Kiribatia and the EU

Ouzbékistan: réunion du sous-comité sur la justice, les affaires intérieures, les droits de l'homme et les questions connexes

Brussels, 23/06/2021 - 12:59, UNIQUE ID: 210624_15
Press releases

Les 21 et 23 juin 2021, l’Union européenne et la République d’Ouzbékistan ont tenu leur 17e réunion du sous-comité sur la justice, les affaires intérieures, les droits de l’homme et les questions connexes, instauré dans le cadre de l’accord de partenariat et de coopération. La réunion s’est déroulée par liaison vidéo.

Cette réunion annuelle a couvert un large éventail de sujets, notamment les questions liées aux droits de l’homme et à la démocratie, la lutte contre le terrorisme, la migration et la gestion des frontières, les stratégies antidrogue et la lutte contre la corruption. L’Union européenne et l’Ouzbékistan intensifient leur dialogue et leur coopération dans un vaste éventail de domaines, reflétant la stratégie de l’UE pour l’Asie centrale adoptée en 2019 et le programme de réformes ambitieux actuellement mis en œuvre par l’Ouzbékistan. Il s'agissait de la première réunion de ce sous-comité depuis que l’Ouzbékistan s’est vu accorder des préférences commerciales unilatérales au titre du  système de préférences généralisées (SPG +) de l’UE en avril 2021. Le SPG+ accorde aux bénéficiaires un accès préférentiel au marché de l’UE sous réserve de la mise en œuvre effective de 27 conventions internationales fondamentales en matière de droits de l’homme et de normes du travail, de protection de l’environnement et du climat et de bonne gouvernance.

Le sous-comité a passé en revue l’évolution récente de la situation en matière de droits de l’homme, de démocratie, de justice et d’affaires intérieures en Ouzbékistan et dans l’UE. Les participants ont reconnu le rôle important joué par la société civile en faveur de l’état de droit et dans le cadre de sa participation au système de contre-pouvoirs. Le sous-comité s’est penché sur les meilleurs moyens de permettre aux organisations de la société civile de jouer pleinement le rôle important qui est le leur pour favoriser la résilience et la prospérité de l’Ouzbékistan.

L’Ouzbékistan a présenté les efforts entrepris et les progrès accomplis en matière d’éradication du travail des enfants et du travail forcé, ainsi que l’a reconnu le dernier rapport de suivi de l’Organisation internationale du travail, établi par une tierce partie. L’importance d’un suivi permanent et, plus généralement, de la coopération avec les organisations internationales et régionales, telles que l’ONU, l’OIT et l’OSCE, a été mise en avant. Dans le droit-fil de la récente élection de l’Ouzbékistan au Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies, l’UE s’est félicitée du fait que le pays soit ouvert au contrôle des Nations unies et l’a appelé à continuer de renforcer sa coopération avec les organes de suivi des traités et les procédures spéciales de l’ONU ainsi qu’à mettre en œuvre les décisions des groupes de travail de l’ONU, notamment celle sur les détentions arbitraires.

En dépit de l’évolution positive observée dans le contexte du programme de réforme mené par l’Ouzbékistan, l’UE a fait part de sa préoccupation face à un certain nombre de problèmes auxquels le pays est confronté en ce qui concerne la liberté d’expression, la liberté de réunion, l’enregistrement des ONG et la lutte contre la discrimination. L’UE a invité l’Ouzbékistan à redoubler d’efforts pour défendre les droits des journalistes, des blogueurs indépendants et des défenseurs des droits de l’homme à mener leurs activités sans être harcelés et à enquêter rapidement en cas d’attaques contre des blogueurs ou des manifestants pour faire en sorte que les auteurs de tels actes soient traduits en justice. L’UE a également souligné la nécessité d’enquêter sur les cas présumés de torture et de garantir une surveillance sans entrave dans les centres de détention L’Ouzbékistan a présenté ses priorités et ses mesures pour moderniser son système juridique, améliorer le climat des affaires et lutter contre la corruption. La violence domestique, l’égalité entre les hommes et les femmes et la liberté de religion ou de conviction ont également été abordées. L’UE a réaffirmé qu’elle était déterminée à soutenir le pays à poursuivre son programme de réformes.

Les participants ont également procédé à un échange de vues sur des questions telles que l’extrémisme violent et la radicalisation, la migration et la gestion des frontières ainsi que la lutte contre les drogues illicites. Les programmes de coopération et de dialogue tels que le programme de gestion des frontières pour l’Asie centrale (BOMCA) (lien externe) et le plan d'action anti-drogue pour l’Asie centrale (CADAP) fournissent une importante plateforme de coopération et de soutien dans ces domaines d’action.

Dans le cadre des préparatifs de cette réunion du sous-comité, l’UE a rencontré des représentants d’ONG locales et internationales, des États membres de l’UE et d’autres partenaires internationaux.

La délégation de l’UE était présidée par M. Boris Iarochevitch, chef de la division «Asie centrale» du Service européen pour l’action extérieure. La délégation de l’Ouzbékistan était conduite par M. Ikrom Saipov, directeur faisant fonction du département «Coopération juridique internationale» du ministère de la justice.