Troisième forum du dialogue structuré UE-Afrique du Sud sur les droits de l’homme

Bruxelles, 15/12/2015 - 00:00, UNIQUE ID: 151215_02
Press releases

Le 3e forum du dialogue structuré UE-Afrique du Sud sur les droits de l’homme s'est tenu à Pretoria le 11 décembre 2015. Les deux parties ont procédé à des échanges approfondis sur des questions d’intérêt commun et sur des sujets nécessitant une réflexion plus poussée.  Ce forum était coprésidé par le représentant spécial de l’UE pour les droits de l’homme, M. Stavros Lambrinidis, et par le directeur général des relations internationales et de la coopération de la République d’Afrique du Sud, M. Jerry Matjila.


Les deux parties ont reconnu l'utilité du dialogue pour faire progresser la cause des droits de l'homme et pour aplanir les divergences, en particulier dans les enceintes multilatérales. En ce qui concerne les résolutions par pays et les résolutions thématiques (défenseurs des droits de l’homme, manifestations pacifiques, espace accordé à la société civile, représailles, racisme, prévention de  l’extrémisme violent et lutte contre ce phénomène), elles sont convenues d’échanger leurs expériences et leurs idées à l’avance de manière à mieux comprendre les enjeux et à progresser sur la voie d'un accord.


Les deux parties ont échangé des informations sur les perspectives actuelles et les discussions relatives à la CPI, notamment dans le cadre de l’Assemblée des États parties.


Les deux parties conviennent de travailler en partenariat et d’organiser des manifestations parallèles communes dans des domaines d’intérêt mutuel, notamment à l’occasion de la Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture en juin 2016.
Les deux parties ont accepté d'examiner les points de divergence à mesure qu’ils se feront jour dans le cadre de dialogues restreints organisés à l'échelon local. En outre, des points de contact seront désignés à Bruxelles et à Pretoria pour assurer un suivi et une coordination adaptés.


Les deux parties sont tombées d'accord sur le rôle central et sur le caractère indispensable de la contribution de la société civile en matière de démocratie et des droits de l’homme dans le cadre de leurs compétences respectives. À cet égard, il a été convenu qu'il était nécessaire de s'atteler de toute urgence aux travaux dans le secteur des ONG en Afrique du Sud et de définir sous quelle forme la société civile pourrait y participer dans la perspective du prochain dialogue.


Les parties ont par ailleurs examiné en détail d’autres sujets prioritaires de préoccupation et d’intérêt communs et un cadre a été établi pour la poursuite des travaux. 

Languages:
Équipes éditoriales: