Liechtenstein

Iraq, Libye et Tunisie: L'UE est plus que jamais déterminée à soutenir les pays et leurs populations

10/09/2021 - 20:27
News stories

Le haut représentant pour les affaires étrangères/vice-président de la Commission européenne Josep Borrell vient d'achever une série de visites en Iraq, en Libye et en Tunisie. À chaque étape, il a réaffirmé la volonté constante de l'UE de soutenir les pays et leurs populations.

Cette semaine, le haut représentant Josep Borrell s'est rendu dans trois pays très différents, chacun confronté à des défis spécifiques, où l'UE œuvre avec ses partenaires pour construire un présent et un avenir meilleurs. L'Iraq, la Libye et la Tunisie sont tous des partenaires stratégiques dans lesquels l'UE a investi au fil des ans pour aider les gouvernements et les partenaires sur le terrain à agir dans l'intérêt de la population.

Au cours des visites, le haut représentant a également rencontré les autorités et des représentants de la société civile. Il a réaffirmé l'engagement continu de l'UE, il a pris note des défis auxquels ces pays sont confrontés et il a discuté de la manière dont l'UE pouvait les soutenir au mieux.

 

Première étape: Iraq

La mission du haut représentant a commencé avec sa première visite en Iraq, où il a rencontré les dirigeants tant à Bagdad qu'à Erbil. Cette visite, qui visait à soutenir la stabilité, la souveraineté et la prospérité du pays, est intervenue à un moment important. Elle a eu lieu un mois seulement avant la tenue des élections législatives dans le pays, et une semaine après la conférence de Bagdad du 28 août, à l'occasion de laquelle le gouvernement iraquien a réuni des dirigeants régionaux afin de favoriser la désescalade et le dialogue à l'échelon régional.

"L'Union européenne est déterminée à soutenir ces efforts régionaux à l'aide de tous les instruments dont elle dispose, et je suis personnellement résolu à œuvrer au suivi de cette conférence importante", a déclaré M. Borrell au sujet de la conférence de Bagdad. "Je tiens à reconnaître le rôle important et constructif que joue l'Iraq en tant que bâtisseur de ponts dans la région", a-t-il ajouté.

Deux autres nouvelles importantes ont attiré l'attention du public.

Tout d'abord, au cours de sa visite, Josep Borrell a annoncé que la mission de conseil de l'UE en Iraq (EUAM Iraq) ouvrirait un nouveau bureau à Erbil. L'EUAM fournit déjà des conseils et une expertise en ce qui concerne la réforme du secteur de la sécurité civile aux autorités de Bagdad. Cette action, ainsi que d'autres initiatives, permettront de faire face à une situation en matière de sécurité qui, malheureusement, reste compliquée.

 

"La semaine dernière, nous avons eu à déplorer une nouvelle attaque meurtrière à Kirkouk", a déclaré le haut représentant à l'issue de sa rencontre avec le ministre iraquien des affaires étrangères. "Le terrorisme et les éléments dissidents, y compris Daech, n'ont pas leur place dans un pays souverain. Des actes de violence et de harcèlement sont également perpétrés à l'encontre des militants politiques, des journalistes et des défenseurs des droits de l'homme. Tous ces aspects essentiels de la situation en matière de sécurité doivent être examinés, d'autant plus que les élections législatives anticipées d'octobre approchent", a-t-il ajouté.

 

 

Le haut représentant a également annoncé que la toute première mission d'observation électorale de l'UE en Iraq était déjà opérationnelle. La mission, déployée à la demande des autorités iraquiennes, soutiendra les efforts visant à préparer des élections véritablement libres et régulières, dont les Iraquiens aient la direction et la maîtrise et qui s'inscrivent dans un processus inclusif, crédible et participatif.

"Nous voulons continuer à soutenir la démocratie iraquienne, suivre avec grand intérêt les préparatifs des élections qui se tiendront en octobre et, à la demande de l'Iraq, nous sommes en train de déployer une mission d'observation électorale de l'UE", a déclaré M. Borrell.

Le haut représentant a été particulièrement impressionné par la détermination et le courage de la jeunesse iraquienne et par le dynamisme de la société civile. Lors de ses consultations bilatérales et de sa rencontre avec les représentants de la société civile, Josep Borrell a déclaré que l'UE était soucieuse de soutenir l'ambitieux programme de réforme socio-économique et de réforme de la gouvernance réclamé par la population iraquienne. Depuis 2014, l'UE a fourni à l'Iraq plus de 1,3 milliard d'euros au titre de la coopération financière.

