European Union External Action

Migrations: Federica Mogherini défend le plan d’action de La Valette et clôt la première formation des garde-côtes libyens

08/02/2017 - 17:12
News

Federica Mogherini a réaffirmé mercredi la volonté de l’UE de mettre en œuvre le plan d’action commun de La Valette en vue de gérer les migrations grâce à la coopération et au partenariat avec des pays non membres de l’UE. La haute représentante s’est rendue à Malte pour assister à une réunion sur les migrations avec de hauts fonctionnaires européens et africains, et pour remettre des diplômes au premier groupe de garde-côtes libyens formés par l’UE.

«Notre présence ici constitue une déclaration politique», a déclaré Mme Mogherini, en s’adressant aux hauts fonctionnaires réunis pour examiner les progrès accomplis dans la mise en œuvre du plan d’action commun de La Valette. «Par cette réunion, nous réaffirmons que les migrations ne peuvent être gérées efficacement que dans le cadre d’une coopération et d’un partenariat» entre les pays européens et africains, a-t-elle expliqué. «Il existe dans le monde des forces en faveur d’une approche totalement différente: une approche fondée sur la confrontation plutôt que sur la coopération, sur la construction de murs plutôt que sur l’établissement de partenariats, et sur le repli et les interdictions plutôt que sur le dialogue. Ce n’est pas la voie européenne et je suis convaincue que ce n’est pas non plus la voie africaine. Ce n’est pas l’approche que nous privilégions autour de cette table.»

Le plan d’action de La Valette a été adopté en novembre 2015 lors d’une réunion des dirigeants européens et africains. Mme Mogherini s’est dite «absolument convaincue que si nous progressons sur l’ensemble des cinq piliers (du plan d’action) et si nous les mettons pleinement en œuvre, nous atteindrons notre objectif commun», qui est de sauver des vies et de mieux gérer les flux migratoires. «Nous devons nous attaquer aux causes profondes des migrations mais aussi mettre un terme aux flux irréguliers, en luttant contre les passeurs et en favorisant les retours. Mais nous devons aussi faciliter les flux réguliers et garantir l’asile à tous ceux qui y ont droit.»

Mme Mogherini a salué la coopération avec les pays africains, mais aussi avec les agences des Nations unies et les organisations non gouvernementales:  «L’Afrique accueille la grande majorité des réfugiés de la planète. Et il y a plus de déplacements à l’intérieur du continent africain que de l’Afrique vers l’Europe.»

Plus tard dans la matinée, la haute représentante a rejoint le Premier ministre maltais, Joseph Muscat, et la ministre italienne de la défense, Roberta Pinotti, à bord du San Giorgio, un navire italien qui participe à l’opération Sophia. Elle a remis des diplômes aux 89 premiers garde-côtes libyens formés dans le cadre de l’opération Sophia. Cette formation visait à renforcer les capacités de la Libye à sauver des vies et à lutter contre le trafic d’êtres humains, mais également à sécuriser les côtes libyennes et à prévenir le trafic illicite d’armes, de drogues et de pétrole. La formation a été donnée grâce au personnel de l’opération Sophia, avec la contribution d’États membres de l’UE et d’organisations internationales: «C’est la voie européenne: nous agissons ensemble, en tant qu’Union et avec nos partenaires», a conclu Mme Mogherini.

 

Languages: