European Union External Action

L'eau... un outil de paix

19/11/2018 - 19:45
News

La croissance démographique, conjuguée au changement climatique, fait de l'eau un des enjeux majeurs du XXIe siècle. L'UE s'emploie à renforcer son engagement diplomatique pour que l'eau devienne un outil de paix, et non une source de tensions. Nous devons utiliser les nombreux moyens à notre disposition pour défendre et protéger le droit de tout être humain à l'eau potable et à l’assainissement.

safe drinking water, water diplomacy, water as a human right

Selon l'ONU, les deux tiers de la population mondiale pourraient être confrontés à pénurie d'eau d'ici à 2025. L'eau, c'est la vie: la raréfaction de l'eau pourrait avoir des conséquences désastreuses pour notre sécurité. Mais il existe bien plus de raisons pour lesquelles il est de l'intérêt commun de l'humanité de garantir que les ressources en eau soient bien gérées, partagées de manière équitable et mises à la disposition de celles et ceux qui en ont besoin. C'est pourquoi les conclusions concernant la diplomatie dans le domaine de l'eau adoptées par les ministres des affaires étrangères de l'UE sont si importantes.

Une coopération internationale est indispensable, car l'eau ignore les frontières

La plupart des sources d’eau douce, comme les rivières ou les lacs, ignorent les frontières. L'accès à l'eau et son utilisation donnent souvent lieu à des conflits et des tensions sur la scène internationale. Il est donc primordial d'instaurer une coopération et une gestion internationales dans ce domaine.

Il ne faut pas oublier que l'eau relie les êtres humains:  la diplomatie de l'UE dans le domaine de l'eau soutient la gestion partagée des rivières, des lacs et des nappes aquifères par plusieurs pays. Les eaux internationales ont besoin de règles internationales: l'UE encourage les accords internationaux dans le domaine de l'eau et se félicite de l'ouverture de la convention sur l'eau à des pays situés en dehors de la région paneuropéenne.

 

L'eau est un outil de paix et ne doit jamais devenir une arme de guerre

Les conclusions sur la diplomatie dans le domaine de l’eau adoptées par l'ensemble des 28 États membres de l'UE lors du Conseil «Affaires étrangères», le 19 novembre, reconnaissent que la coopération internationale est essentielle pour prévenir les conflits et promouvoir la paix et la sécurité dans le monde. À l'instar du Panel mondial de haut niveau sur l’eau et la paix, l'UE estime que le défi mondial de l'eau ne concerne pas seulement le développement et les droits de l'homme, mais aussi la paix et la sécurité. Les conclusions approuvent ainsi les récentes discussions menées au sein du Conseil de sécurité des Nations unies, qui établissent un lien entre l'eau, le climat, la paix et la sécurité.

 

La rareté des ressources en eau peut provoquer des conflits et entraîner d'importants coûts humains et financiers dont les effets, tels que les migrations, sont perceptibles dans l'UE. L'eau peut également être utilisée comme arme ou cible dans un conflit. Ces dernières années, le monde a connu des restrictions d’eau, des inondations et des empoisonnements délibérément provoqués à des fins stratégiques, notamment en Iraq, en Syrie, au Yémen et dans la région du lac Tchad. L'UE condamne fermement l’utilisation de l’eau comme arme de guerre, conformément au droit humanitaire international.

Une gouvernance de l’eau renforcée est essentielle pour la stabilité à long terme

Il existe 263 bassins hydrographiques transfrontaliers dans le monde, dont les deux tiers ne font pas l'objet d'une gestion coopérative. La diplomatie de l'UE dans le domaine de l’eau vise notamment à encourager les approches coopératives, afin de répondre aux défis posés par l'eau sur le plan transfrontalier. L'UE soutient la gestion transfrontalière de l'eau et une gouvernance effective, durable et intégrée de l'eau à tous les niveaux.

Ne laisser personne de côté: l'eau et l'assainissement dans le programme mondial de développement

L'UE est déterminée à mettre en œuvre l'objectif n° 6 du programme des Nations unies à l'horizon 2030 («Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement») et à aider ses partenaires à l'atteindre. Les défis sont immenses: à l'heure actuelle, 844 millions de personnes n'ont pas accès à l’eau potable et près de 159 millions d'entre elles continuent de puiser l'eau directement dans les rivières, les lacs et d'autres sources d'eaux de surface. 260 millions de personnes (pour la plupart des femmes) mettent plus de 30 minutes pour chaque ravitaillement en eau. On estime que 2,3 milliards de personnes n'ont toujours pas accès à des services d'assainissement de base.

Les conclusions adoptées confirment l'indéfectible engagement de l'UE à traiter les problèmes de l'eau dans le monde. Elles rappellent également combien il est important que la diplomatie de l'UE dans le domaine de l’eau tienne compte de la dimension hommes-femmes.

 

L'eau: un droit fondamental

L'UE s'est engagée à défendre le droit de tout être humain à l'eau potable et à l’assainissement, qui fait partie du droit à un niveau de vie suffisant.

Elle continuera à protéger les défenseurs des droits de l'homme qui luttent pour l’eau et l’environnement.

 

Trop d'eau ou trop peu: les inondations et les sécheresses dues au changement climatique

Il existe un lien fondamental entre le changement climatique et l’eau. Les inondations et les sécheresses dues au changement climatique sont de plus en plus fréquentes et nuisent à la vie, à la nature et à l'économie.  Les populations pauvres, qui sont les plus exposées aux menaces pesant sur l'approvisionnement en eau, devraient aussi être les plus vulnérables. La diminution des ressources en eau disponibles a des répercussions sur la santé et la sécurité alimentaire. Elle peut entraîner des déplacements de populations et une instabilité politique. La mise en œuvre de l’accord de Paris est essentiel pour relever les défis mondiaux de l’eau liés au changement climatique.

safe drinking water, water diplomacy, water as a human right
 

Conformément à l’accord de Paris sur le changement climatique, à la stratégie globale de l’UE et au nouveau consensus pour le développement, l'UE reconnaît la nécessité d’adopter des mesures concrètes pour améliorer l'élaboration de politiques de l'eau saines et mieux coordonner les efforts, les intérêts et les stratégies au niveau international.


Exemples de projets dans le domaine de l'eau soutenus par l'UE

L'UE soutient la gestion transfrontalière de l’eau dans différentes régions du monde. En Afrique, elle aide les pays riverains et les organisations de bassins fluviaux afin de renforcer le potentiel de croissance résiliente face au changement climatique, ainsi que la gestion coopérative des eaux internationales. Cette assistance englobe le programme pour la coopération dans les eaux internationales en Afrique (CIWA), géré par la Banque mondiale, et plusieurs initiatives régionales ciblant les bassins du fleuve Sénégal et de la rivière Mékrou. Des actions de coopération transfrontalière existent également pour les bassins du Nil, du lac Tanganyika et de l'Okavango. L'Asie, l'Asie centrale, le Proche-Orient et la région méditerranéenne constituent aussi des zones clés pour la coopération en matière d'eau. L'UE adopte de plus en plus une approche reposant sur l'interdépendance, qui consiste à traiter simultanément les liens existant entre l’eau, l'alimentation et l'énergie.

Grâce à la coopération au développement, l'UE finance en outre des projets destinés à favoriser l'accès à l'eau et à l’assainissement: depuis 2004, plus de 70 millions de personnes ont bénéficié d’un raccordement à une eau potable de meilleure qualité, et plus de 24 millions d'un raccordement à des installations sanitaires.

Les conclusions évoquent l’engagement de l’UE à tenir compte de l'importance de l’eau et de l’assainissement dans la programmation de la future coopération financière et technique avec les pays partenaires.

safe drinking water, water sanitation, water diplomacy

 

La mobilisation, grâce à l'UE, de la communauté internationale afin de financer une station de désalinisation à Gaza, qui fournira au moins 55 millions de m3 d'eau potable par an à une population qui en a grandement besoin, est un autre exemple de l'aide apportée par l'UE dans la gestion de l'eau dans le monde. L’UE s’est engagée à financer la station de désalinisation à hauteur de 70 millions d’euros et à verser 7,1 millions d’euros supplémentaires pour les frais de gestion. À l’heure actuelle, 2 millions de Palestiniens vivant à Gaza dépendent presque exclusivement de la nappe aquifère côtière comme source d’eau potable. La capacité de cette nappe aquifère est de 55 à 60 millions de m3 par an, alors que la demande totale en eau est de 180 millions de m3 par an. Seulement 3 % de l’eau pompée dans la nappe phréatique répond aux normes de qualité de l’eau potable fixées par l’Organisation mondiale de la santé, ce qui représente un risque important pour la santé de la population de Gaza.

Au Laos, l'UE a apporté son aide en distribuant des filtres à eau dans les écoles, mais aussi dans les ménages et les familles dans le besoin vivant dans le village pauvre de Ban Nok. Par ailleurs, une organisation représentant l’Office humanitaire de la Commission européenne (ECHO) a récemment ouvert de nouveaux sanitaires dans une école de Don Puay et installé un filtre à eau, expliquant l'importance de se laver les mains et de boire suffisamment d’eau potable tous les jours pour que les enfants puissent profiter d’un environnement d'étude sûr et sain.