European Union External Action

Processus de paix au Moyen-Orient: «Ce n’est pas le moment de se désengager», a déclaré Federica Mogherini au président Abbas.

22/01/2018 - 15:07
News stories

L’Union européenne est fermement attachée à une solution fondée sur la coexistence de deux États au Proche-Orient, avec Jérusalem comme capitale d’Israël et de la Palestine. Elle continuera à appuyer concrètement le processus de paix et le peuple palestinien, notamment en soutenant le travail de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).

Mogherini, Abbas, Middle East, Palestine, two-state solution, Jerusalem, Israel

«Je tiens à assurer le président Abbas du solide attachement de l’UE à une solution fondée sur la coexistence de deux États, avec Jérusalem comme capitale partagée par les deux États, l’État d’Israël et l’État de Palestine», a déclaré la haute représentante Federica Mogherini, lors de sa rencontre avec le président palestinien Mahmoud Abbas, le 22 janvier.

«Ceci est et reste la position de l’UE, sur la base des accords d’Oslo et du consensus international énoncé dans les résolutions correspondantes du Conseil de sécurité des Nations unies. C’est également la seule façon réaliste et viable de répondre aux aspirations légitimes des deux parties», a ajouté Mme Mogherini.

M. Abbas a été invité à un déjeuner de travail avec les 28 ministres des affaires étrangères, afin de discuter des perspectives du processus de paix au Proche-Orient. Il avait participé à une rencontre similaire avec le Premier ministre israélien Netanyahu, en décembre.

«Ce n’est pas le moment de se désengager, bien au contraire. Palestiniens et Israéliens doivent plus que jamais dialoguer avec la communauté internationale et avec les acteurs clés de ce processus, afin que nous puissions aboutir ensemble à une solution négociée», a déclaré Mme Mogherini.

L’attachement de l’Union européenne à une solution fondée sur la coexistence de deux États n’est pas seulement théorique, elle se traduit aussi par des engagements concrets.

L’Union européenne et les États membres représentent collectivement le plus grand soutien et le plus important donateur en faveur des Palestiniens. En 2017, l’aide de l’UE aux Palestiniens s’est élevée à près de 359 millions d’euros, couvrant un large éventail de domaines, tels que l’aide humanitaire, le renforcement des capacités, la gouvernance démocratique et le développement socio-économique.

«Nous continuerons à apporter notre soutien, y compris à l’UNRWA, qui effectue un travail remarquable pour soutenir les réfugiés palestiniens, en Palestine et en dehors, et leur assurer un accès aux services de base tels que l’éducation, la santé et l’emploi, en attendant que l’on trouve une solution à leur situation», a assuré la haute représentante.

Le soutien à des projets sur le terrain s’accompagne d’un agenda diplomatique chargé et de contacts constants avec les partenaires dans la région et au-delà.

Après avoir organisé une réunion des envoyés du Quatuor la semaine dernière, l’UE organisera la semaine prochaine, à Bruxelles, une session extraordinaire du groupe international des donateurs pour la Palestine. Le comité de liaison ad hoc se réunira le 31 janvier afin d’examiner les possibilités de renforcer le soutien existant.

«Nous avons déjà beaucoup investi dans le projet de consolidation de l’État palestinien, et nous étudions les options dont nous disposons pour renforcer notre soutien», a déclaré la haute représentante.

«La crise humanitaire qui se déroule actuellement à Gaza sera également au centre de nos débats. L’unification de la Cisjordanie et de Gaza sous une seule autorité légitime est cruciale pour améliorer la situation de la population à Gaza», a déclaré Mme Mogherini, ajoutant que l’UE est également disposée à soutenir les efforts actuellement consentis pour faire évoluer la situation, notamment en redéployant sa mission d’assistance à la frontière, EUBAM Rafah, si les parties l’invitent à le faire.

«Tout en continuant à promouvoir la vision d’une solution fondée sur la coexistence de deux États, à nous opposer à toute activité de colonisation, illégale au regard du droit international, et à fournir un horizon politique clair pour résoudre le conflit israélo-palestinien, nous devons aussi unir nos forces pour atteindre cet objectif», a déclaré Mme Mogherini, rappelant que les Palestiniens et les Israéliens doivent plus que jamais dialoguer avec la communauté internationale.

Languages: