entre l'Union européenne et un pays tiers, a permis de générer pour la période 2015-2018, une contribution financière de 330 M €, versés, en grande partie au trésor public sous forme de droits d'accès, de licences et de redevances sur capture, mais aussi en soutien direct pour le renforcement du secteur.

Cette année sera particulièrement importante avec le prochain démarrage des négociations pour un nouvel accord, dont le mandat du côté européen est en cours de finalisation et qui devra permettre d'accroitre les bénéfices mutuels tirés de ce secteur et leurs retombées sur l'économie, tout en assurant une responsabilité conjointe pour préserver de manière durable cette ressource capitale pour le développement du pays.

Monsieur le Ministre

Mesdames et Messieurs

Permettez-moi de dire que le partenariat de l'Union européenne avec la Mauritanie va bien au-delà de l'aide, grâce au développement de fortes relations politiques et à la promotion des investissements et du commerce, notamment suite à la signature en septembre 2018 de l'Accord de Partenariat Economique (APE) avec l'Union européenne.

Notre dialogue politique avec le Gouvernement est intense, franc et respectueux. Il permet d'avoir des discussions régulières, approfondies et sincères entre partenaires sur des thèmes d'intérêt communs, comme par exemple l'état de droit ou les processus électoraux.

Je voudrais saisir cette opportunité pour confirmer que dans le cadre des prochaines élections présidentielles, l'Union européenne soutiendra les organisations de la société civile pour une observation nationale du processus et mobilisera une mission d'experts européens pour assurer le suivi de cette importante élection, qui marquera, j'en suis, sûr l'histoire du pays, par un passage du pouvoir dans le respect de la Constitution.

Ce dialogue politique avec le gouvernement est complété par un échange continu et intense sur l'Etat de droit avec la société civile, permettant de s'informer sur la situation générale, de suivre certains cas individuels et d'identifier des actions de soutien direct à ces organisations, concernant la promotion des droits humains et des libertés d'expression et d'association ainsi que d’autres sujets comme la lutte contre la violence envers les femmes et l'éradication de l'esclavage et de ses séquelles.

Monsieur le Ministre

Mesdames et Messieurs

L'Union européenne est engagée au Sahel depuis de longues années, car la stabilité, sécurité et développement de cette région, si proche de nos frontières, constitue un enjeu vital pour l'Europe.

La Mauritanie, en tant que promoteur du G5 Sahel, établi en 2014 à Nouakchott, où est abrité aussi son Secrétariat Permanent, a permis de créer une nouvelle dynamique régionale en mutualisant les efforts des cinq pays afin d'améliorer leur sécurité et leur développement.

Le partenariat entre le G5 Sahel et l'Union européenne, peut se définir comme exemplaire. Il est caractérisé:

- par des rencontres politiques régulières, comme par exemple la réunion ministérielle entre les 28 Etats membres de l'UE et les 5 du G5 la semaine prochaine à Bruxelles,

- par un fort soutien aux différentes activités menées par son Secrétariat Permanent et les autres instances du G5

- et par des financements importants en matière de sécurité et de développement.

Plus spécifiquement en matière de sécurité, l'Union européenne a soutenu dès sa création, la Force conjointe du G5 Sahel, en finançant pour un montant de 100 M € sa montée en puissance. Cette force est maintenant établie et a commencé depuis le début de l'année à effectuer des opérations de sécurisation du territoire le long des frontières des trois fuseaux qui constituent sa zone d'intervention.

Un aspect important du soutien de l'Union européenne concerne la formation et l'encadrement des contingents de la Force au respect des droits de l'homme et du droit humanitaire, afin d'éviter que des exactions des forces de défense et de sécurité puissent être commises aux dépens des populations.

Dans le cadre de la Politique de Sécurité et de Défense Commune, PSDC, l'engagement de l'Union européenne au Sahel se traduit par la mobilisation de trois missions civiles et militaires, dont le personnel et les équipements sont fournis par les Etats membres et qui ont pour mandat la formation et le conseil aux forces de défense et de sécurité du Mali et du Niger.

Cependant, la régionalisation des actions de la PSDC, dont la cellule de coordination et conseil va s'installer prochainement dans cette Délégation, va permettre aussi à ces missions d'élargir leur rayon d'action afin de pouvoir former et donner des conseils à la Force conjointe et de renforcer certaines structures de coopération régionales du G5 comme le Collège de Défense et le Comité de soutien basés à Nouakchott.

Concernant le volet développement, aussi important que celui sécuritaire pour gagner la guerre contre l'insécurité, il s'avère essentiel que les Etats du Sahel puissent effectivement gérer l'ensemble de leurs territoires et fournir des services de base aux populations notamment dans les zones transfrontalières trop souvent délaissées.

C'est seulement en assurant cette présence essentielle de l'Etat, comme le démontre l'exemple de la Mauritanie, qu'on pourra éviter l'occupation du territoire par des bandes de narco-terroristes et prévenir des massacres inter-ethniques qui ont pris malheureusement de plus en plus d'ampleur ces derniers temps.

Face à ces immenses défis, L'Union européenne a pris ses responsabilités et assure une partie prépondérante des financements de l'aide au développement des pays du G5 notamment en assurant un financement complémentaire de 125 M € à son Programme d'Investissement Prioritaire d'Urgence présenté lors de la Conférence de coordination des partenaires à Nouakchott au mois de Décembre dernier.

Monsieur le Ministre

Mesdames et Messieurs

Permettez-moi de finir mon propos en remerciant : le Gouvernement et son administration, notamment la cellule de la CAON pour sa collaboration et sa disponibilité; mes collègues Ambassadeurs des Etats membres pour leur volonté de faire compter plus l’Europe en Mauritanie; et nos partenaires des Nations Unies, des ONG nationales et internationales et des opérateurs privés pour leur engagement dans l’exécution des programmes financés par l’Union européenne.

Un remerciement spécial est dédié à ceux qui ont contribué à organiser cette réception et notamment son exposition des projets de l'Union européenne et des Etats membres, qui démontre la diversité, vitalité et richesse de notre partenariat avec la Mauritanie

Enfin, en guise de conclusion, je voudrais citer Jean Monet, considéré comme un des pères fondateurs de l'Europe qui affirmait « Nous ne coalisons pas des Etats, nous unissons des hommes »

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite une bonne fête de l'Europe et "Ramadan Mubarak".
 

 

Rubriques éditoriales: