European Union External Action

La coopération européenne en matière de défense va bien au-delà de la création d'une armée européenne

12/02/2018 - 18:22
Actualités

La coopération de l’UE dans le domaine de la défense avance à grands pas et ouvre de nouvelles voies pour innover, créer des emplois et renforcer la sécurité de notre continent. S’exprimant lors d’un événement organisé par le groupe de réflexion «Italia Decide», le 12 février 2018 à Rome, la haute représentante de l’UE, Federica Mogherini, a expliqué comment l’approche européenne consistant à approfondir la coopération à tous les niveaux et à adopter une stratégie globale en matière de sécurité témoigne d'une ambition à la hauteur des enjeux actuels.

security, defence, EU defence, EU army, Italia Decide, Mogherini, EEAS, European Union

La défense européenne est parfois assimilée à la création d’une armée européenne. Ce n'est toutefois pas la voie choisie par l’UE et ses États membres, a déclaré Federica Mogherini, haute représentante de l'UE, dans un discours prononcé aujourd’hui à Rome.

«Ce que nous avons construit est encore plus ambitieux qu'une armée européenne», a-t-elle déclaré. «Nous voulons une défense européenne fondée sur un système industriel européen, sur des technologies européennes et sur un marché européen de la défense. Nous voulons que nos États membres investissent ensemble, décident ensemble et agissent ensemble. Et aujourd’hui, nous disposons enfin des outils pour réaliser ce projet ensemble.»

L’approche de l’UE se distingue également par le fait qu'elle associe à la fois des instruments militaires et civils. «Notre signe distinctif, en tant qu'Européens, c’est que nous équilibrons savamment les capacités militaires et diplomatiques, parce que l'histoire a clairement montré qu’il n’y a pas de crise ou de menace dans ce monde qui puisse être traitée par les seuls moyens militaires», a souligné la haute représentante.

Cette approche, a déclaré Mme Mogherini, aura pour effet de créer «une défense européenne différente de celle imaginée dans les années cinquante, voire dans les années quatre-vingt-dix, tout simplement parce que le monde a changé entre-temps».

Depuis la présentation de la stratégie globale de l’Union européenne, en juin 2016, beaucoup a été fait dans le domaine de la sécurité et de la défense. De nouveaux instruments et outils destinés à renforcer la coopération des États membres en matière de défense ont été créés et les cadres juridiques existants ont été mis en œuvre. Même si cet engagement croissant exprimé par les États membres répond à un besoin urgent de renforcer la sécurité et la défense en Europe, il constitue également une immense occasion pour l’UE et ses États membres, a indiqué Mme Mogherini. Il sera ainsi possible d'investir ensemble, d'innover et de créer des emplois, de soutenir l’économie et de fournir des équipements technologiques de pointe aux soldats européens.

Le Fonds européen de la défense est un exemple de la façon dont une coopération accrue peut apporter des avantages concrets.  Il coordonnera, complétera et renforcera les investissements nationaux dans le domaine de la défense. Grâce à des investissements communs, les États membres seront en mesure de développer des technologies et des équipements de défense qui ne pourraient sinon pas voir le jour. Le Fonds encouragera également l’innovation et permettra de réaliser des économies d’échelle, de sorte que l’industrie européenne de la défense pourra devenir plus efficace et compétitive.

À mesure qu'elle avance, l’intégration européenne dans le domaine de la défense montre combien l’Union européenne repose sur un mélange «d'ambition et de pragmatisme», qui permet au «rêve d’une Europe unie [...] de se traduire en idées et en projets concrets.»

«Il n’y a rien d’abstrait à cet égard», a déclaré Mme Mogherini. «L'Europe unie, ce sont de jeunes scientifiques qui nous aideront à éviter des cyberattaques. L'Europe unie, c'est notre armée qui protège un convoi humanitaire dans une zone en guerre, ce sont nos forces de police qui entraînent les forces irakiennes dans les zones libérées de Daech, et qui aident à stabiliser la région.»

«Mais nous devons être prudents», a mis en garde la haute représentante, «l'Europe unie ne peut se limiter à une Europe de la défense. L’intégration européenne doit également se faire dans d'autres domaines, y compris dans les politiques économiques et sociales», a-t-elle fait observer,

avant de conclure: «Le travail que nous avons accompli dans le domaine de la défense montre qu'un changement est possible, et que ce changement dépend de nous. L'Europe, c'est ce que nous décidons d'en faire. L'Europe, c'est nous.