European Union External Action

 

Déclaration de la Haute Représentante/Vice-Présidente Federica Mogherini et du Commissaire de l’Union européenne pour la Coopération internationale et le Développement, Neven Mimica, suite à la signature de l’Accord de paix malien intervenue le 20 juin à

Bruxelles, 20/06/2015 - 00:00, UNIQUE ID: 150620_03
Statements by the HR/VP

« La signature aujourd’hui par toutes les parties de l’Accord de paix pour le Mali est une nouvelle étape importante du long processus visant à rétablir la confiance mutuelle. Cet Accord va contribuer à la restauration de la stabilité et de la sécurité, à l’amélioration des conditions de vie pour la population et ouvrira la voie à la réconciliation nationale.

Les efforts remarquables des parties signataires pendant les négociations ont permis ce succès, dans l’intérêt du Mali et de la Région. L’Union européenne a travaillé aux côtés de l’Algérie, qui a conduit la médiation, l’Union africaine, la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), les Nations Unies, l’Organisation de la Conférence islamique (OCI), le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria et le Tchad afin de parvenir à la conclusion de cet Accord de paix.

Toutes les parties doivent maintenant remplir leurs obligations, et en priorité respecter le cessez-le-feu encore fragile que tous les groupes armés se sont eux-mêmes engagés à respecter. Il est tout aussi important que le Gouvernement du Mali joue un rôle moteur dans le processus de réconciliation. La réussite de la mise en œuvre de l’Accord dépendra également des réformes qui seront menées dans les secteurs de la décentralisation, de la justice et de l’enseignement, ainsi que de la lutte contre la corruption et l’impunité.

L’Accord de paix contient également des engagements pour les membres de la médiation, y compris pour l’UE, et prévoit l’implication des membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies au sein du Comité de Suivi de l’Accord. La MINUSMA, sur base du renouvellement de son mandat, aura un rôle spécifique et de chef de file dans la mise en œuvre de l’Accord de paix et bénéficiera de tout notre appui. L’UE est prête à participer activement, en particulier dans le domaine du développement, ainsi que celui de la réforme du secteur de sécurité en mettant à contribution les missions PSDC déjà opérationnelles au Mali.

L’UE et le gouvernement du Mali sont convenus de domaines d’intervention prioritaires pour les six prochaines années – consolidation de la paix et réforme de l’état, sécurité alimentaire et développement rural, éducation et infrastructures- qui s’inscrivent pleinement dans l’Accord de paix. L’UE reste prête à mobiliser tous les instruments à sa disposition afin de contribuer au renforcement de la paix et la stabilité pour la population du pays.»

Complément d’information:

L’UE a mobilisé €615 millions pour le Plan indicatif national pour le Mali sur la période 2014-2020. L’engagement de €300 millions de ces €615 millions est prévu d’ici la fin de l’année. Ceci comprendra une contribution directe au budget de l’état (€230 millions), un soutien à la sécurité alimentaire dans le nord (€30 millions), un projet d’appui à la qualité et l’accès à l’enseignement (€20 millions) et un projet destiné à créer des emplois pour la jeunesse (€20 millions).

作者