Commission mixte UE-Bangladesh

Bruxelles, 13/07/2017 - 21:50, UNIQUE ID: 170713_8
Press releases

L'Union européenne et le Bangladesh se sont réunis à l'occasion de leur huitième commission mixte, le 12 juillet 2017 à Bruxelles.

La réunion, qui s'est tenue dans un esprit constructif, a permis d'aborder un large éventail de questions d'intérêt commun. À l'ordre du jour de cette réunion figuraient notamment les évolutions politiques chez les deux parties, le rôle de l'État de droit dans la démocratie et la gouvernance, notamment en ce qui concerne la tenue d'élections libres et régulières, les droits de l'homme, les migrations, le commerce et les investissements, les droits du travail, la coopération au développement, y compris les objectifs de développement durable, et les questions humanitaires. Les discussions ont également porté sur des questions de dimension mondiale, à l'égard desquelles l'Union européenne et le Bangladesh peuvent intensifier leur collaboration, telles que la connectivité, le changement climatique, la gouvernance des océans et la prochaine conférence de haut niveau de l'UE "Our Ocean", qui se tiendra les 5 et 6 octobre 2017 à La Valette, à Malte.

L'Union européenne et le Bangladesh ont procédé à un échange de vues sur les principales orientations du programme de coopération au développement pour les années 2018-2020, notamment dans les domaines de l'éducation et du développement des compétences, de la gestion des finances publiques, et de l'aide aux filets de protection sociale. À cet égard, les deux parties ont reconnu qu'il importait de mener un dialogue régulier sur les politiques sectorielles afin d'accompagner les réformes à long terme et de renforcer le partenariat entre l'UE et le Bangladesh en matière de coopération au développement dans ces domaines. L'Union européenne a souligné le rôle essentiel que jouait la réforme de la gestion des finances publiques pour permettre une utilisation accrue des systèmes nationaux et, lorsque les conditions le permettent, le recours à un appui budgétaire sectoriel. L'Union européenne et le Bangladesh sont convenus d'œuvrer ensemble à la mise en œuvre des objectifs de développement durable et ont à nouveau confirmé qu'ils attachaient tous deux la même importance à la traduction des engagements pris dans le cadre du programme de développement durable à l'horizon 2030 en plans de mise en œuvre sectoriels globaux.

Faisant fond sur les précédents dialogues de haut niveau et à la lumière de la récente déclaration des dirigeants du G20, l'Union européenne et le Bangladesh se sont engagés à intensifier leur coopération en matière de migrations, à faire respecter les droits de l'homme, y compris les normes internationales du travail, à assurer l'émancipation des femmes, à mettre en œuvre l'accord de Paris de 2015 et les contributions déterminées au niveau national, ainsi que le programme de développement durable à l'horizon 2030, et à lutter contre le terrorisme.

L'Union européenne et le Bangladesh ont mené un débat approfondi sur la question des migrations. La délégation bangladaise a présenté ses amendements au projet de procédures opérationnelles standard pour le retour des migrants en situation irrégulière au départ de l'Union européenne, qui lui avait été soumis en juin 2016. Les négociations en la matière n'ayant pas progressé, il n'a pas été possible de convenir d'un délai pour la conclusion des négociations relatives aux procédures opérationnelles standard. L'Union européenne a exprimé ses regrets quant à l'absence de progrès dans ces négociations. Elle continuera d'insister auprès du Bangladesh pour que les négociations sur les procédures opérationnelles standard soient conclues au plus tard à la fin du mois de juillet.

En ce qui concerne le commerce et les investissements, le Bangladesh et l'Union européenne ont réaffirmé leur attachement commun au pacte sur la durabilité, y compris au respect des droits du travail, notamment en ce qui concerne la liberté d'association. Le Bangladesh a fait des efforts pour mettre en œuvre de manière effective les recommandations émises récemment par l'OIT à cet égard. Toutefois, l'UE a fortement insisté sur le fait qu'il était très important de continuer à donner rapidement suite aux recommandations de l'OIT par l'adoption de mesures concrètes et la fixation de calendriers. Elle a également souligné la nécessité de progresser dans le cadre du dialogue sur le climat économique entre l'UE et le Bangladesh, qui vise à améliorer les conditions pour les entreprises de l'Union européenne.

L'Union européenne et le Bangladesh sont également convenus de mieux faire connaître les possibilités liées au Programme-cadre de l'UE pour la recherche et l'innovation "Horizon 2020", de continuer à travailler sur le changement climatique et d'envisager ensemble de nouveaux domaines de collaboration, à savoir la connectivité, la sûreté maritime, la gouvernance des océans et l'espace. Les deux parties ont reconnu l'importance que revêtaient les contacts réguliers entre les personnes, notamment dans le cadre du programme ERASMUS +, et ont mis l'accent sur la nécessité d'étudier ensemble de nouvelles pistes pour établir de tels contacts, qui pourraient, entre autres, être particulièrement bénéfiques pour la jeunesse. Les deux parties sont également convenues de renforcer leur coopération dans le domaine de la sûreté aérienne.

L'Union européenne et le Bangladesh sont convenus de travailler à la mise en œuvre de ce programme commun en vue de réaliser des progrès et d'obtenir des résultats concrets, qui seront examinés lors de la prochaine réunion de la commission mixte, prévue à Dacca en 2018.

La délégation de l'UE était conduite par Paola Pampaloni, directrice exécutive adjointe chargée de l'Asie et du Pacifique; la délégation bangladaise était conduite par Mohammad Shahidul Haque, Secrétaire principal, ministre du droit, de la justice et des affaires parlementaires.

Languages: