European Union External Action

Déclaration de Federica Mogherini, HR/VP, sur la conférence de l'opposition syrienne à Riyad

Bruxelles, 25/11/2017 - 10:32, UNIQUE ID: 171125_2
Statements by the HR/VP

Déclaration de Federica Mogherini, HR/VP, sur la conférence de l'opposition syrienne à Riyad

L'opposition syrienne réunie à Riyad du 22 au 24 novembre est parvenue à un accord sur une déclaration conjointe instituant une délégation de l'opposition unie et inclusive en vue des pourparlers intrasyriens menés sous l'égide des Nations unies. Il s'agit d'une étape importante pour le passage du processus à de véritables négociations entre les deux parties. Nous adressons nos félicitations à Nasser Hariri, le nouveau coordinateur général et chef de l'équipe de négociation. Les efforts déployés par l'Arabie saoudite dans l'organisation de la conférence, qui ont été couronnés de succès, ont apporté une contribution essentielle.

L'opposition dispose désormais d'une délégation unifiée disposée à négocier sans conditions préalables sur la base de l'ordre du jour établi par les Nations unies. Le renforcement de la participation des femmes à la délégation de l'opposition est une étape décisive. Ces développements, associés à la déclaration que les trois garants d'Astana ont faite à Sotchi, nous permettent à présent d'attendre avec intérêt le prochain cycle de négociation, qui se tiendra à Genève, avec le vif espoir que la voie soit désormais ouverte pour que les parties syriennes prennent des décisions concrètes, notamment en ce qui concerne la gouvernance de transition, la mise en place d'un processus constitutionnel et l'organisation, sous la supervision des Nations unies, d'élections libres et régulières. Dans ce contexte, l'UE réaffirme la primauté du processus de Genève mené par les Nations unies ainsi que sa détermination à le soutenir non seulement sur le plan politique et diplomatique mais également grâce à l'ensemble des activités économiques et humanitaires mises en place dans le cadre du processus de Bruxelles.

Les affrontements ne sont pas terminés en Syrie. La situation humanitaire se dégrade. Il faut mettre un terme aux attaques perpétrées contre des civils, comme celles qui ont eu lieu récemment à Atareb et dans la Ghouta orientale. Il faut lever les obstacles qui empêchent l'aide humanitaire d'accéder à l'ensemble du territoire syrien. Nous comptons sur le soutien actif des garants du cessez-le-feu, la Russie, l'Iran et la Turquie, pour faciliter l'accès vers et depuis les zones de désescalade.

Languages: