European Union External Action

Intervention de la haute représentante et vice-présidente Federica Mogherini à la suite de la réunion du groupe E3/UE+3 avec l'Iran, tenue le 28 septembre à New York

 

SEUL LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI

Nous avons tenu une réunion ce soir dans la même formation que celle mise en place pour les négociations concernant l'accord sur le dossier iranien – le groupe E3 + 3 et l'Iran dont j'ai assuré la présidence, afin d'entamer les travaux relatifs à la mise en œuvre de l'accord auquel nous sommes parvenus au niveau ministériel en juillet dernier à Vienne. Au cours de ces derniers mois, nos équipes ont travaillé d'arrache‑pied parallèlement à l'examen parlementaire qui a été entrepris par certains pays au niveau interne, par exemple, au sein du Congrès américain, qui se poursuit en Iran.

Nous nous sommes surtout efforcés de faire en sorte que le jour de l'adoption ou le jour de la mise en œuvre de l'accord, tout le nécessaire ait été fait pour que l'accord puisse être mis en œuvre immédiatement et sans heurt. Nos équipes se sont donc attelées au travail et les ministres ont, ce soir, fait le point de nos débuts prometteurs.

L'AIEA s'est récemment rendue en Iran et [son directeur général] M. Amano s'est dit satisfait de cette visite. C'est un pas dans la bonne direction et nous avons poursuivi nos échanges sur les mesures prises par les différents pays pour assumer la part qui leur incombe dans cette mise en œuvre. Le processus de mise en œuvre et de suivi de l'accord exigera que toutes les parties continuent à s'investir et maintiennent leur engagement à cet égard. Nous sommes convenus que la commission mixte se réunirait peu après le jour de l'adoption pour que nous puissions, de nouveau, avancer rapidement et sans accroc.

Je tiens également à souligner que nous sommes tous assez satisfaits d'avoir entendu aujourd'hui en plénière de nombreuses allocutions, sinon toutes, qualifiant l'accord de bon accord de non prolifération nucléaire positif et solide, d'accord solide mais également – principalement, en fait – de grande victoire pour la diplomatie et le multilatéralisme; cela montre que privilégier la voie diplomatique, qui démontre que privilégier la voie diplomatique et multilatérale, ainsi que le dialogue et la coopération plutôt que la confrontation permet d'aboutir à des résultats aussi concrets qu'importants. Tant les ministres des pays concernés que l'Union européenne continueront à privilégier ces pratiques qui, dans des périodes comme celle que nous connaissons actuellement, se révèlent de toute évidence extrêmement précieuses.

Vidéo:

 

Languages: