European Union External Action

Communiqué conjoint - Réunion des ministres des affaires étrangères de l'Union européenne et de l'Asie centrale sur le thème "UE et Asie centrale: œuvrer à un avenir commun plus sûr et plus prospère"

Samarkand, 10/11/2017 - 14:18, UNIQUE ID: 171110_44
Press releases

Communiqué conjoint - Réunion des ministres des affaires étrangères de l'Union européenne et de l'Asie centrale sur le thème "UE et Asie centrale: œuvrer à un avenir commun plus sûr et plus prospère"

Les ministres des affaires étrangères de la République du Kazakhstan, de la République kirghize, de la République du Tadjikistan, du Turkménistan et de la République d'Ouzbékistan, la haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission européenne, ainsi que le commissaire européen pour la coopération internationale et le développement se sont réunis le 10 novembre 2017 à Samarcande, en Ouzbékistan, à l'occasion de la 13e réunion ministérielle UE-Asie centrale.

Dix ans après l'adoption de la stratégie de l'UE pour l'Asie centrale, les cinq pays d'Asie centrale et l'UE sont devenus des partenaires importants et, au cours de ces dernières années, leur dialogue comme leur coopération ont acquis une nouvelle dynamique. Les participants ont pris acte des progrès réalisés dans le domaine de la construction de l'État et de la société au cours des vingt-six années d'indépendance des pays d'Asie centrale, ainsi que des mesures prises récemment pour renforcer la coopération régionale. Ils ont salué l'attachement de l'UE à la stabilité et à la prospérité de la région, notamment grâce à l'important travail accompli par le représentant spécial de l'UE, ainsi qu'à la souveraineté des cinq pays concernés.

Les participants ont fait le point sur les relations d'ensemble entre l'Union européenne et les pays d'Asie centrale et se sont félicités de la fréquence des réunions organisées au niveau ministériel entre l'UE et les différents pays, ainsi qu'entre l'UE et la région. La tenue à intervalles réguliers de réunions entre les ministres des affaires étrangères contribue à une meilleure compréhension mutuelle, tandis que l'organisation de réunions entre les ministres des différents secteurs est importante pour le partage d'expériences et de bonnes pratiques.

Les réunions ayant lieu, par exemple, dans le cadre du dialogue de haut niveau en matière de politique et de sécurité ainsi que d'autres réunions au niveau des hauts fonctionnaires tenues dans un contexte multilatéral et bilatéral permettent également de renforcer les liens entre l'Asie centrale et l'UE et d'améliorer notre capacité conjointe à faire face à des défis communs.

Les participants ont confirmé qu'ils étaient prêts à coopérer sur des questions relatives au développement en Asie centrale avec d'autres partenaires internationaux similaires.

Les participants se sont penchés sur des questions régionales et internationales d'intérêt commun, sur la situation en matière de sécurité en Asie centrale et dans toute la région, y compris en Afghanistan, ainsi que sur les défis sécuritaires que l'Union européenne doit relever. À cet égard, ils se sont félicités du soutien que les pays de la région et l'UE apportent à l'Afghanistan et ils ont demandé que des efforts communs pertinents continuent d'être déployés.

Les participants ont par ailleurs mis l'accent sur les possibilités qui existent de renforcer les relations économiques entre l'UE et les pays d'Asie centrale. Des liens plus forts entre la sécurité, les migrations, le changement climatique et un développement économique durable pourraient contribuer à rendre les économies plus robustes. Des règles et réglementations transparentes ainsi qu'un recours accru à des solutions de gouvernance électronique jouent un rôle important dans la création d'un climat propice à l'investissement et le développement du secteur privé dans les pays d'Asie centrale, ce qui encouragera la poursuite du développement économique durable de la région.

Dans l'environnement international complexe qui est le nôtre aujourd'hui, il importe de continuer à renforcer la résilience des sociétés par la bonne gouvernance, y compris le renforcement de la démocratie et la protection des droits de l'homme, des libertés fondamentales et de l'État de droit, afin qu'elles soient en mesure de faire face de manière efficace et souple aux menaces liées à l'extrémisme violent, au terrorisme et au trafic de stupéfiants, et de relever les défis financiers et politiques qui se posent. La réunion des ministres de la justice de l'UE et des pays d'Asie centrale qui se tiendra prochainement, le 7 décembre 2017, à Bruxelles, constituera une bonne occasion d'approfondir le dialogue dans le cadre de l'initiative pour l'État de droit.

Il convient d'accorder une attention particulière à l'amélioration du potentiel de l'Asie centrale dans les domaines de l'économie, du transit et des transports, ce qui nécessitera la mise en œuvre de programmes destinés à améliorer le climat d'investissement, à assurer une croissance économique durable, à veiller à une gestion efficace des frontières, à développer le capital humain par l'éducation et à soutenir les petites et moyennes entreprises et l'emploi.

La poursuite et l'élargissement du dialogue et de la coopération contribuent à une utilisation efficace de l'eau et des ressources énergétiques, à la protection de l'environnement, à la lutte contre le changement climatique et au traitement d'autres questions transfrontières. Afin de renforcer la compréhension et la confiance mutuelles entre tous les pays d'Asie centrale et d'établir des relations ouvertes et transparentes, il est nécessaire que les pays de la région déploient des efforts conjoints pour trouver des solutions mutuellement acceptables et mutuellement bénéfiques.

Les ministres des affaires étrangères ont salué l'attachement de l'Union européenne à des relations avec l'Asie centrale reposant sur les principes de responsabilité et de coopération et visant à contribuer au développement stable, sûr et durable de cette région. Ils se sont félicités que l'Union européenne maintienne son soutien financier, à hauteur d'1 milliard d'euros, à des programmes destinés à être mis en œuvre en Asie centrale d'ici 2020.  Ils ont également accueilli avec satisfaction la participation d'États membres de l'UE à des programmes de développement régionaux et bilatéraux.

Le moment est venu pour l'Union européenne d'examiner son approche à l'égard de la région de l'Asie centrale, en se fondant sur l'expérience acquise au cours des dix ans d'existence de l'actuelle stratégie de l'UE pour l'Asie centrale.

L'Union européenne adopte une approche globale en ce qui concerne l'action qu'elle mène auprès des différents pays et de la région, qui comprend non seulement des réunions politiques et une aide financière multilatérale, mais également un soutien de la part de différents États membres de l'UE et un rôle actif des institutions financières européennes et multilatérales, telles que la Banque européenne d'investissement et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement. Cette approche reste pertinente et profite directement et concrètement aux populations des cinq pays d'Asie centrale.

La participation étroite des gouvernements des pays d'Asie centrale, ainsi que de la société civile, est indispensable à toute évolution de l'approche suivie par l'UE pour faire entrer les relations UE-Asie centrale dans la prochaine décennie.

Dans ce contexte, les cinq ministres des affaires étrangères se sont félicités que le Conseil des affaires étrangères de l'UE demande l'élaboration d'une nouvelle stratégie de l'UE pour l'Asie centrale d'ici la fin de 2019, fondée sur les intérêts, les approches et les valeurs partagés par l'UE et les pays de la région.

Les participants ont adressé leurs sincères remerciements au gouvernement de l'Ouzbékistan pour l'organisation de la réunion et sont convenus de se réunir à Bruxelles en 2018.