European Union External Action

Balkans occidentaux: une perspective européenne crédible fondée sur des réformes, des valeurs communes et sur la coopération économique

01/03/2018 - 18:45
News stories

Les visites effectuées cette semaine par le président Juncker à Skopje, Tirana, Belgrade, Podgorica, Sarajevo et Pristina font suite à l’adoption, par la Commission européenne, de la stratégie pour les Balkans occidentaux.

«L’Union européenne demeure attachée à la perspective européenne des Balkans occidentaux. J'ai constaté partout la même volonté, la même motivation à entreprendre des réformes qui devraient être achevées le jour où l’adhésion à l’UE sera effective», a déclaré aujourd'hui le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, après s'être rendu dans l'ensemble des six partenaires des Balkans occidentaux et avoir rencontré à Sofia les dirigeants des Balkans occidentaux, accompagné de Federica Mogherini, haute représentante, et de Johannes Hahn, commissaire européen.

La visite, cette semaine, du président Juncker à Skopje, Tirana, Belgrade, Podgorica, Sarajevo et Pristina fait suite à l'adoption, par la Commission européenne, de la stratégie pour les Balkans occidentaux, qui énonce clairement que la porte de l'UE est ouverte à d'autres adhésions, à la condition que les pays remplissent les critères. La stratégie définit également les priorités et les domaines de coopération conjointe renforcée et aborde les enjeux spécifiques auxquels les Balkans occidentaux sont confrontés, notamment en ce qui concerne la nécessité d'entreprendre des réformes de fond et d'instaurer des relations de bon voisinage. Une perspective d'élargissement crédible nécessite des efforts soutenus et des réformes irréversibles. Les progrès sur la voie de l'adhésion constituent un processus objectif fondé sur le mérite, qui dépend des résultats concrets atteints par chaque pays.

Le président Juncker a fait état des progrès accomplis par l'ensemble des partenaires de la région et souligné la nécessité de poursuivre de manière crédible la lutte contre la criminalité organisée et la corruption. «Les pays qui souhaitent rejoindre l’Union européenne doivent mettre fin à leurs conflits territoriaux bilatéraux», a-t-il déclaré.

La politique d’élargissement de l’UE doit s’inscrire dans le cadre plus large de la stratégie visant à renforcer l’Union d'ici à 2025, présentée par le président Juncker dans son discours sur l’état de l’Union 2017. S'il est vrai que l'Union pourrait compter plus de 27 membres, la dynamique de l'avancée de l'ensemble des pays des Balkans occidentaux sur leur trajectoire européenne respective repose sur leurs mérites propres et évolue à leur propre rythme, en fonction des résultats concrets atteints.

 

«Il est du devoir de la région — mais aussi de l’Union européenne — de tout faire pour que le plus grand nombre possible de pays des Balkans occidentaux puissent remplir le plus rapidement possible les critères. Mais on ne peut pas faire de concessions sur les conditions d'entrée. Ce ne serait pas dans l'intérêt des pays des Balkans occidentaux ni dans l'intérêt de l'Union européenne, et surtout pas dans l'intérêt des citoyens qui font la richesse des Balkans occidentaux», a conclu le président.