Bonne gouvernance et lutte contre la corruption au Burkina Faso : l’Union européenne évalue son appui au Ren-Lac

26/03/2021 - 18:35
News stories

L’Ambassadeur de l’Union européenne au Burkina Faso, Wolfram Vetter a rencontré ce vendredi 26 mars 2021, le Réseau national de lutte anti-corruption (Ren-Lac) avec à sa tête son secrétaire exécutif, Sagado Nacanabo. Cette session d’échange a permis aux deux parties de parcourir les points clés de la mise en œuvre du projet « Accroître la participation citoyenne à la lutte contre la corruption et à la redevabilité publique à travers une plateforme de système d’information anti-corruption » soutenu par l’UE, d’échanger sur le plan stratégique 2021 – 2025 du Ren-Lac et de le rassurer comme partenaire clé de la Délégation de l’Union européenne au Burkina Faso.

Le Secrétaire exécutif du Ren-Lac, Sagado Nacanabo ( à gauche) échangeant avec Wolfram Vetter

L’Union européenne finance depuis 2018 un projet du Ren-Lac : « Accroître la participation citoyenne à la lutte contre la corruption et à la redevabilité publique à travers une plateforme de système d’information anti-corruption » dans le cadre d’un appel à propositions du PAGPS (Programme d’appui à la gestion publique et aux statistiques).

Après deux années de mise en œuvre de ce projet, 22 Cadres de Suivi citoyen des Prestations de Services (CSC-PS) fonctionnels dans 11 villes du Burkina Faso (Koudougou, Léo, Gaoua, Diébougou, Fada, Bogandé, Yako, Ouahigouya, Houndé, Bobo Dioulasso et Ouagadougou). Aussi, il y a eu la fonctionnalité de la plateforme de dénonciation de la corruption :www.veenem.bf.

La plateforme de dénonciation a touché un total de 67 733 personnes et 33 dénonciations de cas de corruption ont été enregistrées par le Ren-Lac via ce canal. Par ailleurs, des budgets citoyens de plusieurs collectivités ont été élaborés en août 2020, etc.

Cette session d’échange a permis aux deux parties de parcourir les points clés de la mise en œuvre du projet soutenu par l'UE

L’Union européenne par la voix de Wolfram Vetter a apprécié positivement ce bilan et à encourager le Ren-Lac a continué dans cet élan afin que les objectifs fixés soient atteints et que la participation citoyenne à la lutte contre la corruption et à la demande de redevabilité publique soit réellement accrue.

Après ce point, le Réseau a présenté à l’Ambassadeur Vetter, les grands axes de son plan stratégique 2021 – 2025. Plan pour le quel, l’organisation demande un nouveau soutien de l’Union européenne.

Pour sa part, Wolfram Vetter et son équipe ont pris notes des grandes orientations de ce plan stratégique et ont promis y donner une suite. La Réponse de l’UE se reposera sur les principes d’une approche territoriale intégrée et multidimensionnelle. L’Ambassadeur a rappelé que les domaines prioritaires identifiés du Programme Indicatif Multi-Annuel (PIM) 2021- 2027 pour le Burkina Faso sont : Paix – Cohésion Sociale - Bonne gouvernance-Développement local ; Développement humain inclusif et Économie verte et résiliente.

Donc au niveau du premier domaine prioritaire, les appuis en matière de bonne gouvernance économique et financière devraient être maintenue en ce qui concerne le contrôle citoyen de l’action publique. Par conséquent, il devrait y avoir des appuis à la société civile.

A la fin de la rencontre, les deux parties ont envisagé une action commune dans le cadre des célébrations du 9 décembre, Journée internationale de lutte contre la corruption.

 

 

Rubriques éditoriales: