European Union External Action

Déclaration de la porte-parole sur les allégations d'actes répréhensibles qui auraient été commis par des membres du personnel de l'EUFOR RCA en République centrafricaine

Le 19 janvier 2016, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme a informé l'UE d'allégations d'actes d'exploitation sexuelle et d'abus sexuels qui auraient été commis par des membres du personnel de l'opération EUFOR RCA, dont le mandat a pris fin en mars 2015.


Les allégations portent sur des incidents qui se seraient produits à Bangui (en République centrafricaine) dans le courant de 2014.


L'UE prend ces allégations très au sérieux. L'UE est attachée aux droits de l'homme, à la protection des victimes d'abus sexuels et à la lutte contre l'impunité.


Le siège du SEAE a immédiatement proposé sa coopération au Haut Commissaire des Nations unies et à son équipe, ainsi qu'aux États potentiellement concernés, pour la suite à donner à ces actes répréhensibles présumés.


L'UE a envoyé un expert pour discuter des modalités de la coopération dans le cadre de ces procédures avec le Haut-Commissariat. En outre, le SEAE passe en revue tous les éléments concernant l'EUFOR RCA qui pourraient être utiles.


L'UE applique une tolérance zéro  à l'égard des crimes ou des abus sexuels. Pour toutes les missions et toutes les opérations de l'UE, les documents et les instructions contiennent des règles strictes visant à éviter ce genre de comportements répréhensibles. Ces documents visent également à permettre aux autorités judiciaires nationales compétentes d'enquêter efficacement sur tout incident éventuel.


Selon les règles des missions et opérations de l'UE, la responsabilité de toute enquête ou de toute mesure disciplinaire ou pénale incombe aux États contributeurs.


Le SEAE a informé les États membres de l'UE et il est en contact avec les pays fournisseurs de contingents concernés pour organiser la coopération.
 

Languages: