European Union External Action

Déclaration de la porte-parole sur la situation au camp de rétention de Tajoura

Bruxelles, 10/07/2019 - 21:12, UNIQUE ID: 190710_20
Statements by the Spokesperson

Déclaration de la porte-parole sur la situation au camp de rétention de Tajoura

La libération des détenus encore présents au centre de rétention de Tajoura, frappé par un bombardement meurtrier le 2 juillet, est une mesure positive de la part des autorités libyennes. Les réfugiés et les migrants doivent tous être libérés et recevoir toute l'assistance nécessaire. Dans ce contexte, nous avons soutenu la création du centre pour le regroupement et le départ, à Tripoli et dans d'autres endroits sûrs, afin d'améliorer la protection des personnes en détresse et d'offrir des solutions humaines en remplacement du système actuel des camps de rétention.

Nous continuerons à travailler avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) dans le cadre du groupe de travail conjoint de l'Union africaine, de l'Union européenne et des Nations unies pour aider et protéger les réfugiés et les migrants en Libye. Nous invitons toutes les parties à accélérer l'évacuation humanitaire de Libye et la réinstallation dans des pays tiers. En particulier, nous soutenons l'action du HCR destinée à proposer aux réfugiés les plus vulnérables des solutions durables de réinstallation en dehors de la Libye. À ce jour, près de 4 000 personnes ont été évacuées. Nous coopérons en outre étroitement avec l'OIM et l'Union africaine et ses États membres pour poursuivre les retours volontaires assistés, sachant que plus de 45 000 migrants sont jusqu'à présent retournés dans leur pays d'origine.

L'Union européenne est fermement résolue à lutter contre les trafiquants et les passeurs et à renforcer la capacité des garde‑côtes libyens à sauver des vies. De même, nous rappelons qu'il convient de mettre en place des mécanismes garantissant la sécurité et la dignité des personnes sauvées par les garde‑côtes libyens, notamment en mettant fin aux détentions arbitraires et en permettant aux agences des Nations unies de procéder au filtrage et à l'enregistrement et d'offrir protection et aide d'urgence directe. Grâce à notre soutien financier ininterrompu et à nos actions conjointes de sensibilisation auprès des autorités libyennes, le HCR et l'OIM sont désormais en mesure de mieux contrôler la situation dans les lieux de débarquement et ont régulièrement accès à la plupart des centres de rétention officiels.

Le système libyen actuel consistant à détenir les migrants doit cesser et la migration doit être gérée de manière pleinement conforme aux normes internationales, y compris pour ce qui est des droits humains. L'Union européenne est disposée à aider les autorités libyennes à mettre au point des solutions pour créer des options sûres et dignes en lieu et place de la rétention, dans le plein respect des normes humanitaires internationales et des droits humains.

Languages: