Saba

L'UE est déterminée à lutter contre la hausse de la violence à caractère sexiste durant la pandémie de COVID-19

30/09/2020 - 10:23
News stories

Le Forum Génération Égalité a appelé à une réaction immédiate face aux nouveaux éléments de preuve selon lesquels de multiples formes de violence à caractère sexiste, en particulier les violences infligées par un partenaire intime, se sont intensifiées pendant la pandémie de COVID-19. L'UE est déterminée à s'attaquer à ce problème.

Le 29 septembre, Mme Jutta Urpilainen et Mme Helena Dalli, membres de la Commission, ont participé à une manifestation de haut niveau organisée en marge de la 75e Assemblée générale des Nations unies par la coalition d'action sur la violence basée sur le genre du Forum Génération Égalité. L'UE est l'un des chefs de file de la coalition d'action sur la violence basée sur le genre, qui rassemble des États membres, des organisations internationales, des représentants de la jeunesse et la société civile afin de trouver des moyens innovants de faire cesser toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles.

La violence à caractère sexiste est une violation des droits fondamentaux des femmes aux proportions pandémiques, qui a encore été exacerbée par la crise de la COVID-19. La nature endémique de la violence à caractère sexiste à l'égard des femmes et des filles trouve son origine dans les inégalités structurelles entre les sexes et dans la discrimination. Toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles sont interconnectées et ont des causes profondes communes.

La violence peut prendre de nombreuses formes et toucher tous les domaines de la vie des femmes: de la sphère privée/familiale au lieu de travail; l'espace public, y compris les institutions publiques et l'espace en ligne. La sécurité des femmes et des filles lorsqu'elles se rendent à l'école ou au travail et en reviennent, leur liberté de circulation et leur droit d'être libres et en sécurité dans la ville sont des préoccupations fondamentales pour les gouvernements et les institutions à tous les niveaux.

Mais la violence peut être évitée, et nous devons nous attaquer à cette pandémie de l'ombre. Le multilatéralisme et le renforcement de la coopération sont nécessaires pour lutter contre ce problème mondial. Les interventions doivent répondre aux besoins et remédier aux vulnérabilités des jeunes femmes et des adolescentes, ainsi que des personnes qui sont confrontées à des formes multiples et croisées de discrimination fondées, par exemple, sur l'appartenance ethnique, la race, la classe, le handicap, l'orientation sexuelle et l'identité de genre.

Lors du lancement de la coalition d'action, le Forum Génération Égalité a souligné qu'il était urgent de reconnaître la violence à caractère sexiste comme une urgence mondiale persistante qui devrait être traitée avec la volonté politique, les ressources et les mécanismes de responsabilisation nécessaires pour faire face à d'autres situations d'urgence de cette ampleur.

L'une des missions de la coalition d'action consistera à assurer la mise en œuvre de l'appel lancé par le secrétaire général des Nations unies sur la violence à caractère sexiste et la COVID-19. L'initiative "Spotlight" de l'UE et de l'ONU, la première initiative mondiale visant à mettre un terme à la violence à l'égard des femmes, servira de modèle pour les actions futures.

"Nous, les co-chefs de file, nous efforcerons d'enrayer tout recul des progrès durement acquis en matière de promotion de l'égalité entre les femmes et les hommes et de l'autonomisation des femmes et des filles en raison de la pandémie de COVID-19. Les efforts visant à "reconstruire en mieux" après la pandémie de COVID-19 doivent être centrés sur la capacité d'action des femmes et des filles et s'attaquer aux causes structurelles et profondes à plus long terme de la violence à caractère sexiste. La réussite réside dans une relance après la COVID-19 qui rende les économies et les sociétés plus respectueuses de l'égalité entre les sexes, plus égalitaires, plus équitables, plus propres, plus saines, plus inclusives et plus résilientes, et qui accélère les progrès en vue de la mise en œuvre du programme de développement durable à l'horizon 2030 et de l'accord de Paris, en ne laissant personne de côté."

     

    Le 1er octobre 2020, la présidente de la Commission européenne, Mme von der Leyen, s'est exprimée lors de la 75e session de l'Assemblée générale des Nations unies à l'occasion du 25e anniversaire de la quatrième conférence mondiale sur les femmes et de la déclaration de Beijing. Mme von der Leyen a indiqué que l'une de ses priorités au cours des premiers jours de son mandat a été la présentation de la stratégie en faveur de l'égalité entre les hommes et les femmes, qui définit une série d'actions clés à mettre en œuvre par l'Union européenne au cours des cinq années à venir:

    • premièrement, la prévention et l'élimination de toutes les formes de violence à l'égard des femmes et des filles, qui est un point essentiel de la déclaration de Beijing;
    • deuxièmement, la promotion et l'autonomisation des femmes, qui est un autre point essentiel de la déclaration de Beijing;
    • et troisièmement, la question de l'égalité de rémunération.

    Tags:
    Rubriques éditoriales: