European Union External Action

Journée mondiale de la liberté de la presse: l'UE condamne les violences à l'encontre des journalistes et des médias

03/05/2018 - 08:30
News stories

La liberté d'expression et la liberté de la presse continuent d'être menacées partout dans le monde. Plus de 800 journalistes ont été tués dans le monde au cours des dix dernières années pour avoir voulu informer le public. Les assassinats de Ján Kuciak et Daphne Caruana Galizia survenus récemment sont un signe inquiétant de la détérioration de la sécurité des journalistes et de la liberté des médias dans certains États membres de l'UE. En cette Journée mondiale de la liberté de la presse, l'UE réaffirme sa détermination à continuer de défendre et de promouvoir les libertés d'opinion et d'expression en tant que droits qui doivent pouvoir être exercés par tous et partout.

"Les attaques contre les médias et les journalistes sont des attaques contre la démocratie, contre la liberté de chacun d'entre nous", a affirmé la haute représentante Federica Mogherini dans une déclaration prononcée au nom de l'UE à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse. "Nous rendons hommage à tous les journalistes qui, en Europe et dans le monde, ont perdu la vie dans l'exercice de leur profession. Nous appelons tous les États à condamner les violences commises à l'encontre de journalistes, à prendre des mesures afin d'améliorer la sécurité des journalistes, en accordant une attention particulière aux femmes journalistes, et à traduire en justice les auteurs et les instigateurs de ces violences."

La Journée mondiale de la liberté de la presse a été instaurée par l'Assemblée générale des Nations unies en décembre 1993. Le thème retenu cette année par les Nations unies pour cette Journée mondiale, "Médias, justice et État de droit: les contrepoids du pouvoir", souligne l'importance d'un environnement juridique propice à la liberté de la presse et accorde une attention particulière au rôle joué par un système judiciaire indépendant, qui prévoie des garanties juridiques pour la liberté de la presse et des poursuites pour les crimes commis contre des journalistes. Le thème fait en même temps référence au rôle des médias en matière de développement durable, notamment lors de la tenue d'élections, en tant que régulateur encourageant la transparence, l'obligation de rendre des comptes et l'État de droit.

Le respect de la liberté d'expression est intégré dans tous les programmes de développement et politiques de l'UE. Le programme de l'UE Media4Democracy soutient les délégations de l'UE dans la mise en œuvre des orientations de l'UE relatives à la liberté d'expression en ligne et hors ligne. En Tanzanie par exemple, l'UE met en œuvre un programme intensif à l'intention de responsables d'institutions médiatiques qui contribueront au développement d'institutions inclusives, professionnelles et soucieuses des questions d'égalité des sexes. L'objectif est de relever les défis et de permettre de faire progresser le pluralisme des médias en Tanzanie.

L'UE condamnera systématiquement la violence exercée à l'encontre de journalistes et s'opposera à toute législation, réglementation ou pression politique qui limite la liberté d'expression, afin de protéger les droits des journalistes, des blogueurs et des défenseurs des droits de l'homme, sur la base des principes d'égalité, de non-discrimination et d'universalité, par quelque média que ce soit, en ligne ou hors ligne, à l'intérieur de nos frontières et au-delà.

2018 est une année importante pour les droits de l'homme puisque nous célébrons le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme. L'article 19 concerne la liberté d'expression. Il est libellé comme suit: "Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression et nul ne peut l'en empêcher. Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit." Les journalistes, les blogueurs et les défenseurs des droits de l'homme ne font pas exception et l'UE continuera donc de défendre leurs droits.

Photo: Flickr/Jennifer Moo