French Southern Territories and the EU

Le HR/VP Josep Borrell se rend aux États-Unis pour renforcer le partenariat transatlantique

14/10/2021 - 10:37
News stories

Josep Borrell, haut représentant de l’UE/vice-président, effectue sa première visite officielle à Washington depuis l’entrée en fonction de l’administration Biden afin de mettre à profit les liens solides qui unissent l’UE et les États-Unis. Le but de cette visite est d’approfondir la coopération et la mobilisation des deux partenaires transatlantiques pour défendre les valeurs qui leur sont communes et relever les défis mondiaux. Josep Borrell rencontrera le secrétaire d’État, Antony Blinken, et la secrétaire adjointe à la défense, Kathleen Hicks.

 

Josep Borrell, haut représentant de l’UE/vice-président, va rencontrer l’administration Biden afin de renforcer le partenariat stratégique entre l’UE et les États-Unis et de réaffirmer la détermination commune des deux parties à travailler ensemble sur les questions de politique étrangère, de sécurité et de défense et concernant les défis mondiaux.

Le contexte mondial est très difficile, les effets de la pandémie de COVID-19 soumettant les gouvernements du monde entier à un niveau de pression inimaginable et démontrant la nécessité de coopérer. Alors que la crise sanitaire fait rage, le changement climatique continue de menacer notre planète. En outre, les institutions et les valeurs démocratiques sont de plus en plus remises en question et d’importants changements géopolitiques sont en cours. Des deux côtés de l’Atlantique, il apparaît clairement que des mesures communes doivent être prises pour trouver des solutions à ces problèmes. Une alliance forte entre l’UE et les États-Unis est plus importante que jamais pour relever les défis auxquels le monde est confronté, défendre les valeurs que les deux partenaires partagent et assurer la sécurité et la prospérité mondiales.

En juin de cette année, le sommet UE - États-Unis a marqué le début d’un partenariat transatlantique renouvelé, soulignant «l’opportunité et la responsabilité d’aider les citoyens à gagner leur vie et d’assurer leur sécurité, de lutter contre le changement climatique et de défendre la démocratie et les droits de l’homme», comme indiqué après le sommet. Les dirigeants sont convenus de collaborer étroitement pour mettre un terme à la pandémie de COVID-19, se préparer aux futurs défis mondiaux en matière de santé et stimuler une reprise mondiale durable, pour protéger notre planète et favoriser une croissance verte, pour renforcer la coopération en matière de commerce, d’investissements et de technologies et pour bâtir un monde plus démocratique, plus pacifique et plus sûr.

Le Conseil du commerce et des technologies UE - États-Unis, inauguré à la fin du mois de septembre, met en œuvre une collaboration approfondie en ce qui concerne les grandes questions mondiales touchant aux technologies, à l’économie et au commerce et renforce les relations commerciales et économiques transatlantiques, en fondant les politiques sur les valeurs démocratiques communes aux deux parties.

Le haut représentant de l’UE s’appuiera sur ces éléments pour poursuivre la mise en œuvre d’un programme transatlantique ambitieux. Il donnera suite à un certain nombre de contacts déjà pris avec ses homologues américains et rencontrera l’administration américaine afin de renforcer les relations bilatérales sur les questions de politique étrangère, de sécurité et de défense. Josep Borrell rencontrera entre autres le secrétaire d’État, Antony Blinken, et la secrétaire adjointe à la défense, Kathleen Hicks. Le HR/VP Borrell a déclaré: «Une chose est claire: une coopération étroite entre l’UE et les États-Unis, fondée sur nos valeurs communes, est essentielle pour la paix, la sécurité et la prospérité internationales.»

Les rencontres se concentreront sur des mesures concrètes visant à approfondir le partenariat transatlantique en matière de sécurité et de défense et porteront sur un large éventail de dossiers de politique étrangère, y compris les relations avec la Russie et la Chine, la collaboration avec les Balkans occidentaux, la coopération transatlantique dans la région indo-pacifique, l’Afghanistan, ainsi que le Sahel et le plan d’action global commun.

La visite sera également l’occasion de coopérer en vue de la conférence des Nations unies sur le climat (COP 26). Vu la réadhésion des États-Unis à l’accord de Paris, le moment est venu de définir un programme environnemental transatlantique global, en commençant par un engagement commun en faveur d’émissions nettes nulles d’ici à 2050.

La protection des droits de l’homme et de la démocratie est et restera une priorité de longue date de la coopération entre l’UE et les États-Unis. À cet égard, les deux partenaires intensifieront également leur coopération afin de relever les défis liés au recul démocratique, notamment dans le cadre du sommet pour la démocratie que le président Biden convoquera à la fin de cette année.

Contexte des relations entre l’UE et les États-Unis

L’Union européenne et les États-Unis représentent 780 millions de personnes qui partagent des valeurs démocratiques et participent au système multilatéral mondial fondé sur des règles. Au cours des 60 dernières années, l’UE et les États-Unis ont œuvré ensemble à la promotion de valeurs communes, dont la paix, la liberté et l’état de droit.

Ensemble, l’UE et les États-Unis ont construit les relations commerciales et d’investissement les plus vastes et les plus ouvertes au monde, qui profitent à des millions de citoyens et d’entreprises de part et d’autre de l’Atlantique.

En ce qui concerne la vaccination mondiale contre la COVID-19, le rôle de l’UE et des États-Unis est fondamental, puisqu’ils sont les plus grands contributeurs au mécanisme COVAX, avec plus de 3 milliards d’euros apportés par l’UE et 4 milliards de dollars par les États-Unis.

L’UE et les États-Unis sont déterminés à parvenir à une reprise durable à la suite de la pandémie. L’UE a prévu 1 800 milliards d’euros pour relancer une économie plus verte, plus numérique et plus équitable. Aux États-Unis, le plan de sauvetage de 1 900 milliards de dollars accélérera la reprise après la pandémie de COVID-19 dans le pays.

Auteur