European Union External Action

L’UE à la tête du processus de Kimberley sur les diamants de la guerre

01/01/2018 - 06:00
News stories

Aujourd’hui, l’Union européenne a officiellement succédé à l’Australie à la tête du processus de Kimberley. L’UE présidera l’initiative internationale visant à endiguer le commerce des diamants de la guerre tout au long de l’année 2018.

CONFLICT DIAMONDS, blood dimonds, European Union, Kimberley Process
 © Flickr/Brian Harrington Spier

 

Le processus de Kimberley a été lancé en 2002 par une coalition de pays, de représentants de la société civile et de responsables de l’industrie du diamant en réaction au rôle joué par les diamants dans le financement de guerres civiles parmi les plus dévastatrices en Afrique.

S’exprimant à propos de ce rôle majeur, Federica Mogherini, haute représentante et vice-présidente de l’Union, a déclaré: «Le processus de Kimberley s’inscrit dans le cadre de l’action de l’Union européenne en faveur d'un développement et d'une paix durables; il vise à éviter l’éclatement de nouveaux conflits et à réduire les revenus des groupes criminels et terroristes. Il fait aussi partie de notre travail en faveur des droits de l’homme, qui consiste notamment à veiller à ce que les diamants produisent de la richesse et ne soient pas synonymes d’esclavage moderne. Le processus de Kimberley a répandu l’idée selon laquelle les ressources naturelles appartiennent aux populations locales, et non aux milices. Sa principale force a toujours été le fait qu’au-delà des gouvernements, il s'adresse à la société civile et au secteur privé. Tel est notre atout majeur à l’heure où nous définissons la voie à suivre. Nous nous réjouissons de travailler en étroite collaboration avec toutes les parties concernées au cours de l’année à venir.»

 

 

 

 

Importance du processus de Kimberley

Le processus de Kimberley établit les conditions que doivent respecter les États participants, afin de contrôler toutes les importations et exportations de diamants bruts. Il instaure des contrôles internes rigoureux au niveau de la production et de la commercialisation. Seules sont licites les activités commerciales effectuées entre États participants répondant aux conditions minimales prévues, et les envois internationaux de diamants bruts doivent s'accompagner d'un certificat garantissant qu'ils ne servent pas à financer un conflit.

 

Présidence du processus de Kimberley par l’UE

L’Union européenne est en première ligne du processus de Kimberley depuis son lancement et l’a présidé pour la dernière fois en 2007.

  • Les principes de durabilité, d’inclusion, de responsabilité et de dialogue seront au cœur de l’action de l’UE.
  • Sa priorité sera de renforcer la mise en œuvre et l’efficacité du processus et d'assurer des moyens de subsistance durables aux communautés productrices.
  • Une série d’événements seront organisés à Anvers en juin et à Bruxelles en novembre.