Turks and Caicos Islands

Alors que les salles de classe de la moitié des écoliers du monde restent fermées, l'UNICEF et l'UE exhortent les pays à donner la priorité aux écoles dans leurs plans de réouverture

Brussels/New York, 23/09/2020 - 19:05, UNIQUE ID: 200923_17
Joint Statements

Déclaration du haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité,M. Josep Borrell, de la vice-présidente de la Commission européenne, Mme Dubravka Šuica, et de la directrice générale de l'UNICEF, Mme Henrietta Fore, à l'occasion de la Journée d'action pour la coopération numérique dans le cadre de l'Assemblée générale des Nations unies, et dans la perspective du Conseil européen extraordinaire sur la transformation numérique

BRUXELLES/NEW YORK, 23 septembre 2020 - Alors que les écoles restent fermées pour la moitié des élèves du monde en raison de la pandémie de COVID-19, nous lançons un appel d'urgence exhortant les pays à donner la priorité aux écoles dans leurs plans de réouverture.

La pandémie a révélé et exacerbé de profondes inégalités en matière d'accès aux écoles, d'apprentissage de qualité et de connectivité numérique. Elle a également révélé des faiblesses dans nos systèmes éducatifs, y compris un accès insuffisant à l'eau et à l'assainissement, et un manque de préparation pour résister aux crises.

Au plus fort des confinements instaurés en raison de la COVID-19, la fermeture des écoles a touché plus de 90 % des élèves dans le monde et privé un tiers au moins de ces enfants de toute éducation scolaire. Aujourd'hui, 875 millions d'élèves sont toujours concernés. Les conséquences pour leur éducation, leur protection et leur bien-être ne peuvent être sous-estimées.

Lorsque les enfants sont privés d'éducation, ils sont davantage susceptibles d'être victimes d'exploitation, de violence, d'abus et de négligence. Les enfants issus de familles en difficulté sont confrontés à un double fardeau, celui d'être privé d'éducation et de perdre la sécurité que l'école leur apporte. Les filles sont davantage exposées au risque de mariage précoce et forcé et de grossesse précoce.

L'UE soutient l'appel lancé par le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies, M. António Guterres, pour que les pays accordent la priorité à l'éducation, à l'alimentation, à la santé et à la sécurité des enfants dans le contexte de la pandémie de COVID-19 et, avec le groupe des États d'Amérique latine et des Caraïbes et le groupe des amis des enfants et des objectifs de développement durable, elle est à l'initiative d'une déclaration à l'appui de cet appel.

Les enfants ayant un faible niveau d'éducation sont moins susceptibles de briser le cycle de la pauvreté. Des données récentes indiquent que 150 millions d'enfants supplémentaires pourraient sombrer dans la pauvreté en raison de la COVID-19. En juillet, la Banque mondiale a estimé que l'absence de scolarisation des enfants jusqu'à présent pourrait se traduire par une perte de revenus de 10 000 milliards de dollars à l'échelle mondiale, et a souligné que les pertes économiques dépasseront largement le cadre des familles. Les gouvernements doivent donc accorder la priorité aux enfants - les actifs de demain - dans toutes les décisions de réouverture et protéger et privilégier le financement de l'éducation.

Les écoles ne devraient être maintenues fermées qu'en dernier ressort. Les décisions visant à fermer les écoles devraient être temporaires et accompagnées de plans permettant à tous les enfants d'accéder à l'apprentissage à distance afin qu'ils puissent poursuivre leurs études au mieux de leurs capacités et sans interruption.

Dans tous les pays, les enfants et les jeunes les plus vulnérables - ceux qui vivent dans la pauvreté ou dans des pays touchés par les conflits, qui sont issus de groupes ethniques minoritaires ou qui présentent un handicap, ainsi que les enfants déplacés à l'intérieur de leur propre pays ou les enfants réfugiés - paient le plus lourd tribut à la fermeture des écoles, car ils voient leurs privations s'accentuer et leur retard augmenter par rapport à leurs pairs. En accordant la priorité aux enfants les plus marginalisés, nous pouvons réduire les inégalités en matière d'éducation et faire en sorte que chaque enfant acquière les connaissances et les compétences dont il a besoin pour réussir.

L'accès à une éducation de qualité est fondamental pour que les enfants deviennent des citoyens engagés et responsables. L'éducation est une préparation essentielle à la vie et au travail. L'éducation signifie l'accès à l'autonomie; elle contribue à lutter contre les inégalités et à rendre les sociétés plus pacifiques. Investir dans l'enfance et dans l'éducation des enfants, c'est investir dans notre avenir.

Avant la COVID-19 déjà, le monde était confronté à une crise de l'apprentissage, plus de la moitié des enfants de 10 ans vivant dans des pays à revenu faible ou intermédiaire n'étant pas en mesure de lire une histoire simple. Des millions d'adolescents n'acquièrent pas les compétences transférables, numériques, entrepreneuriales et professionnelles leur permettant de se préparer à l'avenir et de jouer un rôle actif dans leur communauté.

L'idée répandue selon laquelle dans chaque crise se trouve une opportunité n'a jamais été aussi vraie pour les enfants et l'éducation dans le monde entier. Nous avons une occasion unique de rouvrir les écoles et de les rendre meilleures qu'auparavant, ainsi que de réimaginer l'apprentissage, afin que chaque enfant acquière les compétences dont il a besoin pour réussir dans la vie, à l'école et dans le monde du travail.

L'Union européenne continuera de jouer un rôle de premier plan pour soutenir l'éducation dans le monde entier. Elle est également le principal donateur international en matière d'aide aux enfants. La crise de la COVID-19 a révélé les inégalités existantes dans nos sociétés, y compris au sein de l'Union. Avec Next Generation EU, l'UE prend des mesures concrètes pour relever ces défis. L'UE renforce son appui à l'éducation numérique et accroît le soutien et la protection qu'elle offre aux enfants les plus vulnérables dans sa future stratégie globale sur les droits de l'enfant et la garantie pour l'enfance. Ses politiques internes et externes continueront à prendre en compte l'intérêt supérieur de l'enfant et à faire en sorte que tous les enfants aient les mêmes chances au début de leur vie et deviennent plus résilients face à l'adversité, telle que la pandémie de COVID-19.

Pour toute demande de renseignements émanant des médias, veuillez contacter:

Nabila.MASSRALI@eeas.europa.eu (cliquez sur le lien pour envoyer un courriel) et ropfermann@unicef.org (cliquez sur le lien pour envoyer un courriel)

Languages:
Équipes éditoriales: