European Union External Action

Conseil des affaires étrangères: observations du haut représentant/vice président, Josep Borrell, à son arrivée

Bruxelles, 12/07/2021 - 11:38, UNIQUE ID: 210712_9
Press releases

Seul le texte prononcé fait foi!

Lors du Conseil des affaires étrangères qui a lieu ce jour, nous allons discuter de questions de portée générale, telles que l'impact des nouvelles technologies. Il s'agit d'une question très importante, à laquelle nous devons accorder plus d'attention, car les nouvelles technologies modifieront les rapports de force dans le monde, et nous devons discuter de la manière dont nous allons affronter cette situation.

Les orientations stratégiques constituent l'autre question de portée générale. Bien que cette question soit liée à la défense européenne, les ministres des affaires étrangères veulent également avoir leur mot à dire. Nous allons donc discuter avec eux de la prochaine étape, qui sera aussi à l'ordre du jour de la réunion "Gymnich" avec les ministres de la défense, prévue après les vacances.

Ce sont, pour ainsi dire, les deux questions générales.

Pour ce qui est des questions géographiques, nous allons accueillir aujourd'hui le nouveau [Premier ministre par alternance et] ministre des affaires étrangères d'Israël [Yaïr Lapid]. Hier, j'ai eu l'occasion de discuter avec lui. Il est important que le nouveau gouvernement israélien vienne ici, à Bruxelles. C'est l'occasion d'un nouveau départ, afin de relancer les relations avec Israël du point de vue de nos relations bilatérales, mais aussi concernant la situation au Proche‑Orient. Je pense qu'il s'agit pour nous d'une bonne occasion de relancer nos relations, qui, par le passé, se sont fortement dégradées.

L'Afghanistan, l'Éthiopie et le Liban sont les trois autres questions géographiques.

Concernant l'Afghanistan, nous verrons ce que nous pouvons faire après le retrait des Américains, à vrai dire pas seulement des Américains, des [troupes] occidentales d'Afghanistan.

Concernant le Liban, toutes les options sont sur la table. Je ne pense pas que nous allons prendre une décision aujourd'hui mais je dois dire que la crise au Liban se poursuit sans qu'il y ait eu la moindre amélioration depuis ma dernière visite. Et effectivement, des sanctions pourraient être envisagées si des États membres en font la proposition.

Nous aurons également une discussion sur l'Éthiopie et le Tigré, où les populations sont confrontées à la famine, à la destruction des infrastructures, à un cessez‑le‑feu qui [n'atténue pas] une crise humanitaire de grande ampleur.

Je pense que ce Conseil des affaires étrangères sera très dense, et j'espère qu'à son issue, je pourrai vous faire part de certains résultats de ces discussions.

Q&R

Q. Concernant le Liban, vous attendez‑vous aujourd'hui à ce qu'une forme de consensus politique émerge sur la question des sanctions à l'encontre de ceux qui s'opposent à la formation d'un gouvernement?

Non, je ne pense pas que nous arriverons à un consensus aujourd'hui.

Q. Pourriez‑vous rappeler la position de l'Union européenne concernant la crise du barrage de la renaissance, la crise entre l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan?

C'est une question importante qui sera certainement mentionnée lorsque nous discuterons de la situation en Éthiopie, mais ce point spécifique ne figure pas à l'ordre du jour.

Q. Que pensez‑vous des manifestations à Cuba et des arrestations?

Nous savons que des manifestations importantes ont lieu à Cuba, ainsi que dans d'autres parties du monde, à la suite de coupures dans les systèmes de communication. Nous allons certainement également aborder ce sujet dans le cadre du point consacré aux questions d'actualité.

Q. Vous‑même allez en parler, sachant qu'il n'y a pas de représentant [de l'Espagne]?

Il y aura un représentant de l'Espagne et les pays ne sont pas toujours représentés par un ministre.

Lien vers la vidéo: https://audiovisual.ec.europa.eu/en/video/I‑209179

Languages: