Onzième commission mixte UE-Argentine: Communiqué de presse conjoint

Brussels, 03/12/2020 - 20:06, UNIQUE ID: 201203_9
Joint Press Releases

1er et 2 décembre 2020

Conformément aux dispositions de l’accord-cadre de coopération commerciale et économique de 1990, la onzième commission mixte Union européenne (UE)-Argentine s’est tenue les 1er et 2 décembre. La réunion a eu lieu par vidéoconférence en raison de la situation de santé publique causée par la pandémie. La délégation argentine était présidée par l’ambassadeur José Luis Pérez Gabilondo, sous-secrétaire aux relations extérieures, tandis que la délégation de l’Union européenne était dirigée par le directeur pour les Amériques du Service européen pour l’action extérieure, l’ambassadeur Javier Niño Pérez.

La relation entre l’Argentine et l’Union européenne repose sur des bases solides et multidimensionnelles, elle est alimentée par de riches liens historiques et elle est dotée d’un potentiel considérable en ce qui concerne la poursuite du développement de son programme positif et diversifié.

Les deux parties ont réaffirmé leur attachement à la démocratie, à l’état de droit, aux droits fondamentaux, au strict respect des règles du droit international et à l’égalité entre les femmes et les hommes. Sur le plan multilatéral, les parties soutiennent fermement un ordre international fondé sur des règles et un système multilatéral efficace.

La commission mixte a fait le point sur les progrès accomplis dans le cadre du programme régional et bilatéral et a reconnu l’importance de la dimension politique que prend la relation entre les deux parties.

Réaction face à la crise de la COVID-19 et reprise durable

Cette année, la pandémie a marqué la vie politique, sociale et économique du monde entier et a eu des répercussions sur nos économies. Dans ce contexte, l’Union européenne et l’Argentine ont souligné l’importance du rôle des organisations internationales dans la résolution des problèmes mondiaux tels que celui lié à la présente crise sanitaire, organisations qui assurent une coordination optimale de la gestion d’urgence, et elles saluent en particulier les efforts déployés par l’OMS dans la lutte contre cette pandémie. Les parties ont relevé la mise en œuvre du mécanisme COVAX comme exemple de solidarité et de coopération multilatérale visant à assurer, dans le monde entier, un accès aux vaccins contre la COVID-19, considérés comme des biens publics mondiaux.

Les parties ont reconnu les incidences sanitaires, économiques et sociales de la pandémie, y compris les cas de violence à l’égard des femmes et d’autres groupes vulnérables, tant en Argentine qu’en Europe. Dans ce contexte, les parties se sont félicitées des travaux menés conjointement dans le cadre du programme «Spotlight» et des contributions apportées dans le cadre de l’initiative #TeamEurope.

Champ d’application sous-régional

Les parties ont convenu du fait que la conclusion de l’accord d’association entre le Mercosur et l’Union européenne représentera un nouveau cadre institutionnel pour le développement des relations économiques, commerciales, politiques et de coopération, et qu’il renforcera les structures des relations entre blocs dont les valeurs sont très proches.

Lorsque l’Argentine assurera la présidence tournante du Mercosur et le Portugal celle du Conseil de l’Union européenne lors du premier semestre de 2021, les parties s’emploieront à créer les conditions nécessaires pour progresser sur la voie de la conclusion et de la ratification de l’accord.

Relations bilatérales

Dialogues sectoriels

La onzième réunion de la commission mixte a ratifié les progrès accomplis depuis la dixième Commission mixte et a relevé que la relation a fait preuve d’un grand dynamisme au cours de ces dernières années avec la tenue de réunions régulières des dialogues sectoriels. Les parties ont en outre adapté leur interaction aux nouveaux défis de la gestion publique, en créant de nouveaux dialogues dans les secteurs de l’énergie, de l’économie numérique et de l’agriculture durable, qui ont été ajoutés aux dialogues de longue date entre les parties, tels que le dialogue sur les droits de l’homme (enrichi en 2020 d’un chapitre spécifique sur l’égalité hommes-femmes), la macroéconomie ou la biotechnologie.

Réaffirmant l’engagement de chacune des parties en faveur des objectifs de l’accord de Paris sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, les deux parties ont reconnu l’importance du programme environnemental pour un développement économique équilibré qui permette de surmonter la crise liée à la pandémie, qui favorise les échanges équitables et fructueux, respectueux des normes de préservation de l’environnement et des règles du commerce international. Dans ce contexte, les parties sont convenues de charger leurs équipes de déterminer quels sont les paramètres les plus appropriés pour examiner l’éventualité du lancement d’un dialogue spécifique sur l’environnement entre l’Argentine et l’Union européenne lors du prochain COMIXTA.

Les deux parties ont souligné l’importance de la recherche et de l’innovation dans le cadre d’une approche globale visant à créer des alliances mondiales dans la recherche de solutions aux défis mondiaux.

Dans ce contexte, les parties se félicitent de la prochaine réunion du comité directeur de l'accord de coopération scientifique et technologique, qui confirmera l’intérêt important des deux parties au renforcement de la coopération dans le domaine de la santé mondiale, notamment pour faire face à la crise de la Covid 19, à la poursuite du développement de l’«Alliance transatlantique de recherche océanique» ainsi qu’à la finalisation des dispositions d’un futur accord Copernicus.

Échanges commerciaux

La réunion du comité a été précédée d’une réunion des représentants des deux parties en matière de politique commerciale, qui s’est tenue le 30 novembre. Dans le cadre du volet commercial, les parties ont passé en revue les récentes évolutions des relations commerciales et économiques bilatérales et l’état des investissements dans le contexte de la situation économique actuelle. Il a été souligné que les relations commerciales bilatérales entre l’Argentine et l’Union européenne restent solides, en dépit du contexte de pandémie, et que les deux parties ont intérêt à renforcer leurs liens économiques et commerciaux. Plusieurs questions en suspens ont été abordées en ce qui concerne l’accès au marché. L’Union européenne et l’Argentine sont convenues de leur engagement à progresser dès que possible dans la résolution de ces problèmes.

Plusieurs questions multilatérales ont été également abordées, telles que la réforme de l’Organisation mondiale du commerce, un élément important du programme commun de promotion d’un ordre international fondé sur des règles.

Volet relatif à la coopération bilatérale

Outre les diverses activités menées dans le cadre du programme bilatéral, les travaux en cours ont été passés en revue et de futures lignes d’action ont été définies, auxquelles l’Union européenne appliquera sa nouvelle méthode de travail, #TeamEurope, selon laquelle l’UE et ses États membres unissent leurs forces pour coopérer avec leurs partenaires. L’importance des travaux accomplis dans le cadre de la création de la «Mesa Covid» a également été soulignée, laquelle a permis à huit ministères argentins d’échanger leurs expériences avec leurs homologues européens sur les politiques publiques de gestion de la crise de la COVID. De même, la série d’initiatives bilatérales sur les questions de cohésion sociale, de lutte contre la violence à caractère sexiste, d’intégration des migrants et des réfugiés, d’environnement et de changement climatique, d’efficacité énergétique, de développement local et régional, de PME, de sécurité alimentaire et de coopération triangulaire a été mise en valeur. Compte tenu de la nouvelle programmation pluriannuelle, les parties ont affirmé leur intention de conférer un angle stratégique à leur coopération. Les parties ont en outre reconnu l’importance des questions environnementales et numériques dans l’élaboration du futur programme entre l’Union européenne et l’Argentine pour les années à venir.

Coopération multilatérale

Lors de la réunion, l’Union européenne et l’Argentine ont affirmé une communauté de vues sur les points du programme international et se sont félicitées de l’intensification de leur coopération dans les enceintes multilatérales (la promotion de résolutions conjointes dans le cadre des Nations unies telles que celle relative au «commerce sans torture», a été couronnée de succès et atteste le potentiel de leur influence conjointe sur la scène internationale).

Le consensus entre les parties a été réaffirmé dans les domaines des droits de l’homme, de la démocratie, de l’état de droit, du règlement pacifique des différends, du principe de non-intervention et du développement de la coopération en tant qu’instrument privilégié pour la consolidation de valeurs communes partagées entre les parties, qui a guidé leur collaboration en diverses occasions et au sein de plusieurs forums ainsi que la participation à différents organes traitant de tous ces thèmes communs.

Dans le contexte du nouvel horizon qui s’ouvre sur la scène politique, l’Argentine a manifesté son intérêt pour le maintien d’un dialogue politique renouvelé avec l’Union européenne sur la question des îles Falkland (Malvinas).

Perspectives d’avenir

Le vaste programme et les échanges fructueux qui ont eu lieu dans le cadre de la onzième commission mixte ont démontré de façon manifeste l’étendue et la profondeur des relations bilatérales. La réunion a permis de mettre en évidence des questions d’intérêt commun, de faire le point sur la richesse des relations existantes et de parvenir à un consensus sur la ligne d’action future.

Les parties sont convenues de la nécessité d’examiner la manière dont le cadre réglementaire de la relation bilatérale peut être amélioré afin qu’il reflète correctement la diversité, l’intensité et la densité acquises par ce partenariat, ainsi que son statut politique. À cette fin, elles sont convenues d’œuvrer en 2021 à la consolidation des options permettant de réaliser cette modernisation et de faire ainsi du partenariat politique privilégié une réalité, comme le souhaitent les deux parties.

Languages: