European Union External Action

Déclaration de la haute représentante/vice-présidente, Mme Federica Mogherini, sur la mort d’un membre de la mission spéciale de l’OSCE dans une zone de l’est de l’Ukraine non contrôlée par le gouvernement

Bruxelles, 23/04/2017 - 20:42, UNIQUE ID: 170423_3
Statements by the HR/VP

Déclaration de la haute représentante/vice-présidente, Mme Federica Mogherini, sur la mort d’un membre de la mission spéciale de l’OSCE dans une zone de l’est de l’Ukraine non contrôlée par le gouvernement

La nouvelle qui nous est parvenue aujourd'hui en provenance de Pryshyb (une localité située dans une partie de la région de Lougansk qui n’est actuellement pas contrôlée par le gouvernement ukrainien), selon laquelle un membre de la mission spéciale d’observation de l’OSCE a été tué par une mine, est un rappel tragique de la nécessité urgente de progresser sur la voie d’une solution pacifique au conflit, qui a déjà coûté la vie à de nombreux innocents.

Nous présentons nos condoléances à la famille de la victime et souhaitons un prompt rétablissement aux autres membres de la mission de l’OSCE blessés lors de cet incident, qui devra faire l’objet d’une enquête approfondie. Les responsables devront rendre des comptes. Je me suis mise en rapport avec M. Lamberto Zannier, secrétaire général de l’OSCE et nous avons décidé, d'un commun accord, de rester en contact étroit.

La mise en œuvre intégrale des accords de Minsk est indispensable pour trouver une solution durable qui respecte la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine. L’Union européenne continuera à soutenir le travail essentiel accompli par l’OSCE et sa mission spéciale d’observation, qui doit avoir pleinement accès à toutes les zones touchées par le conflit, en toute sécurité et sans restriction; la sécurité des observateurs est d’une importance cruciale. L’UE continuera également à soutenir les efforts de déminage.

En l’absence d’une surveillance adéquate et sans entrave assurée par la mission de l’OSCE, l’amélioration de la situation en matière de sécurité ne peut être crédible ni vérifiée, alors qu’elle constitue la base de tout nouveau progrès concernant le volet politique du processus de paix.

 

Author