European Union External Action

Priorités de La Valette : le partenariat UE-Afrique aide les migrants et les réfugiés

14/11/2018 - 09:04
News stories

Le Plan d’Action Conjoint de La Valette a été adopté en 2015 par les dirigeants européens et africains, lors du sommet sur la migration, dans le but de faire face ensemble à la migration dans cinq domaines prioritaires. Depuis, les actions entreprises en commun ont mobilisé plus de 11,7 milliards d’euros, qui ont financé plus de 1 200 projets et mesures.

 

Federica Mogherini, Haute Représentante / Vice-présidente de l’UE, a déclaré lors de la dernière réunion de hauts fonctionnaires que «nous pouvons gérer ensemble la migration, dans un esprit de partenariat, de coopération et de respect» et que «nous devons nous assurer que nos actions aient également un impact immédiat».

Des hauts fonctionnaires venus de l’ensemble de l’Europe et de l’Afrique se réunissent à Addis-Abeba, en Éthiopie, afin d’assurer le suivi des progrès accomplis. 

Le processus de Rabat et le processus de Khartoum ont pour mandat de suivre la mise en œuvre et les progrès du Plan d’Action et d’en rendre compte. Ils ont chacun produit un rapport d’analyse dans lequel ils dressent le bilan des travaux réalisés à ce jour.

Cette approche collaborative entre partenaires africains et européens produit des résultats. 

Dans les domaines des avantages des migrations en termes de développement et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière, plus de 5,3 millions de personnes vulnérables ont bénéficié de programmes de sécurité alimentaire et de nutrition et de services de base.

Les débouchés économiques sont cruciaux, en particulier pour les jeunes: 48 000 personnes ont suivi une formation professionnelle ou ont pu développer leurs compétences. Ces initiatives répondent à la priorité fixée par Federica Mogherini, pour qui «la plus grande ressource dont dispose l’Afrique, ce sont ses jeunes».

Dans son deuxième domaine prioritaire, le Plan d’Action Conjoint de La Valette traite des canaux réguliers de migration et de mobilité entre pays européens et africains. 

Le programme européen Erasmus+ en est un exemple. Plus de 20 000 échanges entre étudiants et enseignants européens et africains ont été organisés ces 3 dernières années dans le cadre de 1 000 projets Erasmus+, qui ont également bénéficié à plus de 15 000 étudiants et chercheurs africains. 

La nouvelle «Alliance Afrique - Europe pour des investissements et des emplois durables» renforcera le soutien apporté aux bourses et aux programmes d’échanges, l’objectif étant que plus de 100 000 étudiants bénéficient du programme Erasmus+ au cours des dix prochaines années. 

Sauver et protéger des vies est la priorité la plus urgente de l’UE, et c’est le troisième domaine prioritaire du Plan d’Action.

Avec la contribution de l’UE, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés a évacué plus de 2 000 réfugiés de Libye, en vue de leur réinstallation en Europe et ailleurs.

La quatrième priorité du Plan d’Action Conjoint de La Valette est la lutte contre la migration irrégulière, le trafic de migrants et la traite des êtres humains.  

Le programme pour une meilleure gestion de la migration, financé par l’Union européenne et le Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement, a aidé plus de 15 200 migrants.

Warsama Abib Ibrahim, médecin à Djibouti, connaît les souffrances des migrants. Grâce au programme, un centre de santé a été construit et des équipes mobiles sont actives dans tout le pays.

 

 

En ce qui concerne le trafic de migrants et la traite des êtres humains, l’équipe commune d’enquête, composée de fonctionnaires français, espagnols et nigériens et financée à hauteur de 6 millions d’euros par le Fonds fiduciaire d’urgence de l’UE pour l’Afrique, est un exemple d’action commune visant à briser le terrible modèle économique des passeurs et trafiquants d’êtres humains. Elle a ouvert 137 enquêtes sur des passeurs et trafiquants présumés.   

Faciliter les retours, la réadmission et la réintégration sont les axes de travail du cinquième domaine prioritaire du Plan d’Action.

Les efforts conjoints de l’Union africaine, de l’Union européenne et des Nations Unies pour améliorer la situation des migrants en Libye «a créé un mécanisme sans précédent de coopération entre nos continents, un système où nous définissons nos intérêts et nos priorités communs et où nous travaillons ensemble sur des solutions pratiques, durables et avantageuses pour tous», a souligné la Haute Représentante / Vice-présidente. Plus de 38 000 personnes ont reçu une aide pour quitter la Libye et rentrer chez elles en toute sécurité.  

En outre, l’initiative conjointe UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants, qui coopère avec 26 pays africains, a aidé plus de 52 300 migrants après leur retour. Plus de 33 300 migrants ont reçu des conseils en matière de réintégration. Leur vulnérabilité a été évaluée et plus de 10 500 ont bénéficié d’un soutien économique

Derrière ces chiffres, il y a «de vraies histoires — des familles, des parents, des amis qui souvent ne connaissent même pas le sort des êtres qui leur sont les plus chers», a rappelé la Haute Représentante. L’UE et l’Afrique continueront à travailler ensemble pour trouver des solutions communes qui répondent aux besoins des populations.