Le haut représentant s'est également rendu à Erbil, où il a notamment rencontré le président de la région du Kurdistan iraquien, Nechirvan Barzani (lien externe), le Premier ministre Masrour Barzani (lien externe), le ministre des affaires étrangères, Falah Mustafa Bakir, et l'ancien président, Masoud Barzani.

 

 

"Il serait impossible de se rendre en Iraq sans prêter une grande attention à la région du Kurdistan", a déclaré M. Borrell.

Le haut représentant a souligné l'importance que revêtent la région et une bonne coopération avec les autorités fédérales pour la stabilité et la prospérité de l'Iraq. Il a en particulier salué la contribution précieuse de la région à la lutte contre Daech.

Au cours de cette visite, le haut représentant a également eu l'occasion de voir les trésors de Mésopotamie exposés au musée de Bagdad et dans la citadelle d'Erbil, qui est en cours de restauration par l'UNESCO grâce à un financement de l'UE. L'EUAM Iraq apporte son concours au gouvernement iraquien en vue de la récupération des objets volés.

 

Deuxième étape: Libye

À Tripoli, où il est arrivé le 8 septembre, le haut représentant Josep Borrell a rencontré Mme Mangoush, ministre des affaires étrangères, ainsi que Mohamed Al-Manfi, président du Conseil présidentiel, et Moussa Al-Koni, vice-président du Conseil présidentiel. Il a également eu un échange de vues avec Ján Kubiš, envoyé spécial des Nations unies.

 

 

Le haut représentant a salué les progrès importants réalisés en Libye au cours de l'année écoulée, avec la mise en place d'un cessez-le-feu, l'unification des institutions politiques et l'élaboration d'une feuille de route en vue des élections de décembre.

"Je pense qu'il n'y a pas de temps à perdre: il faut approuver la législation nécessaire, consulter le parlement et procéder aux préparatifs requis", a déclaré le haut représentant Josep Borrell, en soulignant que l'UE était fermement résolue à continuer de soutenir les autorités libyennes dans les efforts qu'elles déploient pour organiser les élections présidentielles et législatives du 24 décembre.

Le haut représentant a souligné qu'il importait de renouveler la légitimité des institutions libyennes, de réaffirmer la souveraineté de la Libye et de stabiliser le pays au profit de l'ensemble de la population. Il a répété que l'UE continuait de soutenir la mise en œuvre du cessez-le-feu et le retrait de toutes les forces étrangères et d'aider le gouvernement libyen à réformer le secteur de la sécurité, notamment par l'intermédiaire de la mission de l'UE d'assistance à la frontière (EUBAM). Il a également évoqué avec ses interlocuteurs libyens les moyens de renforcer la coopération avec l'opération IRINI, afin de continuer à surveiller le respect de l'embargo des Nations unies sur les armes.

"Nous sommes prêts à mettre en place un vaste programme de renforcement des capacités pour aider la Libye à consolider ses institutions, aux niveaux central et local, si elle le demande", a déclaré le haut représentant dans ses déclarations à la presse.

 

 

Dernière étape: Tunisie

"Je voulais entendre ce que les différentes composantes de la société tunisienne et les autorités avaient à dire, afin de mieux comprendre la complexité de la situation", a indiqué le haut représentant dans ses déclarations à la presse vendredi à Tunis.

Le haut représentant s'est rendu en Tunisie à un moment critique pour le pays, afin d'exprimer l'attachement de l'UE à un partenaire très important.

À Tunis, il a rencontré des représentants des principaux partis politiques et de la société civile. Il a également rencontré le président Kaïs Saïed.

 

 

Dernière étape: Tunisie

"Je voulais entendre ce que les différentes composantes de la société tunisienne et les autorités avaient à dire, afin de mieux comprendre la complexité de la situation", a indiqué le haut représentant dans ses déclarations à la presse vendredi à Tunis.

Le haut représentant s'est rendu en Tunisie à un moment critique pour le pays, afin d'exprimer l'attachement de l'UE à un partenaire très important.

À Tunis, il a rencontré des représentants des principaux partis politiques et de la société civile. Il a également rencontré le président Kaïs Saïed.

Auteur