La FAO et l’Union européenne joignent leurs forces au soutien de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations du Nord-Est d’Haïti

Port-au-Prince, 28/09/2021 - 21:52, UNIQUE ID: 210928_19
Joint Statements

La FAO et l’Union européenne joignent leurs forces au soutien de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations du Nord-Est d’Haïti

Port-au-Prince, le 28 septembre 2021. Le Ministère de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Union européenne (UE) ont lancé un projet intitulé «Amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et renforcement de la résilience des populations vulnérables du département du Nord-Est», financé par l’UE pour un montant de 4,7 millions d’USD.

Au cours des cinq dernières années, le département du Nord-Est a été touché par une série de catastrophes naturelles, dont l’ouragan Irma (2017) et les longues périodes de sécheresse de 2014-2015, 2017 et 2019-2020, qui ont réduit considérablement la production agricole et nui aux activités d’élevage. La maladie à coronavirus 2019 (covid-19) a aggravé cette situation en perturbant les échanges avec le marché de la République Dominicaine, dont dépendent les familles frontalières. Ainsi, 45 pour cent de la population du département du Nord-Est, bénéficiaire des interventions de ce projet, est actuellement en situation de crise alimentaire et d’urgence humanitaire.

Le projet FAO/UE a pour objectif de renforcer l’accès à une alimentation plus régulière et équilibrée de 4 000 ménages ruraux vulnérables des communes de Ferrier, Fort-Liberté, Perches et Ouanaminthe, afin d’améliorer leur résilience face aux aléas et aux chocs. Il contribuera également, sur le plan institutionnel, à améliorer la gouvernance du secteur alimentaire en appuyant notamment la Coordination nationale de la sécurité alimentaire (CNSA) et la mise en œuvre de la Politique et stratégie nationales de souveraineté et sécurité alimentaires et de nutrition en Haïti (PSNSSANH).

La mise en œuvre de ce projet sera basée sur une approche constituée de trois piliers au bénéfice des organisations communautaires de base:

- Un pilier technique: les organisations, composées de petits agriculteurs, éleveurs et pêcheurs, prennent part à un apprentissage participatif et interactif des bonnes pratiques agricoles, plus productives et adaptées à l’environnement, et bénéficient également d’intrants agricoles adaptés à leurs activités productives. Grâce au renforcement de leurs capacités en matière de techniques agricoles, ces organisations pourront améliorer de façon durable leur production alimentaire en quantité et en qualité et bénéficier de capacités de stockage et de transformation pour un meilleur accès au marché.

- Un pilier financier: la mise en œuvre d’initiatives de crédits et d’épargnes communautaires sera facilitée par la mise en place d’Associations villageoises d’épargne et de crédit. Le capital est constitué par les membres de l’association et ceux-ci gèrent eux même les parts et les emprunts.

- Un pilier social: des espaces de dialogue communautaires seront mis en place au profit des communautés bénéficiaires. Celles-ci décident de quels enjeux et problèmes sur lesquelles il convient d’échanger, les mécanismes de résolution des conflits, et élaborent un plan de développement communautaire. Grâce à ce volet, les capacités des communautés bénéficiaires en matière de vie associative et de communication participative sur les aspects du développement local seront renforcées, afin de relever les défis propres à leurs communautés, et ainsi la cohésion sociale en sera améliorée.

Le Représentant de la FAO en Haïti, M. José Luis Fernández, affirme: «Grâce à ce projet, la productivité et la production agricole des ménages vulnérables seront améliorées, leurs sources de revenu diversifiées et des associations communautaires d’épargne et de crédit seront créées sur la base d’une approche participative afin de renforcer la cohésion sociale. Le souhait de la FAO est que d’autres communes du pays puissent bénéficier de projets similaires, afin d’améliorer de façon durable la sécurité alimentaire et de renforcer la résilience des populations vulnérables.» Pour sa part, Mme. Sylvie Tabesse, Ambassadrice de l’Union européenne en Haïti, déclare que «ce projet témoigne de l’engagement stratégique de l’Union européenne pour l’amélioration des conditions de sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations vulnérables d’Haïti.» 

«Kore popilasyon Nòdès pou lavi miyò»

«Soutenir les populations du Nord pour une vie meilleure»

PDF icon haiti_fao-eu_communique_de_presse.pdf

Editorial Sections:

Author