Turks and Caicos Islands

Déclaration du groupe de contact international sur le Venezuela

Brussels, 01/11/2019 - 10:06, UNIQUE ID: 191101_6
Joint Statements

Alors que les pourparlers sous médiation norvégienne sont suspendus et qu'on ne relève aucun signe d'un processus politique sérieux menant à une sortie pacifique et démocratique de la crise au Venezuela, le groupe de contact international (GCI) rappelle que le statu quo n'est pas une option. La population ne peut continuer à payer le prix de la crise, qu'il s'agisse de l'érosion constante de la démocratie et de l'État de droit, de la répression politique, des violations des droits de l'homme ou des mauvaises conditions de vie, pas plus que la région ne peut en supporter les conséquences sans précédent.

Le GCI réaffirme que seuls une transition négociée débouchant sur une élection présidentielle crédible faisant l'objet d'une mission internationale d'observation, le rétablissement des prérogatives de puissance publique et la mise en place de garanties permettant la coexistence politique pourront contribuer à une solution durable.

Le GCI invite les acteurs vénézuéliens à placer l'intérêt de la nation au-dessus de toute autre considération et à reprendre le chemin de négociations qui soient crédibles, représentatives et sérieuses, sur la base de l'ordre du jour initial et des propositions les plus récentes formulées sous la médiation de la Norvège. La crise systémique ne sera pas résolue si une élection démocratique n'est pas organisée, si les droits de l'Assemblée nationale ne sont pas respectés et si un système indépendant de contre-pouvoirs n'est pas rétabli.

Toute autre voie, telle que la "table nationale" associant certaines forces politiques minoritaires, ou le recours à des moyens non politiques en vue de maintenir le pouvoir en place ou de parvenir à un changement de pouvoir, ne conduiront pas aux solutions durables nécessaires pour surmonter la fracture nationale. Le groupe demande également que tous les prisonniers politiques soient immédiatement libérés et que l'immunité parlementaire soit pleinement rétablie, dans le respect de l'État de droit.

Comme convenu par le groupe lors de la dernière réunion ministérielle, le conseiller spécial de la haute représentante de l'UE pour le Venezuela, M. Enrique Iglesias, retournera à Caracas pour s'entretenir avec toutes les parties prenantes nationales concernées.

Le GCI continuera également de promouvoir activement la constitution d'une coalition internationale autour d'un processus électoral négocié, tout en soulignant que la solution à la situation difficile que connaît le pays doit être vénézuélienne et vénézuélienne uniquement. La communauté internationale se doit d'accompagner et de soutenir les solutions qui devraient se dégager d'un processus de négociation sérieux, appuyé par l'Assemblée nationale démocratiquement élue.

Parallèlement, les besoins humanitaires de la population vénézuélienne, à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, sont tels qu'on ne peut attendre qu'une solution à la crise politique soit trouvée, comme cela a été récemment souligné lors de la conférence internationale de solidarité sur la crise des réfugiés et des migrants vénézuéliens. Le GCI poursuit avec détermination ses efforts visant à faciliter et à accroître la fourniture d'une aide humanitaire coordonnée aux Vénézuéliens qui en ont besoin.

 

Languages: