Migration: un nouveau rapport souligne des progrès et envisage les prochaines étapes

14/03/2018 - 14:36
News stories

L’approche fondée sur le partenariat adoptée par l’Union européenne pour protéger les migrants et les réfugiés et soutenir leur réintégration dans leur pays d’origine porte ses fruits. Grâce à la coopération avec les Nations unies et l’Union africaine, davantage de migrants bloqués en Libye ont bénéficié d’une aide au cours des deux premiers mois de 2018 qu’au cours de toute l’année 2017, tandis que la lutte contre la traite des êtres humains se poursuit.

European Agenda on Migration, Migration, REFUGEES

À la veille de la présentation du rapport d'avancement sur la mise en œuvre de l'agenda européen en matière de migration, la haute représentante de l’Union, Federica Mogherini, s’est adressée aux membres du Parlement européen, en soulignant les «résultats assez remarquables obtenus par l’Europe ces derniers mois». Elle a indiqué que, grâce à l’accord entre l’Union européenne, l’Union africaine et les Nations unies, «au cours des deux premiers mois de cette année, nous avons réussi à sauver et libérer plus de 16 000 personnes se trouvant dans des camps en Libye. En deux mois, nous sommes parvenus à faire plus que l’année précédente. Or, les résultats obtenus en 2017 étaient déjà dix fois supérieurs à ceux de l’année précédente.»

Dans le rapport d’avancement publié aujourd’hui, la Commission et la haute représentante font le point sur les progrès accomplis depuis la publication du dernier rapport, en novembre 2017.

L’Union et ses États membres ont un objectif très clair en matière de migration: sauver et protéger la vie des migrants et des réfugiés. À cet égard, la lutte contre la traite des êtres humains et la contrebande fait partie des priorités. L’opération navale Sophia de l’UE, lancée en 2015, a permis à ce jour d’appréhender plus de 137 trafiquants et passeurs présumés et de neutraliser 537 navires utilisés par les réseaux criminels.

La migration est un défi mondial et aucun pays ne peut y faire face seul. La coopération avec nos partenaires est donc essentielle.

 

 

Cette année, la conférence internationale de haut niveau qui a été organisée par l’Union européenne, l’Union africaine et le G5 Sahel a confirmé la possibilité d’un partenariat plus fort et plus large pour aborder la question de la migration. À la suite de cette conférence, un montant total de 414 millions d’euros a été promis pour soutenir la Force conjointe du G5 Sahel.

Des progrès ont été réalisés, mais comme l’a déclaré la haute représentante, Mme Mogherini, «il nous reste encore du travail». Le groupe de travail de l’Union africaine, de l’Union européenne et des Nations unies continuera de procéder à l’évacuation des migrants et des personnes ayant besoin d’une protection internationale dans les centres de détention. L’aide au retour et à la réintégration durable des migrants est d’une importance capitale. Le partenariat UE-OIM pour la protection et la réintégration des migrants, lancé en décembre 2016, fournit un soutien économique, social et psychologique aux migrants qui retournent et se réinstallent dans leur pays d’origine.

De plus, le financement du fonds fiduciaire d’urgence de l’UE pour l’Afrique, qui soutient des initiatives visant à protéger et réintégrer les migrants, stimuler le développement économique et renforcer la stabilité dans les pays d’origine, sera essentiel: 147 programmes ont été approuvés, pour un montant de 2,5 milliards d’euros. Toutefois, 1,2 milliard est encore nécessaire pour poursuivre le travail déjà accompli.

 

Photo: SUMY SADURNI / AFP

Languages:

Auteur