European Union External Action

F. Mogherini souligne l’importance des relations UE-États-Unis

11/02/2017 - 11:22
News

Les relations entre l’Union et les États-Unis restent fortes, quels que soient les changements de gouvernement: c'est ce qu'a déclaré Federica Mogherini, haute représentante de l’Union européenne, à l’issue d’une visite de deux jours à Washington, où elle s’est entretenue avec des membres du nouveau gouvernement et du Congrès des États-Unis.

Les relations entre l’Union et les États-Unis restent fortes, quels que soient les changements de gouvernement: c'est ce qu'a déclaré Federica Mogherini, haute représentante de l’Union européenne, à l’issue d’une visite de deux jours à Washington, où elle s’est entretenue avec des membres du nouveau gouvernement et du Congrès des États-Unis.

«Nous pensons que nos intérêts convergent dans de nombreux domaines, dans lesquels il est vital que les États-Unis collaborent avec l’Union européenne et vice versa, qu’il s'agisse de lutte contre le terrorisme, de croissance économique ou de création d’emplois. Cela étant dit, nous entrons peut-être dans une période de relations plus pragmatiques et commerciales avec les États-Unis, fondées sur les principes et les intérêts de l’Union», selon Mme Mogherini.

«Nos liens économiques sont extrêmement importants. Nous sommes le premier marché pour les États-Unis et la deuxième économie mondiale: l'importance et le rôle de l’Union européenne ne sauraient être sous-estimés, même si nous savons qu’ils sont parfois remis en question, ici comme au sein de l’Union.»

Lors de sa visite, la haute représentante a rencontré Rex Tillerson, ministre des affaires étrangères, Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale, et Jared Kushner, haut conseiller, ainsi que plusieurs sénateurs, dont Bob Corker et John McCain.  

Elle a eu des discussions approfondies avec ses interlocuteurs américains sur des questions telles que la Syrie, la lutte contre le terrorisme, la Russie et l’Ukraine, la Libye, la mise en œuvre de l’accord sur le programme nucléaire iranien et le processus de paix au Proche-Orient.  

Ces discussions se prolongeront bientôt, puisque Mme Mogherini rencontrera James Mattis, ministre de la défense des États-Unis, lors de la réunion des ministres de la défense de l’OTAN, ce mercredi, mais aussi Rex Tillerson lors de la réunion des ministres des affaires étrangères du G-20, à Bonn, et le vice-président Mike Pence lors de la conférence de Munich sur la sécurité et lors de sa visite à Bruxelles le 20 février.

Mme Mogherini a souligné la force et l’unité de l’Union européenne et le fait qu’elle restait une Union de 28 États membres jusqu’au jour où les négociations sur la sortie du Royaume-Uni seront achevées et qu’un accord à ce sujet entrera en vigueur.

Elle a également évoqué les entretiens qu’elle a eus sur l’Ukraine: «Nous nous sommes accordés sur la nécessité d’une mise en œuvre intégrale des accords de Minsk et sur le fait que les sanctions sont liées à cette mise en œuvre intégrale.»

Concernant le processus de paix au Proche-Orient, la haute représentante a été claire: «Les Européens sont les amis tant d’Israël que de la Palestine, et nous œuvrons en tant que médiateur impartial à la construction d’un espace où ils puissent se rencontrer. Nous croyons en des négociations directes, et non à une solution imposée. Nous estimons qu’il incombe à la communauté internationale de créer le cadre et l’espace permettant aux parties de se rencontrer pour trouver ensemble le moyen d’aboutir à une solution à deux États — sur ce point, j’ai toujours été d’accord tant avec le président Abbas qu’avec M. Netanyahou.»

Quant à l’accord sur le programme nucléaire iranien, elle a souligné qu’il est «extrêmement important d'insister sur la nécessité de respecter la mise en œuvre intégrale de l’accord, étant donné la façon dont la situation a évolué depuis un an».

Enfin, sur la question de la migration, elle a ajouté: «Nous indiquons clairement ce que nous estimons être la voie à suivre, que nous suivons et qui repose sur la coopération, le partenariat, la protection des droits de l’homme, le sauvetage de vies en mer et dans le désert — pour ce qui concerne le défi européen de la gestion des routes migratoires — et l’action internationale dans le cadre du système des Nations unies.»  

 

 

Languages: