French Southern Territories and the EU

Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture: déclaration du haut représentant de l’UE/vice-président Josep Borrell

Brussels, 25/06/2020 - 13:32, UNIQUE ID: 200625_11
Statements by the HR/VP

En cette journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture, nous rendons hommage aux victimes de la torture et d’autres traitements cruels, inhumains ou dégradants. À l’heure où le monde unit ses efforts pour surmonter la pandémie de coronavirus, les droits de l’homme doivent rester au centre de notre combat. En ce jour, nous faisons entendre les voix des centaines de milliers de personnes qui ont été victimes de torture ou qui le sont encore aujourd’hui.

La torture et les autres mauvais traitements ne sont en aucun cas justifiables. L’interdiction de la torture est absolue - y recourir est illégal en toutes circonstances. L’Union européenne réaffirme sa ferme volonté de lutter contre la torture dans le monde entier par une approche globale comprenant l’interdiction, la prévention, l’obligation de rendre des comptes et la réparation pour les victimes.

L’éradication de la torture est un enjeu mondial; elle devrait être une ambition mondiale. Cet objectif n’est pas irréalisable, mais nous ne pourrons l’atteindre que si nous agissons ensemble. Œuvrer de concert avec les partenaires internationaux, en particulier les Nations unies, le Conseil de l’Europe et la Cour pénale internationale, les organisations régionales, les partenaires nationaux et la société civile peut réellement changer la donne. L’Alliance mondiale pour un commerce sans torture constitue un bon exemple de la manière dont nous pouvons agir ensemble et nous appelons tous les États à y adhérer.

L’Union européenne réitère son appel en faveur d’une ratification universelle et d’une mise en œuvre effective de la convention des Nations unies contre la torture et de son protocole facultatif. Avec 170 États parties à la convention, à laquelle l’Angola et Oman ont adhéré très récemment, l’universalité est à portée de main; seuls 25 États doivent encore la ratifier.

Par l’intermédiaire de l’instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme, l’UE soutient les organisations de la société civile qui s’emploient à prévenir la torture et à apporter une aide aux victimes dans le monde entier. Concrètement, sur la dernière décennie, l’UE a mobilisé plus de 80 millions d’euros pour soutenir ceux qui travaillent en première ligne dans ce domaine. Nous continuerons de soutenir les défenseurs des droits de l’homme qui luttent courageusement contre la torture à travers le monde.

Tags:
Équipes éditoriales: