European Union External Action

FETE DE L’EUROPE A LA RESIDENCE

Mauritius , 09/05/2021 - 07:34, UNIQUE ID: 210509_38
Speeches of the Ambassador

Honorable Monsieur M. Alan Ganoo, Ministre des Transports terrestres et du Métro léger, Ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration régionale et du Commerce international

Son Excellence, Monsieur Haymandoyal Dillum, Secrétaire aux Affaires étrangères

Ma chère collègue, l’Ambassadrice de France à Maurice, Son Excellence Madame Florence Caussé-Tissier

Monsieur André Pouillez Duplaix directeur de l’Afd

Monsieur Grégory Martin Représentant de la région Réunion

 

Tout d’abord je voudrais vous remercier. Vous remercier tous de nous faire l’honneur de votre présence ce soir alors que nous sortons tout juste d’une difficile épreuve, un deuxième confinement après la nouvelle vague de l’épidémie qui a frappé Maurice.

Je suis très heureux de vous accueillir à la Résidence pour célébrer l’Europe et le partenariat entre l’Union européenne et la  République de Maurice.

Depuis un an, l’épidémie de coronavirus nous a obligés à changer nos modes de vie, nos modalités de travail ou désormais de télétravail, la façon de nous déplacer, nos manières de se saluer ou de se parler. Elle a ce faisant également considérablement restreint nos libertés. Et nous avons tous hâte de reprendre une vie plus normale et plus conviviale.

Par le passé, l’Union européenne, avec ses Etats membres, a toujours été aux côtés de Maurice dans les moments difficiles, qu’il s’agisse pour la réforme du secteur sucre ou de celle de l’accord multifibre. Ces moments ont forgé et solidifié notre partenariat.

Aujourd’hui, nous sommes face à un nouveau défi, celui de la pandémie du fameux SARS COV 2.

Maurice et l’Union européenne ont travaillé ensemble dès l’apparition de la première vague pour rapatrier 30 000 ressortissants européens bloqués ici à Maurice.

Je tiens à vous remercier, Monsieur le Ministre, et à travers vous, l’ensemble des autorités mauriciennes, pour cette collaboration.

L’Union européenne a aussi marqué sa solidarité avec la République de Maurice dès le début en étant le premier contributeur international au Fond Solidarité mis en place par le gouvernement pour venir en aide aux personnes les plus vulnérables.

Nous avons également réalloué l’intégralité de notre programme d’aide pour un appui budgétaire au secteur santé, ceci afin d’augmenter les capacités de testing– et je tiens à saluer le travail remarquable qui est fait à ce niveau à Maurice.

Cet appui budgétaire a également pour objectif d’augmenter le nombre de lits de soins intensifs, un travail qui est en cours, et de mieux former les personnels de santé au protocole applicable en période de pandémie. Tout ceci est très concret et très utile.

Par ailleurs, au niveau régional, nous appuyons, aux côtés de l’Agence Française de Développement, la coopération en matière de veille épidémiologique, sous l’égide de la Commission de l’océan Indien.

Alors que Rodrigues fait face à une épidémie de fièvre aphteuse, la COI a les outils pour intervenir tant sur la détection que sur le traitement. Tout ceci est aussi très concret et très utile.

Mais nous savons tous que la solution durable pour mettre fin à cette pandémie, ce sont les vaccins.

Or nous sommes 7 milliards et nous aspirons tous à avoir accès aux vaccins. Face à la demande, nous sommes actuellement dans une situation de pénurie.

Si nous avons réussi, en 10 mois seulement, à développer une dizaine de vaccins dans le monde, le défi est maintenant de produire et de distribuer ces vaccins; car nous ne serons à l’abris que lorsque nous serons tous, et sur tous les continents et sur toutes les iles, à l’abris !

L’Union européenne a fait ici le choix du multilatéralisme.

A travers la Facilité COVAX, gérée par les Nations Unies, nous voulons nous assurer que Maurice puisse recevoir le nombre de doses nécessaires pour traiter ses front liners et graduellement atteindre l’immunité collective, ouvrir à nouveau ses frontières et redémarrer l’activité touristique ainsi que ses autres industries.

Dans le même temps, il faut faire de sorte que cette crise serve d’opportunité pour une relance verte et donc plus respectueuse de la nature et de la biodiversité. Il s’agira notamment d’être moins dépendant des énergies fossiles et moins vulnérable au changement climatique. C’est le thème sur lequel nous voulons nous engager aux côtés de Maurice dans les années à venir.

Cela suppose aussi une gouvernance mondiale et locale renforcée. Il faut une vision, un leadership et des résultats. Nous serons aux côtés de Maurice pour relever ce défi.

Longue vie au partenariat entre la République de Maurice et l’Union européenne, avec tous ses Etats membres, ses régions et ses agences !

 

 

 

 

 

Bagian Editorial: